Julien Wanders

Julien Wanders a remporté le 31 décembre dernier la Corrida de Houilles.

 

Auteur d’un chrono de 28’02 lors de la Corrida de Houilles le 31 décembre dernier, le Franco-suisse Julien Wanders ne sera finalement pas le nouveau détenteur du record de France seniors du 10 km, enfin pour le moment. En effet, alors que tout avait été fait en ce sens, la FFA a décidé de ne pas l’homologuer. D’ailleurs, l’athlète s’est vu également retirer le record de France espoirs de la même distance qui avait pourtant été validé au mois d’octobre.

S’il fallait résumer cette histoire simplement, on dirait que Julien Wanders et la Fédération française d’athlétisme sont allés trop vite. Mais, évidemment, on se doit d’expliquer, enfin essayer d’expliquer, pourquoi, lors de la commission d’homologation de la FFA du 11 janvier dernier, la performance de 28’02 de Julien Wanders n’a pas été reconnue comme record de France seniors du 10 km à la place des 28’05 de Abdellah Behar (1999).

Un record espoir validé en 2017

Pour cela reprenons du début. Le 8 octobre dernier, lors du 10 km de Durban (Afrique du Sud), le Franco-suisse Julien Wanders, 21 ans, réalise la performance de 28’11, soit mieux que le record de France de la catégorie appartenant jusque-là à Benoit Zwierzchlewski (28’33 en 1998). Pourtant, rien n’indique qu’il va pouvoir obtenir ce record puisque selon la réglementation de la Fédération française d’athlétisme : « si un athlète possède la citoyenneté de deux pays (c’est le cas de Wanders qui est Suisse et Français) il peut détenir un record de France sauf s’il a représenté l’autre pays lors d’une compétition internationale » (Homologation et contrôles des records de France – 17-c). C’est le cas de Wanders, qui, dès l’âge de 18 ans, a couru pour la Suisse lors des Championnats d’Europe de cross 2014.

Pourtant, quelques semaines plus tard, le nom du Franco-suisse est apparu sur les tablettes en tant que nouveau détenteur du record de France espoir du 10 km, comme il l’était déjà chez les juniors (28’49 en 2015). Deux records, qui, si on suit à la lettre le règlement, n’aurait pas dû être donnés à Wanders, puisqu’il a choisi la Suisse depuis 2014.

La FFA avait donné son aval à Houilles

C’est donc avec ses interrogations que nous avions abordé la Corrida de Houilles du 31 décembre dernier, où justement un certain Julien Wanders voulait frapper un grand coup, et pourquoi pas, se rapprocher du record de France seniors. Des questions que s’était posées également Patrick Cadiou, le responsable de la course francilienne. « Avant la course, je me suis entretenu avec la juge arbitre de la course pour lui indiquer qu’il risquait d’avoir un record de France de la part de Julien Wanders, explique Cadiou. Elle s’est alors rapprochée de la FFA avant de revenir vers moi pour me dire que c’était possible tout simplement parce que Wanders détenait déjà le record de France espoirs depuis quelques mois. On avait d’ailleurs monté aussi la course pour ça, puisque les Français Yoann Kowal et Florian Carvalho venaient également avec de belles ambitions. »

Ensuite, Julien Wanders est allé vite, trop vite peut-être, puisqu’il a bouclé la ligne d’arrivée en 28’02, soit trois secondes de mieux que le record de France seniors. « Dès la fin de la course, on a rempli la déclaration de record, continue Cadiou. Et on a bien fait en sorte que Julien aille au contrôle antidopage comme c’est la règle pour homologuer un record. »

De là, nous publions notre article annonçant le record de France de Wanders, avec l’assurance de l’organisateur et de la FFA que ce dernier sera homologué malgré ce fameux article 17-c.

En avance sur la décision du comité directeur

Pourtant, dès les jours suivants, le record a vacillé même s’il était inscrit sur les tablettes de la FFA. « Le 2 janvier, j’ai reçu un coup de téléphone d’un juge expert de la FFA pour me demander de remesurer le parcours de la corrida, continue Patrick Cadiou. Cela avait été déjà fait en juillet et j’ai donc compris qu’on cherchait la petite bête. Même si entre temps, la juge présente le jour de la course avait rendu son rapport en indiquant que tout était réuni pour valider le record. »

Et finalement, le 11 janvier, la commission d’homologation de la FFA n’a pas validé le record de France stipulant que Julien Wanders ayant déjà porté le maillot de la Suisse au niveau international ne pouvait pas prétendre au record, soit le fameux article 17-c. Plus surprenant, depuis cette date, Wanders a également perdu le record de France espoirs – qui avait pourtant été validé – et même s’il apparait encore sur les tablettes chez les juniors, sa fiche personnelle FFA ne stipule aucun record de France…

A ne rien y comprendre. Sauf le fait que les instances dirigeantes de la FFA, sont peut-être allées trop vite en devançant une règle qui vient d’être votée et qui s’appliquera dès le 1er avril 2018. « Son record n’a pas pu être validé car il était sous l’ancienne réglementation, explique Jean-Yves Le Priellec, vice-président de la FFA et responsable de la CSO. On vient de voter en comité directeur que les athlètes binationaux soient reconnus. A partir du 1er avril, ils pourront donc avoir un record de France sur la simple présentation d’une carte d’identité française même s’ils ont déjà représenté un autre pays. Mais dans le cas de Wanders, la règle n’est pas rétroactive. C’est toujours pareil, il y a toujours des gens bien informés qui disent des choses qu’il ne faut pas dire. »

Wanders pourra battre le record dès le 1er avril 2018

Autant dire qu’à quelques mois près, Wanders aurait eu le record. Dans tous les cas, à partir du 1er avril, il pourra retenter sa chance. « La règle c’est la règle, lâche de son côté Patrick Cadiou. C’est juste qu’on aurait aimé être plus respectés. Mais on demandera à Julien de remettre les pendules à l’heure lors de la prochaine édition. »

Cette fois, s’il va plus vite que les 28’05 de Behar, Wanders aura le fameux record, même s’il ne le désire pas plus que ça.

A lire également

Record de France du 10 km pour Julien Wanders

Julien Wanders, l’exemple à suivre ?

Partager cet article

Journaliste professionnel. Fondateur et rédacteur en chef de Track and Life.

Facebook Comments

Post a comment