Meeting de Montreuil

Pascal Martinot-Lagarde a réalisé les minima sur 110 m haies au Meeting de Montreuil dans la foulée du Russe Shubenkov (Photo : Marien Hvala pour www.trackandlife.fr)

 

Dans un meeting très dense, les Français Pascal Martinot-Lagarde, Carolle Zahi et Jeanine Assani-Issouf ont réalisé les minima pour les Championnats d’Europe de Berlin. De son côté, le champion olympique Renaud Lavillenie s’est contenté de la deuxième place à la perche.

Les organisateurs du meeting de Montreuil avaient prévu plusieurs fusées pour envoyer cette soirée dans les étoiles. La première n’était autre que Genzebe Dibaba, la recordwoman du monde du 1 500 m. A sa demande, l’organisation avait d’ailleurs modifié l’heure de la course, la déplaçant de 22h05 à 20h20. Mais malgré deux lièvres à son service, l’Ethiopienne n’a pas pu battre le vieux record de Sonia O’Sullivan (5’25’’36).

Ludvy Vaillant très régulier

Partie sur les bonnes bases, (1’03 au 400 m, 2’09 au 800 m, 3’14 au 1200 m), l’athlète a perdu du temps au moment où son train s’est retiré (à 1 150 m) pour finir en 5’27’’73. « Mon objectif était le record du monde mais je suis satisfaite du chrono. Les lièvres ont parfaitement fait leur travail, mais j’ai peiné sur la fin. La piste est rapide, le public m’a beaucoup encouragé. »

Des encouragements dont a pu bénéficier le local de l’étape Jean-Noël Crétinoir (1er avec 16,86 m, +2,1) ou le hurdleur Ludvy Vaillant, de nouveau vainqueur sur 400 m haies, après ses récents succès à Hérouville Saint-Clair et Marseille. Surtout, en 48’’95, le Français a amélioré d’un centième son record personnel réalisé à Marseille. « Je suis très satisfait de mon chrono. Je suis parti sur le même schéma qu’à Marseille mais j’ai mieux géré la course, c’est la fatigue qui me fait perdre du rythme sur la fin. »

Duplantis plus haut que Lavillenie

Mais évidemment, le deuxième étage de la fusée ne pouvait être que Renaud Lavillenie. Avec une piste montée pour lui au milieu de la pelouse, le recordman du monde voulait aller haut ce soir. Dans un concours où il s’est vite retrouvé avec Stanley Joseph (3e avec 5,71m) et Armand Duplantis (ces trois là ont tenté 5,76 m), le champion olympique n’a pas résisté au recordman du monde juniors (vainqueur avec 5,91 m), se contentant de 5,86 m. « Dans l’ensemble je suis satisfait, avouait Lavillenie. Je n’avais pas forcément tilté mais c’était ma première compétition sur 20 foulées. Donc j’ai manqué d’un peu de réglages pour être efficace à la fin. »

Renaud Lavillenie

Renaud Lavillenie s’est classé deuxième du saut à la perche. (Photo : Marien Hvala pour www.trackandlife.fr)

 

Le troisième étage devait être le plus explosif avec un 110 m haies de feu ! Outre le duel à distance entre Pascal Martinot-Lagarde et Aurel Manga, il fallait surveiller le retour de Dimitri Bascou, absent des pistes depuis presque 15 mois. Dans cette jungle, c’est Martinot-Largarde qui semblait le mieux en cannes. Dans l’aspiration du champion du monde Sergey Shubenkov, ultrasonique ce soir (12’’99, +0,5), le recordman de France s’imaginait même avec un plus gros chrono quand il a vu la marque du Russe mais c’est finalement avec un 13’’28 (3e) qu’il repartait, suffisant à son bonheur. « Je voulais au moins faire les minima (13’’40), lâchait Martinot-Lagarde. C’est dans la poche ! Je voulais aussi profiter de la rivalité avec Shubenkov pour ressentir ses cadences. Maintenant, c’est à moi de faire ça ! »

