Jimmy Vicaut

Après avoir couru la série, Jimmy Vicaut a déclaré forfait pour la demi-finale du 100 m.

 

Dans une première journée des Championnats de France quelque peu bancale à cause des nombreux concours de qualifications sans enjeu, on retiendra la bonne forme du sprint français malgré le forfait de Jimmy Vicaut pour une douleur à l’adducteur.

La première journée des Championnats de France Elite avait commencé par un sketch. Programmé à 12h40, les séries du 400 m haies ont failli être annulées puisque 21 athlètes étaient présents au départ pour 24 places en demi-finale.

Des qualifications sans intérêt

Et même si les courses ont finalement été lancées, le taux de qualification a évidemment atteint 100 %… De quoi se demander pourquoi faire courir ce tour en plus. « C’était un ascenseur émotionnel car au début on nous a dit qu’il n’y allait pas avoir la course puis 2’ après on nous a dit que c’était maintenu, expliquait Wilfried Happio, champion d’Europe juniors en titre et prétendant au podium dimanche. Le mot d’ordre était de courir relâché. On pense aux autres qui passent directement en demi donc ça ne sert à rien de se tuer en série. »

Oui car les tours de chauffe ne concernaient pas tout le monde aujourd’hui sur les courses (du 100 au 400 m haies) où les athlètes phares (ceux ayant réalisé les minima européens ou ceux qualifiés pour la Coupe du monde par équipes la semaine prochaine) pouvaient choisir de courir ou non. Les spécialistes du tour de piste (Coroller, Vaillant, Gueï, Chaboudez, Sananes, pour ne citer qu’eux) se sont sans hésitation épargnés une course supplémentaire, alors que les sprinteurs, au contraire, avaient choisi pour la plupart de courir les séries.

Bonnes conditions pour le sprint

Une bonne idée puisque Orlann Ombissa-Dzangue (11’’14 avec +1,9 en série, 11’’13, +1,5 en demi-finale) et Ophée Neola (11’’15, +1,5, en demi-finale) ont toutes les deux réussi les minima européens sur 100 m. « Je ne m’attendais pas à cette performance quand j’ai terminé la série, j’étais très étonnée du chrono, lâchait Ombissa-Dzangue qui a profité d’une météo parfaite pour le sprint. J’ai confirmé que j’étais en forme en demi-finale. Je pensais faire ce chrono en finale, finalement je le fais en série et je le valide en demi, ce n’est pas plus mal ! On verra le résultat à la bagarre demain. »

Une bagarre qu’on attend évidemment chez les hommes où les Golitin (10’’07, +1,1), Fall (10’’13, +1,1), Zeze (10’’16, +1,3) et René (10’’16, +0,9) ont tous montré qu’ils avaient de bonnes jambes ce week-end. Mais malheureusement il manquera Jimmy Vicaut. Au départ des séries cette après-midi, le recordman d’Europe était forfait ce soir pour la demi-finale à cause d’une douleur aux adducteurs. « Il a une petite pointe pas méchante au niveau de l’adducteur droit, expliquait Jean-Michel Serra, le médecin de l’équipe de France. Connaissant ses antécédents, il n’y avait aucun risque à prendre. » « Je ne suis pas mort, lâchait en rigolant un Vicaut détendu. Je me connais maintenant. Je préfère prendre mes précautions. Je vais passer un IRM en début de semaine et on verra pour la suite. »

Westphal première championne de France

La suite du week-end se jouera sans lui. Dommage car, malgré des concours de qualification sans intérêt aujourd’hui (qualifications faciles pour Lavillenie qui s’est permis un salto en franchissant 5,40 m, Chapelle, Guillon-Romarin à la perche, Pontvianne, Luron, Correa au triple saut), on a pu sentir que le spectacle allait normalement monter en gamme dans le week-end à la vue des demi-finales du 800 m féminin et 1 500 m masculins.

1 500 m

A la vue des séries, la bagarre sera intense sur le 1 500 m lors de la finale

 

Sur 800 m, la favorite Rénelle Lamote a parfaitement dominé sa course (1e en 2’04’’10), tout comme Cynthia Anais (1er de sa série en 2’04’’56) et Claudia Saunders (1ere de sa série avec 2’03’’73). Même scenario sur 1 500 m où les favoris ont montré les dents à l’image de Alexis Miellet (2e de la série 1 en 3’45’’90 derrière le Marocain Doukkana), et Simon Denissel qui a remporté la série 2 en 3’44’’62 devant Baptiste Mischler (3’44’’76) et Samir Dahmani (3’44’’91). « Les séries, c’est bon pour l’expérience, avouait Simon Denissel. On a bien fait de s’arranger en prenant des relais. J’avais les jambes lourdes mais elles ont répondu sur le dernier 200 m. Il y a une paire de jeunes qui vont vouloir gagner dimanche, cette fois on ne va pas s’arranger ! »

De quoi promettre de belles bagarres à l’image de la première finale de ces championnats, où Liv Westphal a dû résister au retour de l’espoir Mathilde Sénéchal pour s’imposer sur 5 000 m (16’02″04 contre 16’06″42). « Je savais que c’allait être dur par rapport à l’année dernière, jugeait Westphal. J’ai eu une saison compliquée. »

Compliqué comme l’opinion qu’on doit se faire de cette nouvelle formule des Championnats de France Elite.

Tous les résultats.


Pour contribuer financièrement à Track and Life, rendez-vous sur www.patreon.com/trackandlife et cliquez sur « Become a Patron »
Patreon Track and Life

Facebook Comments

Post a comment