Gaetan Manceaux

Gaëtan Manceaux n’a plus couru à haut niveau depuis les Championnats de France Elite en salle 2016.

Alors qu’il a délaissé l’athlétisme de haut niveau depuis deux saisons, l’ex-international junior Gaëtan Manceaux (23 ans) est de retour aux affaires cet hiver. Et même si une petite tendinite l’a retardé dans sa préparation, c’est bien sur les pistes d’athlétisme qu’il a envie de reprendre du plaisir.

Il y a deux ans, lors des Championnats de France Elite, Gaëtan Manceaux avait quitté la piste du Stadium Jean-Pellez de Clermont-Ferrand en lâchant un cri de détresse. Seulement sixième d’une finale du 800 m très ouverte, le Roannais avait manqué la course de trop. « J’ai coupé après les France Elite 2016 car j’avais un dégoût de l’athlé, explique-t-il. Je n’ai pas réussi à remettre les baskets. Je ne sais pas pourquoi. Il y a peut-être eu un excès d’entrainement mais surtout, je pense que c’était un gros problème mental. »

La pression du résultat

Alors entrainé à Lille par Alain Lignier, l’ex-international juniors est loin de ses belles années d’insouciance, quand il enchainait les performances et les résultats sans s’en rendre compte (1’49’’21 en juniors, champion de France juniors et vice-champion de France Elite en salle en 2013). « J’ai connu des choses en juniors 2 qui ont été assez fortes, avec de très bons moments. Ensuite mon ancien coach est décédé (Frédéric Augagneur). J’ai eu beaucoup de mal à me dire qu’il était parti. Je me suis mis beaucoup de pression car je m’étais mis dans l’obligation de réussir.»

Malgré un record personnel en 2015 (1’48’’75) et trois médailles d’argent aux Championnats de France espoirs, ce n’est plus le même coureur sur la piste. « Il y a eu une première année d’adaptation à Lille (il a déménagé à Lille en 2013). Je me mettais la pression bêtement car je ne perfais pas en compétition. Quand tu fais un ou deux ans sans faire les performances que tu souhaites, tu ne ressens plus le bonheur de courir. J’ai beaucoup perdu confiance en moi. Au début, je ne pensais vraiment pas reprendre. Toute l’année j’ai fait la bringue et tu te rends compte que ce n’est pas une vie. »

Des nuits sur la piste de danse

Comme il le dit lui-même, il était passé de la piste d’athlétisme à la piste de danse. « J’ai passé du bon temps avec mes amis et ma famille. Ca m’a fait du bien de revenir sur Roanne pendant un an. A la base je voulais reprendre avec mon club. Mais je n’avais plus l’envie. Quand on recherche le haut niveau on ne peut pas être à 60 %. J’ai travaillé chez Decathlon. Ca m’a fait du bien de rentrer dans le monde du travail. J’ai retrouvé l’esprit de compétition au travail. »

Mais à un moment, l’appel du tartan s’est fait entendre et c’est progressivement qu’il l’a écouté. « Quand j’ai arrêté, l’athlétisme me dégoûtait sur par mal de points. Mais cet été, j’ai suivi les Mondiaux. Quand tu vois un Français faire champion du monde, ça montre que rien n’est impossible et qu’il faut avoir de la patience dans ce sport. Il faut persévérer et avoir confiance en soi. »

Un retour dès cet hiver ?

Une attaque au 300 m de la fusée Bosse et revoilà Gaëtan Manceaux baskets au pieds, prêt à reprendre son histoire avec le 800 m. Mais pas question de revenir à Lille. Pour repartir, il avait besoin d’un nouveau défi. C’est donc vers les Pays-Bas (Nijmegen), pour suivre sa petite amie, qu’il a décidé de se relancer. « J’ai déménagé à l’étranger avec ma petite amie. En quittant le milieu de l’athlétisme, je me suis écarté de beaucoup gens. J’avais honte de ne pas avoir confirmé sportivement. Mais maintenant,  j’ai repris la course. Là-bas, je peux utiliser les complexes sportifs. Avec le plaisir de courir, l’esprit de compétition est revenu. »

D’ailleurs, aujourd’hui coaché par Thomas Larchaud, il devait faire sa première sortie sur les pistes en ce début du mois de janvier. Mais une tendinite à l’insertion de l’ischio-jambier l’a freiné. Ce n’est que partie remise et il compte bien raccrocher un dossard pour de vrai dès cet hiver, après des piges pour son club de l’Athlétique du Roannais lors des Interclubs (2016-2017). « L’objectif c’est de reprendre du plaisir. »

Après une sortie de route, Gaëtan Manceaux veut faire son retour sur la piste, la vraie.

A lire également

Les déçus du 800 m

Partager cet article

Journaliste professionnel. Fondateur et rédacteur en chef de Track and Life.

Facebook Comments

Post a comment