Mélody Julien

Mélody Julien a remporté le semi-marathon de Montauban en réalisant le record de France juniors (crédit photo : Pierre Méric).

 

En l’espace de quelques mois, la junior de l’Association Multisports Montredonnaise s’est fait un nom en terminant deuxième des Championnats de France de cross et en battant le record de France du semi-marathon le week-end dernier. Une explosion au plus haut niveau chez les jeunes que son entraineur Max Lesauvage n’avait pas forcément vue venir et qui n’est pas prête de s’arrêter.

Le 11 mars dernier, dans le bourbier de Plouay, une athlète caracole seule en tête de la course des juniors féminines. Il s’agit de Mélody Julien, vice-championne de France du 10 km quelques mois plus tôt à Aubagne mais loin de faire partie des favorites derrière notamment les internationales Emilie Renaud et Claire Carrere.

Pas loin de gagner les France de cross

Mais, malgré une fin de course un peu plus compliquée, c’est tout de même la deuxième place que décroche ce jour-là en Bretagne, l’athlète de Max Lesauvage. « On savait qu’elle avait le niveau pour entrer dans les dix premières, explique Lesauvage. Mais de là à finir sur le podium. On n’avait pas conscience de son niveau parce que je pense qu’elle aurait pu gagner la course. A mi-parcours, si je lui avais dit de prolonger son effort de une ou deux minutes, elle aurait tué la course. Mais le problème c’est qu’on ne connaissait pas nos adversaires. »

Licenciée à l’Association Multipsorts Montredonnaise (dans la ville de Montredon-Labessonnié près d’Albi) – club créé par son entraineur – la jeune athlète a dominé les courses de préparation aux France sans jamais pouvoir s’étalonner. « Dans notre région, on n’a pas trop de confrontation, regrette Max Lesauvage. Elle a gagné facilement les quarts et les demi-finales des Championnats de France. »

Les compétitions remplacent les entrainements

Néanmoins, depuis cette deuxième place, son nom ne passe plus inaperçu, surtout à la suite de son succès ce dimanche lors du semi-marathon de Montauban, où elle a tout simplement réalisé le record de France juniors (en attente d’homologation) en 1h19’40 (ex-record par Noémie Claeysens en 1h20’22 en 2010). « Le parcours était hyper difficile sur les quatre derniers kilomètres, ajoute son entraineur. C’était presque du trail. On est dans l’attente de l’homologation car il n’y avait pas de chrono à bandes comme c’est recommandé mais un juge arbitre l’a suivie toute la course donc ça ne devrait pas poser de problème. »

Cependant, pour une athlète de seulement 18 ans, on peut se demander si un semi-marathon en sortie de cross était une bonne idée. « Tout le monde dit qu’elle court trop, avoue Max Lesauvage, ancien entraineur de l’équipe de France de sauvetage de natation. Notre principe d’entrainement est de faire beaucoup de compétitions. On ne s’entraine pas beaucoup (3 entrainements par semaine) mais on fait régulièrement des compétitions. Je préfère la mettre en situation de course car Mélody est quelqu’un de très stressée et de très timide. »

De 55′ à 35′ sur 10 km en deux ans

Arrivée en 2015 dans ce petit club du Tarn, Mélody Julien n’avait jamais couru et ne connaissait pas encore ses qualités pour la course à pied. « Elle avait une très bonne pointe de vitesse et j’ai donc hésité à la faire sprinter. Mais elle a réalisé son premier 10 km à Castres en 55’30 (2015) sans entrainement. Je me suis dit que c’était intéressant de continuer. »

Un an plus tard, celle qui est alors cadette deuxième année remporte ce même 10 km de Castres en 38’57, marquant le début d’une progression fulgurante. « Je ne savais pas qu’elle avait ce potentiel. Mais les chronos n’ont cessé de descendre depuis. »

Qualifiée pour les Mondiaux de Montagne en 2016, elle a participé également cet hiver au match international juniors de 10 km après avoir terminé deuxième des Championnats de France quelques semaines plus tôt (record à 35’59). Et son nom aurait d’ailleurs pu sortir un peu plus tôt du chapeau si elle s’était alignée aux sélections pour les Championnats d’Europe de cross en novembre dernier. « Elle est entrée cette année en faculté d’espagnol. On n’a pas voulu perturber son adaptation en l’envoyant courir à Gujan-Mestras, surtout qu’il y avait les premiers examens. »

A la découverte de la piste

Avec une mention bien pour son premier semestre, la jeune tarnaise a pu se concentrer un peu plus à l’athlétisme avec les résultats que l’on connaît. De quoi donner de l’appétit à son entraineur. « Cet été on va s’essayer sur piste (elle n’a jamais fait de compétition sur piste). Mais on part complètement dans l’inconnu. Je pense qu’elle peut faire les minima sur 3 000 et 5 000 m pour les Championnats du Monde juniors. Surtout qu’elle a une excellente pointe de vitesse que personne n’a vue pour le moment. »

Mais pour l’heure, à son programme est coché le 10 km de Castres (ce vendredi), là où tout a commencé et où elle est double tenante du titre. « Castres c’est sa course, lance Max Lesauvage. Et même si elle est fatiguée, je pense qu’elle peut faire moins de 36’. En tout cas, beaucoup de gens veulent la voir. »

L’occasion de prouver une nouvelle fois son éclosion.

Partager cet article

Journaliste professionnel. Fondateur et rédacteur en chef de Track and Life.

Facebook Comments

Post a comment