Lesly Raffin

Lesly Raffin a remporté cet hiver son premier titre de championne de France lors des Championnats de France jeunes de Val-de-Reuil.

 

La cadette première année a remporté cet hiver son premier titre de championne de France au triple saut, de quoi marcher sur les pas de son frère Melvin, recordman du monde juniors en salle de la discipline et grâce à qui elle s’est retrouvée sur les stades.

On oublie souvent qu’une carrière d’athlète débute la plupart du temps par hasard. Lesly Raffin n’échappe pas à la règle. Alors qu’elle pratique la gymnastique, son frère Melvin, de quatre ans son ainé, lui propose de la chronométrer sur 50 m. « Il m’a chronométrée et j’ai fait le record du club, se souvient-elle. Du coup, il m’a dit de me mettre à l’athlétisme. »

Entrainée par Teddy Tamgho

C’était en 2014. La jeune Lesly est alors en classe de sixième et découvre un sport qui s’impose à elle, à la vue de ses qualités physiques. Et comme par magie c’est évidemment vers les sauts et le triple que son regard se tourne, pour faire comme le grand frère. 10,04 m en benjamine 1, puis 11,03 m un an plus tard, avant de finir ses années minimes avec des performances de très bon calibre (5,44 m à la longueur, 12’’3 sur 100 m, 12,35 m au triple saut).

De quoi évidemment intriguer l’œil d’un certain Teddy Tamgho, champion du monde 2013 du triple saut et éleveur de talents au sein de sa team T dont Melvin Raffin fait partie.

Couvée jusqu’en septembre 2017, Lesly Raffin profite du déménagement du groupe de Boulouris à Reims pour rejoindre au quotidien la Team. Une bonne façon de progresser même si son adaptation n’a pas été évidente. « J’ai intégré le groupe cette année. Au début, c’était dur. Mais maintenant je me suis habituée au rythme. »

Première grande compétition

Auteure de son record personnel dès sa première sortie en décembre à Reims (12,50 m), la cadette de la famille Raffin a profité de ses premiers Championnats de France à Val-de-Reuil à la fin du mois de février pour débuter son armoire à trophée (avec un saut à 12,40 m). « Je n’avais jamais fait de compétition comme ça. J’étais impressionnée, voire presque choquée, sourit-elle. Je suis contente d’être championne de France mais j’aurais aimé faire mieux. »

Seulement 16 ans, mais déjà l’exigence du haut niveau. Il faut dire que la jeune athlète de Savigny Sénart Athlétisme passe son temps avec des athlètes aux dents longues, dont son frère, recordman du monde en salle juniors de la spécialité. « Beaucoup de gens me parlent de Melvin. Ca me booste. Et comme lui, je vais essayer d’aller le plus loin possible ! »

De la pression sur les épaules

D’ailleurs, avec un nom pareil et un coach de renom, on pourrait se demander si les attentes ne vont pas être trop lourdes sur ses jeunes épaules. « Il y a un peu de pression mais j’essaie de m’habituer, lâche-t-elle. Je fais juste du mieux possible. »

Egalement à l’aise en sprint (7’’69 cet hiver sur 60 m), Lesly Raffin est donc lancée sur de belles bases et on ne doute pas que sa formation l’emmène bien plus haut, avec dès cet été les Championnats d’Europe cadets dans le viseur.

A lire également

La Team Tamgho au top

Partager cet article

Journaliste professionnel. Fondateur et rédacteur en chef de Track and Life.

Facebook Comments

Post a comment