Kevin Mayer

Kevin Mayer est devenu champion du monde de l’heptathlon après une grosse bataille avec le Canadien Warner.

 

Kevin Mayer a remporté le titre de champion du monde de l’heptathlon pour cinq petits points devant Damian Warner à la suite d’un 1 000 m épique où le Français a réussi à limiter l’écart avec le Canadien.

Finalement il y a eu du suspense ! Alors qu’après trois épreuves, Kevin Mayer était lancé vers un total monstrueux et une médaille d’or, avec notamment deux records au 60 m et à la longueur, le Français a connu une suite d’heptathlon plus compliquée. La super machine s’était en effet quelque peu enrayée hier à la hauteur (2,02 m), se plaignant d’un genou. Pourtant ce matin, Mayer avait résisté à Damian Warner sur le 60 m haies (7’’83 contre 7’’67), perdant peu de points par rapport aux qualités de sprinteur du Canadien.

Gado en allié de poids

Mais c’est finalement à la perche que la journée a failli tourner en défaveur du Français. Comme à Londres cet été, Mayer n’a pas trouvé ses marques, ne franchissant que 5,00 m, alors qu’il avait porté son record cet hiver à Rouen à 5,60 m. Pendant ce temps-là, Warner battait son record personnel (4,90 m) et gardait Mayer à portée de fusil avec seulement 34 points de retard avant le 1 000 m. « Je suis fatigué, j’ai mal partout, lâchait ce matin le Français à Athle.fr. J’ai peut-être voulu en faire trop cet hiver. J’ai vraiment du mal à me battre et à prendre du plaisir depuis la hauteur. »

D’ailleurs, pendant quelques minutes, Mayer le perfectionniste laissait planer le doute sur sa participation au 1 000 m. Avant que son instinct de compétiteur le rattrape et le porte sur la ligne de départ avec 5 tours à parcourir et 3 secondes de marge à garder face à Warner. Après un départ timide, Warner prenait les commandes après 200 m de course pour durcir le train progressivement. Derrière Mayer laissait tout de suite quelques mètres et Uibo s’intercalait.

L’écart entre les deux hommes restaient d’ailleurs d’environ deux secondes à la cloche avant que Warner ne se lance dans un dernier assaut. A ce moment-là, le Français aux jambes lourdes semblait baisser le pied. Mais dans les derniers 100 m Mayer pouvait profiter du retour supersonic de l’autre Français Ruben Gado qui encourageait son coéquipier à 50 m de la ligne. Après un plongeon, Mayer coupait la ligne en 2’39’’64 (4e), à un peu plus de deux secondes du Canadien (2’37’’12) et conservait finalement 5 petits points (l’équivalent d’environ 4 dixièmes d’écart sur le 1 000 m) pour s’offrir le titre mondial (6 348 pts contre 6 343 pts). Alors que Ruben Gado, pour son premier grand championnat termine 7e avec 5 927 points.

Qualifications faciles pour Manga et Martinot-Lagarde

Pour le reste, les deux hurdleurs Aurel Manga et Pascal Martinot-Lagarde ont assuré l’essentiel dans des séries du 60 m haies très ouvertes. Dans la première course, Aurel Manga a terminé deuxième (les quatre premiers étaient qualifiés) en 7’’62 derrière le Chypriote Trajkovic (7’’56). Alors que Martinot-Lagarde s’est imposé aisément dans la série 5 également en 7’’62. Les deux Français seront à retrouver demain.

Pour Ninon Guillon-Romarin en revanche les Championnats du monde sont terminés. Dans une finale directe, la Française a échoué par trois fois à 4,60 m (4,50 m ce soir), bouclant néanmoins un hiver probant où elle aura égalé puis amélioré le record de France (4,72 m).

Nana Djimou touchée aux ischio-jambiers
Son abandon est presque passé inaperçu hier soir lors du 800 m du pentathlon des Championnats du Monde en salle de Birmingham. En lice pour un Top 8, Antoinette Nana Djimou n’a en effet pas terminé le 800 m, se retrouvant par la même occasion à la douzième et dernière place du pentathlon. La cause, une blessure à l’ischio-jambier que la Française a ressentie dès le saut en hauteur, qui s’est aggravée à la longueur. Et même si elle a pris le départ du 800 m, Nana Djimou a souhaité ne pas prendre de risque et s’arrêter puisque sa douleur ne cessait de grandir.

Partager cet article

Journaliste professionnel. Fondateur et rédacteur en chef de Track and Life.

Facebook Comments

Post a comment