Florian Carvalho

Vice-champion de France Elite du 1 500 m cet été, Florian Carvalho a décidé de passer sur marathon progressivement.

 

On l’avait quitté déçu par une fin de saison où il n’avait pas pu rentrer dans des meetings pour se qualifier pour les Championnats du Monde sur 1 500 m. Depuis, Florian Carvalho a bien réfléchi à la suite qu’il souhaite donner à sa carrière. A 28 ans, le vice-champion d’Europe du 1 500 m en 2012 a décidé de passer sur la route et de devenir un marathonien. Evidemment, cette mutation prendra du temps et le Français sera encore sur la piste cet été sur 5 000 m et 10 000 m avant de débuter sur la distance mythique à Berlin en 2018. Le tout avec en tête les Jeux olympiques de Paris en 2024 où il espère lutter avec les meilleurs sur les 42,195 km. Entretien.

– Florian, on vous avait quitté frustré en juillet dernier par le milieu de l’athlétisme et ce jeu des portes des meetings qui se sont régulièrement fermées devant vous cette saison (voir article). Où en êtes-vous aujourd’hui ?

« Ce n’est pas le milieu de l’athlétisme qui m’a frustré, je suis un fan de l’athlétisme. C’était plus la façon dont ç’a été fait. Je ne veux pas revenir là-dessus. Sur le coup, tu ne réfléchis pas trop à long terme, tu dis des choses un peu trop rapidement. Ce qui est sûr, c’est qu’on a les Jeux en 2024 à Paris. Je voulais monter sur marathon pour finir ma carrière aux Jeux à Paris. Je vais donc commencer tout doucement à monter en distance et à faire mon petit bout de chemin sur marathon bien plus tôt que 2024.

« J’aurai les mêmes problèmes sur 5 000 m que sur 1 500 m »

– C’est donc décidé, vous voilà dans le monde des marathoniens ?

Le but est de prendre des marques pour passer sur marathon assez rapidement, afin d’avoir de l’expérience au fil des années et d’arriver en 2024 avec un bel objectif. J’ai bien réfléchi cet été car débuter sur marathon en 2020 ça me paraissait un peu juste pour être performant en 2024. Si j’ai la chance de faire mon premier marathon en championnat à Tokyo (JO 2020) ça serait vraiment cool. On vise le marathon de 2024 à 100 % et Tokyo si la chance nous sourit un petit peu.

– Pourquoi faire ce choix maintenant alors qu’on vous imaginait plutôt monter sur 5 000 m et 10 000 m ?

Je sais que je suis capable de faire 13’10 – 13’15 sur 5 000 m mais le problème c’est que ça reviendra au même que sur le 1 500 m quand tu vaux 3’33 – 3’34 (son record est de 3’33’’47). J’aurai les mêmes difficultés, les mêmes problèmes. Je ne pensais pas monter si tôt sur marathon. Mais pour bien figurer, ce n’est peut-être pas une mauvaise idée. Je vais mettre entre parenthèses mes capacités sur 5 000 – 10 000 m que j’aurais pu exploiter jusqu’en 2020 pour directement essayer d’exploiter le long. Mais je vais faire un ou deux 5 000 m l’année prochaine et sûrement un 10 000 m. L’idée c’est de refaire 13’25 – 13’30 cet été sur 5 000 m. De toute façon, il faudra être capable d’être dans ces allures là régulièrement pour espérer aller plus vite sur marathon. J’espère faire mon au revoir à la piste aux Championnats d’Europe à Berlin (du 7 au 12 août). A voir sur quelle distance exactement mais ça ne sera pas sur 1 500 m (rires). L’idée est d’aller à Berlin sur la piste tout en commençant à axer sur les plus longues distances.

« C’est un virage que je suis prêt à faire »

– Justement, cette montée progressive sur longue distance comment va-t-elle s’organiser ?

On va monter tout doucement. Ce ne sont pas vraiment les heures de footing qui vont changer mais tout le travail sur les allures intermédiaires. Il y a tout un panel d’allures, que forcément, je travaillais très peu. Je vais travailler sur des allures que je ne connais pas. Il faut que je progresse sur ce secteur. Je suis quelqu’un de résistant. Je fais toutes mes courses sur la résistance et là, je vais devoir trouver du relâchement et une capacité sur ces allures là. C’est pour ça aussi que je m’y prends plus tôt. Ca va me faire du bien de m’éloigner de la piste. C’est un virage que je suis prêt à faire maintenant et je pense que je vais trouver mon bonheur là-dedans.

– Avez-vous de l’appréhension car, quand on vous regarde, vous avez plus le physique d’un pistard que d’un routard.

Forcément que j’ai de l’appréhension, car aujourd’hui ça ne passe pas. Je ne prends aucun plaisir. Mais de toute façon, pour mon premier marathon, je partirai avec un objectif que je suis capable de réaliser. Je ne vais pas partir avec un objectif de 2h10 dès mon premier marathon. Je vais en faire un vraiment pour voir ce que ça fait car j’ai toute une adaptation musculaire à faire également. Je n’ai pas le physique du marathonien. J’ai fait récemment 3×5 km à 3’08 au kilomètre et à la fin, musculairement j’étais mal. Il faut que j’apprenne à travailler ces douleurs là. C’est un truc à l’usure. Ma formation depuis que je suis tout jeune a fait que je n’ai pas travaillé ça. C’est un nouveau domaine que je vais développer.

« J’aimerais faire moins de 28’30 sur 10 km en fin d’année »

– Comment va s’articuler votre programme pour cette saison ?

Je pars dans l’optique d’un routard où chaque sortie va être planifiée. Là je vais faire les 20 km de Paris, ensuite le 10 k m Paris-Centre, deux cross et un gros 10 km en fin d’année. J’aimerais faire en-dessous de 28’30 sûrement à Houilles. Puis, un semi début février pour me qualifier pour les Mondiaux de Valence (24 mars 2018). Ensuite, je ferai un ou deux 5 000 m et un 10 000 m pour voir si je peux me qualifier pour les Europe sur piste. Quoiqu’il arrive, il y aura Berlin pour moi en 2018 que ce soit sur la piste, sur marathon ou les deux.

– Le 30 septembre 2018, jour du marathon de Berlin est donc déjà dans votre tête ?

L’objectif c’est de faire le marathon de Berlin 2018 avec l’objectif de partir sur 2h15. Afin de prendre de l’expérience et de s’habituer pour ça. Ca sera un premier marathon pour voir et non pour la performance. J’ai une appréhension sur les allures et les entrainements mais j’ai hâte d’être à Berlin en 2018 pour voir ce que ça donne. »

Partager cet article

Journaliste professionnel. Fondateur et rédacteur en chef de Track and Life.

Facebook Comments

Website Comments

Post a comment