Teddy Tamgho

Teddy Tamgho a participé aux qualifications de la longueur lors des Championnats de France 2018.

 

Après deux ans d’absence pour cause de blessures, Teddy Tamgho est revenu aujourd’hui à la compétition lors des qualifications de la longueur aux Championnats de France Elite. Un retour en douceur pour le champion du monde 2013 du triple saut qui ne s’est pas qualifié pour la finale.  

Voilà une allure, une force naturelle, que l’on n’avait pas vue depuis deux ans sur un stade d’athlétisme en compétition. Ce fameux 25 juin 2016, Teddy Tamgho s’était fracturé le condyle médial du fémur gauche, l’obligeant notamment à une greffe.

Un début de concours en retenue

Mais aujourd’hui, tout ce chemin semblait derrière le champion du monde 2013, qui depuis le début de sa carrière, a toujours su revenir après des énormes blessures. Annoncé dans le concours A de la longueur, le Français s’est présenté à 13h15 sur la piste du Stadium d’Albi. Calme, posé, Tamgho a pris ses marques, à parler avec son coach Ivan Pedroso et a lâché un premier cri juste avant le début du concours.

Néanmoins la bête semblait encore endormie par ses deux ans d’hibernation. Le premier saut était mordu et le second atterrissait à 6,92 m (-1,3) le tout sans courir. « J’étais très motivé, lâchait-il après le concours. Je n’ai pas voulu mettre trop d’énergie mais j’en ai trop gardé. J’ai été spectateur au début. J’ai oublié que l’essence même de ma personne c’est d’y aller à fond, de s’amuser et d’y aller avec la rage. C’est ce que j’ai retrouvé au 3e. »

Une fin de saison sur la longueur ?

En effet, au 3e essai, Tamgho haranguait la foule en demandant une double claque. La course était rythmé et le saut posé mais ce dernier, sûrement à plus de 7,70 m, était mordu (il termine 6ème de son concours de qualification). Dommage. « Là je me suis surpris, je ne pensais pas avoir autant de puissance d’entrée de jeu. Il y a ce qu’il faut. Si j’avais mordu à 7,60 m cela aurait été un autre discours. Mais là, avec ce que j’ai mordu, je sais qu’il faut que je continue.»

Et même si la performance du jour reste anecdotique, tout le monde était heureux de retrouver l’un des fleurons de l’athlétisme français. Une émotion qui ne semblait pourtant pas toucher autant le principal intéressé. « Je suis content d’être là. Ca faisait 24 mois que j’ai été éloigné des sautoirs. C’est un plaisir de regoûter à l’ambiance de la compétition. J’ai voulu me concentrer pour contrôler ce que je faisais. Même si les France avait été à Angers (là où il s’était blessé) j’y serais allé. Je n’ai pas de superstition, de crainte. Je vais de l’avant. »

Un retour qui pourrait donc passer par la longueur cet été – «  la longeur c’est la stratégie de Ivan Pedroso » – mais sans abandonner pour autant le triple. « Au mois de décembre, quand j’ai repris, j’étais très très bon. Je faisais des séances supérieures à mes partenaires d’entrainement. Mais le coach a préféré jouer la stratégie de la longueur. A aucun moment j’ai dit que j’arrêtais le triple. Ma stratégie est bien ficelée. »

On a hâte de voir la suite.


Pour contribuer financièrement à Track and Life, rendez-vous sur www.patreon.com/trackandlife et cliquez sur « Become a Patron »
Patreon Track and Life

Partager cet article

Journaliste professionnel. Fondateur et rédacteur en chef de Track and Life.

Facebook Comments

Post a comment