Ludvy Vaillant

Ludvy Vaillant s’est imposé sur le 400 m haies à Hérouville mais sans réaliser les minima pour Berlin.

 

Alors qu’on attendait des minima ce soir du côté d’Hérouville-Saint-Clair, ni Garfield Darien, qui a préféré stopper son effort en finale du 110 m haies, ni Ludvy Vaillant, vainqueur du 400 m haies, n’ont réussi le niveau de performance requis pour les championnats d’Europe de Berlin.

Pour les hurdleurs français, l’été a du mal à s’installer. Depuis le début de saison, les cadors du 110 m haies se heurtent le plus souvent à des conditions climatiques compliquées (vent, températures froides). Et alors qu’hier soir Pascal Martinot-Lagarde s’est imposé dans la fraicheur d’Ostrava (13’’45), on attendait aujourd’hui à Hérouville la réponse de Garfield Darien. Mais comme en République Tchèque le temps n’était pas idéal pour du sprint ce soir en Normandie.

Douleur à l’adducteur pour Darien

Pourtant, à la vue de sa série, rudement menée tout en relâchement (1er en 13’’60, +1,8), on imaginait Garfield Darien s’affranchir des 13’’40 nécessaires pour avoir le droit de défendre ses chances à Berlin en août prochain. Mais après un très bon départ en finale, le quatrième des derniers Mondiaux de Londres a ressenti son adducteur gauche, préférant mettre le clignotant au lieu de mettre en péril son été.

Garfield Darien

Garfield Darien a préféré stopper son effort au milieu de son 110 m haies.

 

Et c’est en marchant qu’il rejoignait la ligne, laissant la victoire au Brésilien Santos (13’’72, -1,0). « En série, j’étais là pour gérer, expliquait Darien. C’était bien, j’ai fait 13’’60 tranquille. En finale, je voulais envoyer. Je pars bien, j’enchaine bien mais je sens que ça tire. C’est une douleur qui m’avait déjà gêné l’année dernière, c’est comme une petite contracture. Ce n’est jamais une grosse blessure. Au bout de quatre, cinq jours normalement ça rentre dans l’ordre. Là, je ne voulais surtout pas prendre de risques.  C’est dommage car il y avait la place pour faire un bon chrono. Le principal c’est la santé. Il faut juste bien le gérer. »

Belocian en manque de repères

Une gestion des blessures que Wilhem Belocian a commencé à apprendre depuis deux saisons. Présent de son côté à Hérouville pour retrouver des repères, le champion du monde juniors 2014 a passé un test peu convaincant à son goût, se contentant d’une sixième place en finale en 14’’45, après une série plus réussie (14’’13, +1,7). « Je suis en manque de repères, avouait celui qui revient d’une opération au pied. J’estime que c’est ma vraie rentrée après mes premières séances spécifiques. La série il y avait du positif, par contre, en finale, je me suis précipité et donc je ne suis pas assez rentré dans les haies. »

Ludvy Vaillant lui est pourtant rentré pleinement dans son 400 m haies. Auréolé d’un 45’’25 ce week-end sur 400 m (minima européens), le Français avait des fourmies dans les jambes pour son retour sur les obstacles. Mais après un départ « parfait » selon ses dires, le Martiniquais peinait sur la fin de course, s’imposant tout de même en 49’’97.

« Je suis vraiment déçu, lâchait-il. Je suis passé en quinze foulées sur les quatre dernières haies. Ca m’a vraiment pénalisé. Je me suis focalisé sur la concurrence en me disant que si j’étais devant j’allais faire un chrono. Mais je me suis déconcentré. Je m’attendais à réaliser les minima ici (49’’30). Mais je suis arrivé dimanche après-midi en métropole (en provenance de Martinique). Je pense que la fatigue et le décalage horaires sont toujours présents. C’est à moi de me remobiliser et de me donner à fond pour décrocher ces minima. »

Lucie Lerebourg braquée sur les Elite

Et alors que le local Maxence Hardoin terminait quatrième du 3 000 m steeple en 8’50’’83 (record personnel), tout comme Coralie Comte sur 100 m haies (13’’39, +0,8), on retiendra la troisième place de Lucie Lerebourg sur 800 m. En 2’06’’59 (victoire pour Ajok en 2’02’’79), celle qui a délaissé le steeple cette année pour le 1 500 m, était contente de sa sortie. « Cette année, comme j’ai axé ma préparation sur 1 500 m, il fallait que je redescende sur le 800 m, expliquait-elle. C’est une course que j’aime beaucoup même si pour moi c’est du sprint long. Le but était de suivre le plus longtemps possible. Ca reste une bonne sortie. Maintenant, je ne me prépare plus que pour les Elite. »

Des Championnats de France Elite qui étaient déjà dans la tête de Garfield Darien, très confiant pour la suite. « Le principal c’est d’être là en juillet. Je sais que ce soir j’avais le niveau pour passer en-dessous des minima. Je ne me fais pas de soucis pour le chrono. »

Il n’y a pas de soucis, les internationaux français ont encore le temps de repasser.

Partager cet article

Journaliste professionnel. Fondateur et rédacteur en chef de Track and Life.

Facebook Comments

Post a comment