Fadouwa Ledhem

Fadouwa Ledhem a réalisé les minima pour les Mondiaux de semi-marathon de Valence.

 

Malgré un temps une nouvelle fois compliqué dans les rues de Paris pour le semi-marathon, la Française Fadouwa Ledhem a réalisé les minima pour les Mondiaux de la discipline en terminant première tricolore en 1h14’49 alors que chez les hommes, c’est Romain Courcières, sixième de l’épreuve, qui décroche le titre honorifique de premier Français.

Les optimistes diront qu’il faisait meilleur que l’année dernière. Il faut dire que le temps ne pouvait pas être pire que pour l’édition 2017 où le froid, la grêle, la pluie et le vent s’étaient mêlés pour faire vivre un enfer aux 40 000 coureurs du semi-marathon de Paris. Mais cette année encore, malgré quelques degrès de plus, le rendez-vous parisien a été quelque peu gâché par la pluie. Des conditions qui n’ont pas empêché Fadouwa Ledhem de briller.

Lehdem donne rendez-vous aux France de cross

Venue pour réaliser les minima (1h15’30) pour les Championnats du monde de la discipline (Valence le 24 mars), la Française a fait mieux que ça en terminant 7e féminine (victoire pour la Kenyane Antonina Kwambai en 1h08’06) et première Française en 1h14’49. « Je visais les minima pour les Mondiaux, lâchait Ledhem qui terminait juste devant Lucie Picard, deuxième Française en 1h15’36. Je n’avais pas de lièvre. Donc j’ai tapé la discussion avec des mecs au départ en disant que je cherchais un lièvre pour faire 1h15. Et un mec que je ne connais pas a fait toute la course avec moi de bout en bout. Je pars un peu vite et à la fin j’étais cramée mais j’ai vu que j’étais sur les bonnes bases et j’ai donné ma vie! »

Déjà à l’aise dans les labours lors des LIFA de cross (voir article), Ledhem sera l’une des outsiders pour le titre la semaine prochaine aux Championnats de France de cross de Plouay. « On a tablé la prépa sur semi et cross. Il faut une semaine pour récupérer donc je serai là aux France de cross. »

Courcières vainqueur par hasard

Un rendez-vous que ne manquera pas non plus Romain Courcières. Pourtant pas dans les meilleurs dispositions (sans dossard élite), le Français a terminé sixième (la course a été remporté par le Kenyan Evans Cheruiyot en 1h01’25) et premier tricolore en 1h05’38. « Je suis venu représenter la réserve opérationnelle avec la Garde nationale et l’armée, explique Courcières. A la base je devais faire les France militaire vendredi mais je me suis retrouvé bloqué à Perpignan à cause de la neige. J’ai donc changé mes plans et je suis retourné chez moi à Font-Romeu. »

Romain Courcières

Romain Courcières a terminé premier Français du semi-marathon de Paris.

 

Parti à midi hier de sa station de ski, Courcières a rejoint Paris cette nuit avant de se lever aux aurores pour prendre le départ. « Je suis parti doucement. Au début je voulais faire une séance dans la course avec des enchainements de 3 000 m. Mais je me sentais bien donc j’ai prolongé mon effort. Sur la fin je suis vraiment bien. Je suis un peu surpris. »

Abandon pour Yohan Durand

Et alors que le jeune Clément Anglada (7e en 1h05’54) et Abdelatif Meftah (1h06’34) complétent le podium français, on notera l’abandon peu après le 7e kilomètre de l’international Yohan Durand. « J’ai eu le coeur qui s’est emballé au 7e km, avouait le Français. Du coup j’ai ralenti et comme ça ne passait pas, j’ai préféré arrêter. En plus, je n’étais pas non plus hyper bien. On passe 15’05 avec Abdel (Meftah) au 5e km et je n’étais déjà pas bien. J’ai du mal à courir en redescendant du Kenya (il revient d’un stage de trois semaines au Kenya). Et là les conditions n’étaient pas bonnes. C’est dommage car j’avais fait de bons stages mais je n’arrive pas à matérialiser ça en compétition. »

Pour Durand la suite s’écrira sur la route avec en vue des Championnats d’Europe de marathon à Berlin en août prochain. Mais pour Fadouwa Ledhem et Romain Courcières, entres autres, le rendez-vous est fixé dans sept jous avec les Championnats de France de cross à Plouay.

Partager cet article

Journaliste professionnel. Fondateur et rédacteur en chef de Track and Life.

Facebook Comments

Post a comment