Perche Elite Tour Rouen

Kevin Mayer s’est jeté dans les bras de Renaud Lavillenie quand le premier a franchi 5,60 m lords du Perche Elite Tour de Rouen.

 

Dans une salle qui sait mettre l’ambiance, le Perche Elite Tour de Rouen a accouché d’un scénario digne d’un blockbuster avec Renaud Lavillenie et Thiago Braz qui se sont quittés dos à dos à 5,90 m, alors que le champion du monde du décathlon Kevin Mayer a battu son record personnel de 20 cm pour s’envoler à 5,60 m.

Dès que les perchistes mettent le pied à la Kinderana de Rouen, ils savent qu’ils vont aller haut. Pourquoi ? Parce que le public est celui d’une excellente salle de basket-ball plutôt que d’amateurs d’athlétisme. Et au final, ça fait toute la différence pour s’envoler dans une atmosphère de folie.

Le cadeau d’anniversaire pour Mayer

Cette ambiance, Kevin Mayer s’en est parfaitement servi. Le jour de son anniversaire, le champion du monde du décathlon a battu son record personnel de 20 cm pour le porter à 5,60 m, une altitude très rare pour un décathlonien. Déjà surpris à 5,50 m, Mayer a passé 5,60 m à son deuxième essai, après avoir été poussé par des « Let’s Go Kevin » made in basket-ball. « J’ai réalisé mon plus beau cadeau d’anniversaire, lâchait Mayer, ému quand le public lui a chanté son anniversaire. Ca fait des années qu’on savait que j’avais potentiellement une barre dans ces eaux-là dans les jambes. Mais à la perche les réglages sont difficiles à trouver et on travaille beaucoup moins que les perchistes. Passer 5,60 m ça me met vraiment en confiance. »

Une confiance que le recordman du monde Renaud Lavillenie a également récupérée ce soir. Déjà en grande forme depuis le début de la saison, le Français est allé chercher au bout de lui-même pour tenir tête au Brésilien Thiago Braz, son bourreau des JO de Rio.

Braz et Lavillenie ont joué au poker

D’ailleurs, tout au long du concours, le Brésilien a joué avec les nerfs du Français, commençant difficilement (échec à 5,50 m puis passage direct à 5,60 m) avant de jouer un coup de poker qu’il pensait gagnant à 5,84 m. A ce moment-là, Lavillenie avait passé 5,78 m au 2e essai et le Brésilien avait fait l’impasse pour passer au premier essai 5,84 m.

Mais il en fallait plus ce soir pour lâcher Lavillenie. Après un échec à 5,84 m, le Français faisait à son tour l’impasse pour demander 5,90 m. C’était donc au tour du Brésilien de s’élancer et de passer cette barre. A ce moment-là, le champion olympique 2012 n’avait plus d’autre choix que de passer du premier coup à 5,90 m. Ce qu’il réalisait avant d’exploser d’une joie guerrière.

Finalement, et alors que Lavillenie s’essayait à 5,95 m et que Braz, après impasse, tentait 6,00 m, les deux hommes en restaient là, s’évitant un barrage d’un commun accord et repartant tous les deux avec la meilleure performance mondiale de l’année. « C’est toujours frustrant de ne pas passer, lâchait Lavillenie. Mais c’était un concours incroyable. Je suis vraiment content de refaire 5,90 m. Je ne les avais pas fait depuis un petit moment (15 août dernier à Varsovie avec 5,91 m). Et j’ai ressauté avec une perche que je n’avais plus utilisée depuis Rio donc c’est bon signe pour la suite. »

Les Français bien présents

La suite pour Lavillenie c’est évidemment les Mondiaux de Birmingham où il est pour le moment le seul perchiste français à avoir réalisé les minima (5,78 m). Puisque ce soir, Même si les Français ont fait le show, ils se sont arrêtés plus bas. Après un début de saison compliqué, Kevin Menaldo a néanmoins signé son retour avec 5,60 m, tout comme Valentin Lavillenie et Axel Chapelle.

Des Mondiaux où Katerina Stefanidi sera évidemment la favorite. Championne olympique et du monde en titre, la Grecque a battu ce soir le record du meeting normand avec 4,82 m. Un concours où les deux recordwomen de France Ninon Guillon-Romarin et Marion Fiack-Sidea n’ont pas pu prendre de la hauteur en terminant respectivement 5e (4,30 m) et 6e (4,15 m).

Dommage à la vue de l’ambiance qui semblait pouvoir porter n’importe quel perchiste ce soir.

Partager cet article

Journaliste professionnel. Fondateur et rédacteur en chef de Track and Life.

Facebook Comments

Post a comment