France de 10 000 m

Samira Mezeghrane-Saad a remporté les France de 10 000 m.

 

Favorite des Championnats de France de 10 000 m, Samira Mezeghrane-Saad s’est imposée aisément en 33’20’01 alors que l’espoir Yann Schrub a une nouvelle fois fait parler son finish pour remporter le titre chez les hommes en 29’19’’18.

Il aura fallu patienter toute la journée aujourd’hui à Pacé pour voir du beau spectacle en nocturne. Après une première partie réalisée par les Masters et la victoire de l’inusable Mohamed Serbouti (31’21’’34), et des relais en pagaille, c’est à 20h30 que les choses sérieuses commençaient avec les Elite femmes.

Mezeghrane-Saad comme un métronome

Dans une course heureusement plus fournie que l’année passée, Samira Mezeghrane-Saad accrochait dès les premiers mètres la foulée de la lièvre Jane Chelagat, alors que les projecteurs du stade de Pacé jouaient à « Jour-Nuit ». Cela ne gênait pas les deux femmes parfaitement régulière en 1’20 au tour, avec en tête l’objectif de boucler la distance en moins de 33’20, afin de s’assurer la qualification pour la coupe d’Europe du 10 000 m (minima à 34’34’’33 – Londres, 19 mai 2018).

A seize tours de l’arrivée, la Kenyane commençait déjà à lâcher le fil du chrono, obligeant la française à prendre la course à son compte. Véritable métronome, Mezeghrane-Saad continuait à creuser l’écart sur ses concurrentes sans faiblir, sous les « allez Maman » de sa fille. « Je sentais que j’étais capable de garder le rythme, expliquait-elle une fois la ligne franchie. J’étais venue avec 1’20 en tête, sans même savoir qu’il y aurait un lièvre. »

Emily de la Bruyère pour une première

Devant un public breton acquis à sa cause, elle franchissait finalement la ligne d’arrivée en 33’20’’01, synonyme de record personnel sur la distance (34’42’’77 en 2010 mais 32’41 sur route en 2017). « Dans cinq semaines à la Coupe d’Europe je vais partir pour faire les minima pour Berlin (32’30), on verra ce que cela donnera. » Satisfaite de sa performance qui prouve que sa préparation sur semi-marathon a porté ses fruits, l’athlète n’oubliait pas de penser à son entraineur Pascal Machat, actuellement tourmenté par une affaire judiciaire. « Je tiens à dédier cette course à mon entraineur Pascal Machat, que je soutiendrai jusqu’au bout. »

Derrière elle, la Franco-américaine Emily de la Bruyère, partie prudemment, décrochait finalement l’argent en 34’58’’30 pour son premier 10 000 m. « Je suis mitigée, j’aurais aimé me sentir plus à l’aise à ces allures, confessait-elle. Mais je reviens de blessure et j’ai couru seule de bout en bout, il faut se satisfaire de ce résultat ! »  Alors que la Tunisienne Soumaya Boussaid terminait troisième en 35’08’’90, c’est Hasna Taboussi-Mouton qui remportait le bronze en 35’55’’75.

Meftah a pris des risques

Et alors que la nuit noire tombait sur la Bretagne, les 31 hommes s’élançaient avec dans leur rang le Tunisien Boubaker et le Marocain Tougane, normalement au-dessus de la mêlée, et un lot de Français capables de jouer le titre. C’est d’ailleurs Abdellatif Meftah qui semblait d’entrée le plus virulent en collant le rythme du lièvre, suivi par une dizaine d’unités. L’allure oscillait autour des 29’ au 10 000 m quand le lièvre Koech relançait l’allure. A ce moment-là seul Boubaker, Tougane et Zahaf suivaient, alors que Meftah tentait de prendre le train.

Derrière, ça se regardait, et Guillaume Adam, parti prudemment, prenait la chasse avec à ses basques l’espoir Yann Schrub et le Marseillais Mohamed Serghini. L’écart entre Meftah et ce petit groupe ne dépassait jamais les 30 m. Plus les tours défilaient et plus un retour de la meute sur l’expérimenté international se faisait sentir. « La stratégie était de partir dans le deuxième paquet car c’est souvent ceux qui font ça qui jouent la gagne, expliquait  Adam. J’ai tenté mais je suis peut-être revenu un peu fort. Et sur le finish j’étais un peu juste. »

Quinzième médaille nationale pour Schrub

Sur le finish, comme souvent, c’est Yann  Schrub qui gagne. De retour sur les talons de Abdellatif Meftah à un tour de l’arrivée, l’espoir démarrait pour s’envoler vers la victoire (4e au scratch en 29’19’’18, victoire pour le Tunisien Abderraouf Boubaker en 28’48’’48) décrochant le titre élite (et espoirs) devant Abdellatif Meftah (29’22’40) et Mohamed Serghini (29’24’16), alors que Guillaume Adam terminait 4e Français en 29’34’’90. « Je partais sur 29’30 mais à chaque fois je suis passé en 1’10 au lieu de 1’11, se réjouissait Schrub, vainqueur de sa quinzième médaille nationale. J’ai collé le groupe et j’ai vu que devant ça craquait. Guillaume Adam m’a bien aidé. Et à la fin j’arrive à relancer. C’est parfait, je gagne dans les deux catégories et j’espère maintenant être pris pour la Coupe d’Europe. »

Avec le titre dans la poche et les minima (29’32’’09), Schrub devrait être à Londres, alors que Meftah et Serghini devront attendre la sélection. « Je suis content d’être revenu, glissait Meftah. Là j’ai refait une préparation pour reprendre de la vitesse car j’en ai perdu beaucoup en venant sur le marathon. Maintenant j’espère pouvoir faire la Coupe d’Europe pour faire 28’30 et reprendre de la confiance. »

A la vue de la forte demande pour la Coupe d’Europe de Londres venant des leaders de l’équipe de France, la DTN aura un choix compliqué à faire dans les prochains jours pour envoyer les 5 hommes qui courront en Grande-Bretagne.

Pour les filles, la question ne se pose pas pour Samira Mezeghrane-Saad qui, avec un large sourire, pense déjà à la qualification pour Berlin, son  principal objectif de l’année.

Classement espoirs hommes

  1. Yann Schrub 29’19’’18
  2. Abderrazak Charik 29’48’’26
  3. Clément Leduc 30’09’’43

Classement espoirs femmes

  1. Margaux Conan 36’47’’72
  2. Jasmine Mogis 42’50’’04

Partager cet article

Journaliste professionnel. Fondateur et rédacteur en chef de Track and Life.

Facebook Comments

Post a comment