Maëva Danois et Emma Oudiou

Maëva Danois et Emma Oudiou s’entrainent ensemble à l’INSEP depuis plus de deux mois.

 

Les deux internationales sur 3 000 m steeple s’entrainent ensemble depuis plus de deux mois à l’INSEP, après que Emma Oudiou a décidé de rejoindre l’entraineur Adrien Taouji et son athlète Maëva Danois. Une association à but lucratif pour les deux athlètes qui souhaitent se tirer vers le haut en s’entrainant côte à côte, comme peuvent le faire les meilleures athlètes américaines. Rencontre.

Il fallait les voir en ce début du mois de mai sur la piste ensoleillée de l’INSEP. Malgré un hiver compliqué pour différentes raisons, Maëva Danois (record à 9’40’’19 sur 3 000 m steeple en 2016) et Emma Oudiou (record à 9’44’’74 en 2015) sont radieuses avant la « spé » steeple qui les attend. Aux côtés d’Adrien Taouji, leur entraineur, les deux jeunes femmes enchainent les tours dans une séance qui va évidemment faire disparaître pendant quelques minutes leurs sourires.

Un nouveau départ pour Oudiou

Mais c’est pour vivre ces moments là que les deux athlètes ont décidé de s’entrainer ensemble. En effet, à la fin de l’hiver, quand Emma Oudiou a décidé de changer d’air, après avoir été amenée au haut niveau par Thierry Choffin à Fontainebleau, c’est vers l’INSEP qu’elle s’est tournée. « J’avais fait mon temps à Fontainebleau, explique-t-elle. C’était de super années et je suis reconnaissante envers le club (Pays de Fontainebleau – Athlé Sud 77), Thierry et mes coéquipières. Mais il était temps de partir sur quelque chose de nouveau. J’ai hésité à demander à Adrien et Maëva car ils avaient un équilibre à deux. Mais après des discussions, je me suis dit que c’était le pari à faire. »

Ce pari, c’est faire cohabiter deux des meilleures steepleuses françaises, plus habituées à se battre sur la piste comme lors des Championnats d’Europe espoirs 2015, où Danois avait décroché l’argent juste devant Oudiou (3e). « Chez les filles c’est compliqué de créer des dynamiques, avance Adrien Taouji. C’est assez rare de voir des filles de très bon niveau s’entrainer ensemble. »

S’entrainer intelligemment

Pourtant, après en avoir discuté ensemble, les deux athlètes sont tombées d’accord. « C’est sûr qu’au départ, cela a été un peu délicat, avoue Maëva Danois, qualifiée aux Mondiaux de Londres sur 3 000 m steeple en 2017. C’était mettre mes faiblesses à nu, surtout que je ne suis pas une reine de l’entrainement. Mais j’avais besoin de me violenter un peu, de sortir de ce confort d’être toute seule. On a bien discuté et trouvé un terrain d’entente. »

Ce « pacte » est tout simplement de s’entrainer intelligemment, sans penser à mettre une « cartouche » à sa coéquipière lors de la dernière série d’une séance. « Elles ont la chance de pouvoir s’entrainer ensemble et de faire la même discipline, se réjouit Taouji. Si elles arrivent à franchir le cap de ne pas chercher à battre l’autre à chaque entrainement et plutôt de progresser ensemble, elles pourront regarder au niveau européen. » « C’est une force d’être toutes les deux, continue Danois. Ce qui m’a convaincue c’est de voir les Américaines qui s’entrainent ensemble avoir des résultats. Pour nous tirer vers le haut, il n’y a rien de mieux ! »

Un trio qui fonctionne bien

Malgré des profils légèrement différents, les deux athlètes s’entrainent la plupart du temps ensemble. « Emma est plus une coureuse de 1 500 – 3 000 m et Maëva de 3 000 – 5 000 m, résume Adrien Taouji. Elles font 90 % de leur entrainement ensemble et de temps en temps, elles ont quelques séances individuelles notamment dans le registre du 1 500 m. »

Surtout, l’association semble fonctionner puisque les deux steepleuses s’appréciaient déjà avant et avaient participé à plusieurs sélections ensemble, dont une médaille commune aux Championnats d’Europe de cross en 2015 (argent par équipes chez les espoirs). « On s’entendait déjà bien avant, juge Oudiou. Maëva et Adrien sont deux personnes très saines et en qui j’ai vraiment confiance. » « On est un petit trio qui fonctionne bien, ajoute Danois. C’est au coach d’apporter ce terrain d’entente entre les athlètes et Adrien le fait vraiment de façon intelligente. »

Evidemment, comme le dit Maëva Danois « on verra au moment des compétitions comment on gère ça ». Et même si la première sortie du duo s’est soldée par des destins différents (voir article), Rehligen n’était qu’une rentrée et les choses sérieuses sont prévues pour plus tard. « L’objectif c’est d’être finaliste aux Championnats d’Europe de Berlin », lance Danois. « Si on y va toutes les deux, ça serait merveilleux », conclut Oudiou.

Et c’est bien connu : à deux c’est mieux !


Pour contribuer financièrement à Track and Life, rendez-vous sur www.patreon.com/trackandlife et cliquez sur « Become a Patron »
Patreon Track and Life

Partager cet article

Journaliste professionnel. Fondateur et rédacteur en chef de Track and Life.

Facebook Comments

Post a comment