Le retour de Dimitri Bascou

Derrière, Aurel Manga se contentait de la cinquième place en 13’’54, alors que Dimitri Bascou savourait son retour (8e en 13’’75). « Le temps était vraiment secondaire pour moi, lâchait Bascou. Ca faisait plus de quinze mois que je n’avais pas foulé la piste. Je pense qu’il fallait du courage pour reprendre dans cette compétition surtout que je savais que c’allait courir vite. »

Entre temps, les filles avaient été à l’honneur. Sur 100 m Carolle Zahi a profité de l’aspiration de Marie-Josée Ta Lou (1ere en 10’’95, +1,1), pour valider les minima européens en terminant deuxième en 11’’16. « Le but de ce soir était de faire les minima, expliquait Zahi. Il reste beaucoup de choses à travailler car j’ai fait pas mal de fautes dans la course. »

Des minima qu’a réussi également Jeanine Assani-Issouf au triple saut. Dans un concours dominé par la Roumaine Panturoiu (14,47 m, +0,7), la Française s’est classée quatrième derrière Rouguy Diallo (14,26 m, +1,1) – qui avait quant à elle déjà réussi les minima européens -,  en réussissant son meilleur saut lors de son ultime tentative (14,25 m, +0,9). « Je sais que je suis en forme, lançait Assanio-Issouf. En début de saison j’avais beaucoup de fatigue. Mais là ça commence à passer même si je ne suis pas encore réglée sur mes marques. Je sens que ça va le faire. Physiquement et psychologiquement je suis prête ! »

Gros finish pour Alexis Miellet

Le physique c’est ce qu’il manque encore à Renelle Lamote. De plus en plus près de son meilleur niveau, la spécialiste du 800 m  a manqué d’un peu d’essence sur la fin de son 800 m pour arracher les minima (5e en 2’00’’76, minima à 2’00’’60). « Il m’en manquait déjà un peu sur la fin à Huelva, avouait Lamote, qui a devancé Cynthia Anais, l’autre française (6e en 2’01’’21, record personnel). Il m’en manque encore aujourd’hui. On va travailler et ça va revenir ! Au 600 m je suis bien mais je suis toujours rattrapée dans le dernier 100 m . Ca fera peut-être une course complète bientôt. »

La course complète, Alexis Miellet l’a réussie ce soir. Dans un 1 500 m qui clôturait la soirée, le Dijonnais est parti prudemment (passage en 2’26 au 1 000 m contre 2’22 à la tête de course) avant de ramasser les morts dans le dernier 500 m pour boucler la distance en 3’37’’56 (4e) à distance raisonnable de Kaazouzi (1er en 3’35’’94). « C’est parti trop vite pour moi, du coup j’ai dû  recoller au train, analysait Miellet, qui a devancé les Français Jimmy Gressier (8e en 3’40’’46, record personnel) et Alexandre Saddedine (10e en 3’41’’43). Là, c’est une nouvelle étape de passée. »

Finalement le plus déçu devait être Christophe Lemaitre, tout près des minima sur 100 m (6e en 10’’17, +0,9). « Il me manque encore de la cadence et de la vitesse gestuelle, jugeait-il. J’aurais voulu me débarrasser des minima (10’’15). »

Et alors que Pascal Martinot-Lagarde savourait sa soirée avec sa petite fille dans les bras sur la piste, les lumières tombaient sur le meeting de Montreuil, qui, comme l’avait prédit les organisateurs, a proposé du grand spectacle ce soir.


Pour contribuer financièrement à Track and Life, rendez-vous sur www.patreon.com/trackandlife et cliquez sur « Become a Patron »
Patreon Track and Life

Partager cet article

Journaliste professionnel. Fondateur et rédacteur en chef de Track and Life.

Facebook Comments

Post a comment