Morhad Amdouni

Morhad Amdouni est devenu ce mardi 7 août champion d’Europe du 10 000 m.

 

Premier Français champion d’Europe du 10 000 m de l’histoire, Morhad Amdouni a pris une sacrée revanche hier soir sur sa carrière. Très souvent blessé, le Corse de Porto-Vechio n’avait jamais pu exprimer tout son potentiel lors d’un grand rendez-vous. Cette fois, « Amdouni l’a fait » comme il dit et plus rien ne sera jamais pareil.

Laval, le 2 mars 2008. La grêle tombe sur la Mayenne quand la course Elite des Championnats de France de cross est lancée. Très vite, un gamin de 19 ans, colle aux basques des premiers et se permet même de partir devant, tel un fou. Ce jeune homme n’est autre que Morhad Amdouni, junior très prometteur (champion d’Europe juniors du 5 000 m et de cross en 2007) mais encore un cran en dessous des leaders de l’époque comme Mokhtar Benhari.

Des promesses dès 2009

Finalement essoré dans la boue, Amdouni terminait loin (24e à 1’30 du vainqueur Benhari), mais montrait déjà de quel bois il était fait. D’ailleurs, il ne fallait pas attendre longtemps pour voir la confirmation avec un record d’Europe espoirs du 3 000 m (7’37’’50) claqué au Stade de France en 2009. « Ses performances (13’ 14’’19 à seulement 21 ans) annonçaient un grand talent, résume Philippe Dupont, son entraineur actuel à l’INSEP. Mais malheureusement, il a eu des blessures à répétition. Il a traversé de nombreuses galères. Il fallait arriver à se sortir de là. »

Tendon d’Achille, genou, ischio-jambiers, mollets, bassin, la liste des blessures du Français entre 2010 et aujourd’hui, pourrait servir de révisions à des élèves en kinésithérapie. Et derrière chaque bobo, ce sont des semaines, des mois, voire des années, que le Corse a perdus. « J’étais un athlète de gros talent, de la même génération que Lemaitre, avance-t-il. Mais je suis resté un peu dans l’ombre car j’étais souvent blessé. Aujourd’hui, je suis là ! Je l’attendais depuis longtemps ce titre là. »

Toujours des blessures au mauvais moment

Il est vrai que le peu de fois où on l’a vu à l’œuvre en pleine possession de ses moyens, Amdouni a fait des ravages comme l’hiver dernier où, à la suite d’un embroglio improbable il avait signé un « presque » record de France du 5 000 m en salle (voir article). Avant de déclarer forfait quelques jours plus tard pour l’Euro indoor (2017), le mollet HS, résumant parfaitement sa carrière.

D’ailleurs, le Français a connu un autre rendez-vous raté avec le Continent en 2016, quand il laissait filer le titre sur 5 000 m pour 9 centièmes (finalement 5e). « Quand je regardais la vidéo d’Amsterdam, j’étais frustré car à 50 m de l’arrivée, je me voyais champion d’Europe. »

Cette fois, il va pouvoir ajouter à son best-of sa belle démonstration d’hier soir. Mais il ne faut pas se leurrer, son or sur 10 000 m n’a pas été un long fleuve tranquille.

Douleur au dos à une semaine des Europe

De retour au charbon au mois de septembre 2017, à la suite de problèmes physiques, le Français passe un hiver studieux, entre entrainements et séances de renforcement indispensables, pour remporter facilement les championnats de France de cross (voir article). Evidemment, cela ne dure pas et son bassin le fait de nouveau souffrir à l’orée des compétitions estivales, entrainant une multitude de douleurs.

Juste le temps de se qualifier pour les Europe et retour chez les médecins. « Il a eu un mois de juin difficile, résume Dupont. Ses problèmes au bassin sont revenus. C’a occasionné des problèmes au niveau des ischios, du pied. Il n’a jamais coupé l’entrainement mais on n’a pas fait le programme qu’on aurait voulu. Mais finalement, c’était un mal pour un bien car il faut de la fraicheur pour les championnats. »

A l’image de cette séance à laquelle nous avons assisté, où malgré des chronos impressionnants – dont un 3 000 m en 7’55 – Amdouni se plaignait fortement du dos, obligeant son coach et la femme de ce dernier à jouer les psychologues à son écoute. « Il fallait mettre un système de renforcement physique autour de lui car il a des fragilités. Mais quand on arrive à faire quelques mois d’affilée, ça peut déboucher sur ce type de performances. »

Dupont a compris Amdouni

Une performance qui peut également revenir en partie à Philippe Dupont qui, connaissant le profil foufou de « Momo », a su adapter l’entrainement à l’INSEP. « J’ai cerné Morhad. C’est quelqu’un qui n’a pas besoin d’énormément d’entrainements pour retrouver un très bon niveau. . La plupart des coureurs de long s’entrainent douze fois par semaine. Je sais que pour Morhad, c’est une limite qui n’est pas tolérable dans le temps car c’est quelqu’un qui veut toujours courir assez vite, même en footing. Du coup, on se cantonne à 9 ou 10 entrainements. »

Le tout accompagné d’un gros renforcement physique à l’aide du Biodex notamment, pour réduire ses déséquilibres, et voilà comment le Amdouni que tout le monde attendait est devenu roi d’Europe. « J’ai eu des difficultés dans la vie, j’ai su les surmonter. Mais quelque part en moi, je savais que j’allais être champion d’Europe. La patience est le maitre mot en athlétisme. »

Il va s’attaquer au Monde

Une patience qu’il aimerait dorénavant faire fructifier en tentant le doublé sur 5 000 m ici à Berlin, avant de penser à l’étage supérieur. « Avant d’être champion du monde, il faut être champion d’Europe. Avec toutes les blessures que j’ai eues, je peux espérer le top mondial. Avec du soutien, on y arrivera. »

Du soutien, Amdouni en a eu évidemment de son cercle proche mais à 30 ans, cette médaille vient à point nommé pour celui qui a tenté cette année d’intégrer la police nationale, sans succès. « Il a connu tellement de galères, pris tellement de baffes, énonce Philippe Dupont. Morhad il ne vit pas sur l’or, il a besoin de résultats et il doit aller chercher ça au fond de ses tripes. Mais c’est surtout un mec formidable ! »

Un mec bien, lunaire en interviews, souvent fou sur la piste, et maintenant, nouveau King continental.

Reportage vidéo lors d’une séance de renforcement

Reportage vidéo lors d’une séance à l’INSEP cet hiver

A lire également

Championnats d’Europe Berlin : Morhad Amdouni champion d’Europe

Championnats d’Europe Berlin : Vicaut, encore manqué


Pour contribuer financièrement à Track and Life, rendez-vous sur www.patreon.com/trackandlife et cliquez sur « Become a Patron »
Patreon Track and Life

Partager cet article

Journaliste professionnel. Fondateur et rédacteur en chef de Track and Life.

Facebook Comments

Post a comment