Ninon Guillon-Romarin

Ninon Guillon-Romarin a battu le record de France de la perche.

 

Dans une journée très riche en performances, la perchiste Ninon Guillon-Romarin a battu son propre record de France alors que Carolle Zahi a failli casser la barrière mythique des 11 secondes sur 100 m.

Finalement, malgré le programme ultra chargé de cette deuxième journée des Championnats de France Elite, il aura fallu la nuit pour voir un record de France. Alors que le soleil se couchait, Ninon Guillon-Romarin a amélioré son propre record de France en effaçant une barre à 4,73 m.

Zahi et Ombissa-Dzangue en trombe

Une barre qu’elle a d’ailleurs presque passée à deux reprises puisque lors du premier essai, la Française l’effaçait avant que cette dernière ne retombe sans vraiment savoir pourquoi. Mais le principal était acquis et malgré des échecs à 4,78 m, la Française pouvait savourer cette belle soirée. « Je suis très heureuse, ce n’était pas fait d’avance car hier en qualification j’ai eu des soucis de réglage et j’ai eu une petite douleur, expliquait-elle. J’ai été remise sur pied pour aujourd’hui. Je suis très contente de la régularité que je montre. Je sens que j’ai encore franchi un palier et que ces hauteurs ne sont plus des montagnes pour moi. »

La montagne des 11’’ sur 100 m n’est plus très loin non plus pour Carolle Zahi. Les qualifications d’hier avaient donné un avant-goût du potentiel du sprint féminin sur la piste rapide de Albi. Cette après-midi, la confirmation est arrivée avec la finale explosive du 100 m. Les trois favorites (Zahi, Ombissa-Dzangue, Neola) avaient déjà réussi les minima pour les Championnats d’Europe de Berlin. La question était de savoir qui allait s’emparer de la couronne nationale.

Ruben Gado a terminé fort

Leader du sprint bleu depuis deux saisons, Carolle Zahi prenait un bon départ et résistait au retour de Orlann Ombissa-Dzangue avant de se tourner vers le chrono et de voir s’afficher un 11’’01 (+1,5), record personnel explosé ! Derrière elle, Ombissa-Dzangue explosait également son meilleur chrono avec 11’’06. « C’est très costaud, lâchait Zahi. Je savais que je valais moins de 11’’10 mais de là à faire 11’’01 ! Après, je savais qu’il y aurait une belle bagarre après les demi-finales qui ont été très rapides. Cette adversité me pousse dans mes retranchements. » « Je suis émue, je pense à l’année que j’ai passée, avouait de son côté Orlann Ombissa-Dzangue. J’ai fait beaucoup de sacrifices. Tout mon entourage m’encourage. J’ai un manque de confiance en moi donc je n’imaginais pas faire un tel chrono. Mon coach savait que j’en étais capable. Je suis très fière de ce chrono. » Du côté du 100 m masculin, c’est Marvin René qui s’est imposé à la photo finish contre Mickael Meba-Zeze (10″18, +1,6) devant Mouhamadou Fall (10″22).

Harold Correa

Harold Correa a réalisé les minima pour Berlin au dernier essai.

 

Quelques minutes plus tard, Ruben Gado en terminait avec deux jours de dur labeur. Bien aidé sur le 1 500 m par Jérémy Lelièvre, Gado bouclait son ultime effort en trombe (4’20’’86) pour décrocher les minima sur décathlon pour les Championnats d’Europe avec 8 126 points (10’’77, +2,9, 7,55 m, 13,63 m, 1,91 m, 48’’58, 14’’88 +1,2, 32,87 m, 5,10 m, 56,41 m, 4’20’’86). « Je savais que j’en avais encore sous le pied, expliquait-il. Je voulais me donner à fond pour ne pas avoir de regret. Je n’étais pas stressé avant le 1500 m, ce n’est pas une épreuve qui me stresse. Je suis vraiment satisfait de mon décathlon dans l’ensemble, je suis content du total réalisé. »

Correa refranchit les 17 m

Un sourire que l’on pouvait également voir sur le visage de Harold Correa. Lors de son ultime essai au triple saut, le Français s’emparait du titre et des minima pour les Championnats d’Europe avec un triple bond à 17,05 m (+1,2). « Ce titre est une façon de remercier tous ceux qui m’ont accompagné pendant mes deux ans de galère, lançait Correa. À la vue de ce que je réalise à l’entrainement, j’avais idée de réaliser les minima. C’est ma première vraie compétition, il me manquait donc des repères mais j’ai su corriger les erreurs au fil des essais. J’étais anxieux, mais tout s’est finalement mis en place. »

Pour le reste, on notera le titre du retour pour  Rénelle Lamote (2’00’’37), accompagnant dans sa foulée Cynthia Anais, auteure des minima pour Berlin avec 2’00’’60. « Je ne m’attendais pas à ça, avouait Lamote. Je pensais qu’on allait me laisser plus de responsabilités. J’ai su me reprendre pour bien terminer. Je ne pensais pas que ça irait si vite. »

Leurs responsabilités Ophélie Claude-Boxberger (9’48’’21) et Florian Carvalho (13’41’’91) les ont prises respectivement sur 3 000 m steeple et sur 5 000 m pour décrocher un nouveau titre de champion de France.

Enfin, alors que Floria Gueï et Pierre-Ambroise Bosse ont marqué leur territoire sur leur discipline respective, on retiendra les nouveaux visages à l’image des titres pour Awa Sene (13’’04, +2,1) sur 100 m haies et de Gabriel Bordier (19’38’’19) et Clémence Beretta (22’05’’25) sur 5 000 m marche.

Tous les résultats.


Pour contribuer financièrement à Track and Life, rendez-vous sur www.patreon.com/trackandlife et cliquez sur « Become a Patron »
Patreon Track and Life

Partager cet article

Journaliste professionnel. Fondateur et rédacteur en chef de Track and Life.

Facebook Comments

Post a comment