Route du Louvre

Kipugat Letting a remporté la 13e édition de la Route du Louvre.

 

Les Kenyans Kipugat Letting et Viola Chepchirchir ont remporté la 13e édition de la Route du Louvre, qui, pour la première fois de son histoire, arrivait au sein du Musée le Louvre Lens.

« Le Dieu de la course à pied était avec nous aujourd’hui. » Le directeur de la Ligue d’athlétisme des Hauts-de-France Jean-Pierre Watelle pouvait se tourner vers les cieux pour les remercier d’avoir épargné la treizième édition de la Route du Louvre.

Simon Denissel en lièvre de luxe

En effet, alors que toute la ville de Lille s’échauffait pour prendre part au 42,195 km afin de rejoindre Lens, une pluie fine s’abattait sur la capitale du Nord. Mais à 9h30 (heure du départ), comme par magie, le climat s’améliorait, laissant les marathoniens dans une fraicheur automnale. Pas de quoi bronzer mais le temps était propice pour courir vite.

D’ailleurs, d’entrée, le rythme imposé par les premiers lièvres Laurent Delannoy et Simon Denissel lançait parfaitement la course. L’international sur 1 500 m passait en 30’38 au 10 km avant de se ranger et de laisser la dizaine d’athlètes dans les mains des deux derniers paces. « Ca rentrait bien dans ma préparation de faire un petit dix bornes après une grosse séance hier, lâchait Denissel, en pleine préparation pour la saison estivale sur piste. Les l’athlètes se sont accrochés et ç’a donné un gros chrono à la fin. »

Round d’observation au 30e km

La petite troupe passait en 1h05’20 au semi-marathon, sur les bases que les organisateurs s’étaient fixées. Mais au 30e kilomètre, alors que l’écrémage avait déjà eu lieu le long des magnifiques canaux de la Deûle, le dernier lièvre se retirait, laissant baigner un léger flottement en tête de course, où ils étaient encore six à pouvoir triompher. « Ils ont commencé à courir à 3’20 au kilomètre », expliquait Jean-Pierre Watelle.

Finalement, c’est le Kenyan Felix Korir qui lançait les hostilités au 37e kilomètre. Très vite, seul son compatriote Kipugat Letting pouvait suivre sa foulée. Et alors que Korir semblait plus facile visuellement, c’est Letting qui s’envolait vers la victoire à trois kilomètres de l’arrivée.

Victoire en un peu plus de 2h11

Le Kenyan vivait même un bain de foule incroyable sur la dernière portion du parcours puisque presque 10 000 randonneurs marchaient vers le Musée le Louvre Lens. Et c’est à l’aide des voitures ouvreuses qu’il se frayait un chemin jusqu’au parvis du Musée nordiste en 2h11’35, signant une très belle performance pour sa première sur la distance. « Je suis très content, lâchait-il. J’ai eu un peu froid mais c’était une belle course ! »

Romain Carette

Romain Carette a terminé premier Français de la Route du Louvre.

 

Derrière lui, Felix Korir prenait la deuxième place en 2h12’06, alors que Kirui Kiplangat complétait le podium en 2h14’18. « On a eu des performances de niveau mondiales, savourait Jean-Pierre Watelle. Pour nous c’est une grande satisfaction avec plus de 2300 marathoniens. Il y a treize ans, on n’imaginait pas arriver ici au Musée Louvre Lens. C’est un site exceptionnel !»

Romain Carette premier Français

Ils étaient finalement cinq à casser la barrière des 2h20, alors que Romain Carette, local de l’étape, terminait premier Français (14e) en 2h31’16. « Après le 35e ç’a été un long calvaire, avouait Carette. C’est dommage car j’avais vraiment respecté mes allures (3’25 au kilomètre) contrairement à d’habitude. Mais la fin de parcours a été très difficile pour moi. J’ai quand même pris beaucoup de plaisir. Tout au long du parcours il y avait beaucoup de monde qui encourageait les coureurs. »

Des encouragements dont a pu évidemment bénéficier la première féminine Viola Chepchirchir (17e au scratch en 2h48’09) et également tous les participants du 10 km qui continuaient d’arriver alors que les premiers marathoniens en finissaient.

Viola Chepchirchir

Viola Chepchirchir a remporté le marathon chez les femmes.

 

Sur cette distance, c’est Hicham Briki qui s’imposait en 30’44 (record de l’épreuve) devant Yohann Pruvot (30’59) et Ilyes Boum (31’29), alors que chez les femmes, la victoire revenait à Linda Ducrocq (37’18) devant Emilie Venza (37’28) et Florance Brimans (38’27). « On a vécu vraiment de très belles courses, savourait Philippe Lamblin, le président de la Ligue d’athlétisme des Hauts-de-France. Avec plus de 16 000 participants sur l’ensemble de la journée, on peut dire que nous avons réussi notre pari d’allier le sport et la culture. »

Facebook Comments

Post a comment