Justin Gatlin

Justin Gatlin est de nouveau touché par une affaire de dopage.

 

Déjà suspendu quatre ans en 2006 pour un contrôle positif, Justin Gatlin voit une nouvelle fois son nom associé à celui du dopage à la suite d’une enquête du quotidien anglais The Daily Telegraph où l’on apprend que son entraineur est en mesure de fournir des produits dopants à la demande.

Les supporters anglais avaient-ils eu du nez cet été en sifflant Justin Gatlin à chacune de ses apparitions sur le stade olympique ? Un traitement de faveur qui n’avait pas empêché le paria du sprint mondial de décrocher l’or des Mondiaux en faisant tomber Bolt pour sa dernière. Mais quelques mois plus tard, la statue déjà vacillante de Gatlin pourrait bien s’écrouler.

Un entraineur bien renseigné sur le dopage

C’est en effet, une enquête du quotidien anglais The Daily Telegraph qui révèle que l’entourage du sprinteur américain est en mesure de fournir des produits dopants. Se faisant passer pour des représentants d’une société de production devant réaliser un film sur un athlète de haut niveau, les journalistes se sont adressés à Dennis Mitchell, l’entraineur de Gatlin, pour savoir comment se procurer des produits dopants afin de doper l’acteur principal du film. Mitchell et Robert Wagner, un agent, ont alors proposé leurs services pour fournir de la testostérone et de l’hormone de croissance pour un total de 250 000 dollars.

D’ailleurs, les journalistes en ont profité pour enregistrer à leur insu les deux acolytes qui révèlent que le dopage est toujours présent dans le milieu de l’athlétisme mais qu’ils savent comment déjouer les contrôles. Ah bon ? Cet agent en question aurait même avoué que Justin Gatlin aurait également pris des produits pour améliorer ses performances.

Que font les instances internationales ?

Un nouveau scandale donc pour un athlète qui à bientôt 36 ans, était, depuis son retour aux affaires en 2010, revenu progressivement à son meilleur niveau, assurant évidemment être propre. De quoi faire réagir notamment Guy Ontanon, l’ex-entraineur de Jimmy Vicaut, sur sa page Facebook. « Quand est-ce que la Fédération internationale et le CIO vont finir par interdire la participation de ce genre d’athlètes dans les grands rendez-vous ? »

Récemment, Dimitri Bascou, médaillé de bronze sur 110 m haies aux JO 2016, déclarait (voir article) être pour le retour des dopés mais avec un maillot distinctif. Pour Gatlin, si cette nouvelle affaire est bel et bien vraie, il lui faudra un maillot très, très voyant, pour bien qu’on comprenne, qu’il n’a jamais tenu le bon rôle.

Facebook Comments

Website Comments

  1. Ryan
    Répondre

    Le titre est mensonge, vous prenez partie et oubliez votre rôle de journalistes . Justin Gatlin n’est pas piège par des journalistes !!!
    Je suis déçu par votre travail sur ce coup. C’est un titre du même niveau que la presse a scandale.

Post a comment