Claire Palou

Claire Palou a battu le record de France du 2 000 m steeple.

 

Dans des conditions idéales pour le demi-fond, Claire Palou a battu ce soir le record de France du 2 000 m steeple cadettes. Une performance de premier plan à l’image de Baptiste Guyon, Quentin Malriq ou encore Emilie Renaud, qui ont illuminé la soirée lyonnaise.

Alors que l’équipe de France de football était à quelques centaines de mètres, tenue en échec dans le Parc OL de Lyon par les Etats-Unis (1-1), c’est au stade du Décines Meyzieu athlétisme que le spectacle se passait. En effet, la huitième édition du rendez-vous lyonnais offrait un beau plateau avec les meilleurs cadets et juniors sur 1 500 m et steeple.

Baptiste Guyon impressionnant

D’ailleurs, le spectacle était lancé par les cadets sur le 2 000 m steeple. Annoncés comme les favoris, Baptiste Guyon, champion de France de cross à Plouay et Axel Fournival, deuxième des FOJE en 2017, prenaient d’entrée la foulée du lièvre Mehdi Akaouch. Pour les deux hommes, les minima n’étaient qu’un prétexte pour tenter de courir très vite.

Très à l’aise sur les obstacles, Baptiste Guyon se détachait dans la deuxième partie de course et franchissait la ligne en 5’47’’53, record personnel explosé, minima en poche et une performance plus très loin du record de France de Louis Gilavert (5’44). « Je suis très heureux, lâchait Guyon également très bon coureur de 1 500 m. Je voulais courir sur le steeple pour prouver que je sais également le faire. On va voir pour la suite de la saison. »

Derrière lui, Axel Fournival battait également son record personnel (5’51’’18), alors que Anori Valade-Tapon réalisait également les minima pour les Championnats d’Europe cadets (5’58’’25).

Palou et Lebrun sous le record de France

Une course en guise d’entrée pour le 2 000 m steeple des cadettes où le record de France de la spécialité était ciblé. Derrière la lièvre de luxe Claire Perraux, Lena Lebrun et Claire Palou prenaient leurs responsabilités pour partir sur des bases autour des 6’25 !  Mais plus les mètres défilaient, plus on sentait que les deux filles nous réservaient quelque chose de grand. Et alors que Lena Lebrun semblait se détacher dans le dernier tour, c’est Claire Palou, la 2e des FOJE 2017 qui,  au bout d’une dernière ligne droite de folie, décrochait la victoire, pulvérisant le record de France de la spécialité (6’35’’80 contre 6’44’’ à Lea Navarro en 2014). « Je ne m’attendais pas à ce record, je ne pensais même pas gagner la course, avouait Palou. Quand la lièvre nous a lâchées, Léna a relancé, c’était vraiment difficile, je n’arrivais pas à la suivre mais au niveau de la rivière j’ai senti que je recollais. J’ai tout donné et j’ai fini au mental. »

Une victoire encore plus belle pour Palou puisque sa dauphine Lena Lebrun a également fait mieux que l’ex-record de France en 6’36’’63 et que Margot Guepratte passait aussi sous les minima en 6’55’’25.

Zarbo s’avance parmi les favorites pour les Europe

Autant dire que la soirée était lancée et les 3 000 m hommes et femmes n’ont fait qu’entretenir ce vent de jeunesse sur Décines. Alors que Valentin Bresc réussissait un beau cavalier seul (1 400 m seul après le travail du lièvre) en 8’30’’52, tout près des minima pour les Europe cadets (8’27), on retiendra la belle démonstration de la cadette Alessia Zarbo.

Alessia Zarbo

Alessia Zarbo a réalisé les minima pour les Championnats d’Europe cadets.

 

Victorieuse du 3 000 m des FOJE en 2017, Zarbo se présentera parmi les favorites des prochains championnats d’Europe à Gyor après sa démonstration de ce soir. Deuxième derrière la Kenyane Jeronoh en 9’28’37 (record personnel), Zarbo s’est relancée après un hiver difficile. « Aujourd’hui, c’était le bon jour, lâchait-elle. Je n’avais qu’une idée en tête : me donner jusqu’au bout pour aller chercher cette qualification aux Europe. Même si j’ai gagné les FOJE l’année dernière, j’ai eu un début de saison compliqué, je n’étais pas en confiance. Mais j’avais beaucoup d’amis et de famille venus pour m’encourager ce soir, c’était une motivation de plus. »

Des amis qui étaient également venus en nombre pour le Grenoblois Quentin Malriq. Le junior, en quête des minima sur 1 500 m avait coché ce rendez-vous comme son ultime chance pour rejoindre Tampere. Dans une course emmenée sur les bases de 2’29 au 1 000 m pour le revenant Alexandre Saddedine, Malriq s’est accroché à la meute pour boucler la distance en 3’44’’45, réalisant les minima pour quelques centièmes. Devant, Saddedine (3’41’’99), mais également les espoirs Rami Guerra (3’42’’74) et Pierrick Jocteur-Monrozier (3’43’’63) réalisaient de belles performances. « Après un an et demi de galères, je reviens à un bon niveau, jugeait Saddedine. Je pense que j’ai encore mieux dans les jambes mais pour une course de rentrée on ne va pas se plaindre. C’est un plaisir de courir sans douleur ! »

Quentin Malriq la voulait tant

Un plaisir mitigé pour Quentin Malriq, obligé de vomir après sa course. « C’était un peu la dernière chance pour les minima. La journée a été très longue car je savais que ce soir je jouais ma qualification pour les Championnats du monde. C’était important pour moi. Aujourd’hui, ça le fait, je suis très satisfait. J’ai pris mes responsabilités, j’ai eu du panache, je cours comme je suis au quotidien. »

Du panache qu’on a retrouvé également sur le 1 500 m féminin avec les belles performances de la junior Alizée Benaiteau (6e en 4’27’’16, victoire pour Lucie Lerebourg en 4’24’’82) et de la cadette Naïs Racasan (9e en 4’28’’37). Tout comme les steepleuses Emilie Renaud et Jenipher Contois sur le 3 000 m steeple. Parties dans l’objectif de courir en 10’10 les deux filles suivaient la lièvre Lea Navarro avant de passer en 5’08 au 1 500 m. A partir de là, Jenipher Contois, pas encore auteure des minima pour les Mondiaux Juniors (10’21) – contrairement à Renaud – prenait les commandes de la course. Mais la fin de course était compliquée pour elle et Emilie Renaud s’imposait finalement en 10’21’’20 devant Contois en 10’25’’13.

Et alors que Guillaume Lonjou cloturait cette belle soirée avec un nouveau record sur le 3 000 m steeple en 8’46’’54, on retiendra que le meeting de Décines a vécu ce soir son premier record de France, et peut-être pas le premier, puisque les jeunes pouces savent dorénavant où venir battre des records.

Pour revivre tout le meeting de Décines en LIVE

 

Pour contribuer financièrement à Track and Life, rendez-vous sur www.patreon.com/trackandlife et cliquez sur « Become a Patron »
Patreon Track and Life

Partager cet article

Journaliste professionnel. Fondateur et rédacteur en chef de Track and Life.

Facebook Comments

Post a comment