Ninon Guillon-Romarin

Ninon Guillon-Romarin fait partie des candidates au podium aux Championnats d’Europe.

 

Ce lundi 6 août, l’équipe de France lancera ses championnats d’Europe à Berlin avec de nombreux atouts dans ses bagages. Outre les tauliers comme Lavillenie, Mayer, Bosse ou Mekhissi, la délégation française devrait pouvoir compter sur des athlètes au palmarès encore vierge comme Ludvy Vaillant, Ninon Guillon-Romarin ou encore Hassan Chahdi, qui auront une belle occasion de briller. Revue d’effectif.

24 médailles en 2014 à Zurich, 10 médailles il y a deux ans à Amsterdam, le total des Bleus cette année en Allemagne devrait se trouver entre ces deux eaux. Un peu en retard sur les temps de passage de 2014 avec notamment les forfaits des habituels médaillés Christophe Lemaitre, Yohann Diniz, Benjamin Compaoré (blessés) ou Mélina Robert-Michon (qui a accouché récemment) mais sûrement plus motivés que lorsque les JO se présentaient juste après (2016), la délégation française aura des atouts à faire valoir la semaine prochaine dans le stade olympique de Berlin.

Kevin Mayer en leader

Evidemment, s’il y avait un seul nom à inscrire sur une feuille dorée dès aujourd’hui, on écrirait celui de Kevin Mayer. Même si le champion du monde a raison de répéter qu’un décathlon n’est jamais gagné d’avance, il se présente en Allemagne en grandissime favori des dix travaux, après une saison où il a amélioré ce qui était déjà presque parfait.

Avec lui, Renaud Lavillenie (11 titres internationaux à son actif) – qui n’aura pas concours gagné d’avance notamment face au Suédois volant Duplantis et au Polonais Lisek – et Mahiedine Mekhissi (5 fois titré aux Europe), qui tentera un joli doublé 3 000 m steeple-5000 m, font évidemment partie des tauliers abonnés aux podiums.

Sur 800 m, le champion du monde Pierre-Ambroise Bosse, qui a sûrement sa tête placardé dans la chambre du Polonais Adam Kszczot, et la revenante Rénelle Lamote, auront également le titre en vue. Mais le double tour de piste est loin d’être une science exacte et les surprises pourraient fleurir.

Des surprises à venir en demi-fond

Des surprises que pourraient également réaliser certains autres tricolores en demi-fond. Sur le 10 000 m (voire sur 5 000 m), Morhad Amdouni, le champion de France de cross en titre, se présente dans une très grande forme et aimerait enfin effacer sa cinquième place de 2016 (sur 5 000 m), à neuf centièmes du titre… Des opportunités qui se présenteront également pour les steepleurs Djilali Bedrani (3e des bilans) et Yoann Kowal (sur le podium des deux dernières éditions) et pour les marathoniens Hassan Chahdi et Clémence Calvin, qui officieront dans des courses très ouvertes.

Pour le reste, alors qu’un hurdleur français (Pascal Martinot-Lagarde, Aurel Manga et Garfield Darien) sera à coup sûr sur le podium pour parfaire la tradition des haies hautes, le grand public devrait découvrir Ludvy Vaillant. En pleine bourre cette année (48’’76 sur 400 m haies), le Martiniquais de 23 ans a parfaitement géré sa préparation finale et arrive à Berlin à 100 % de ses moyens. Un constat qui prévaut également pour le triple sauteur Harold Correa (voir sa dernière séance d’entrainement). Sur le podium virtuel des engagés, l’international de 30 ans n’a plus de temps à perdre.

L’heure pour Vicaut

Tout comme un certain Jimmy Vicaut. Habitué à raccourcir le temps en meeting, le co-recordman d’Europe du 100 m, a, pour l’heure, toujours tremblé à l’approche des sommets (3e sur 100 m notamment en 2016 à Amsterdam). Et même si le Britannique Hughes sera redoutable (9’’91 comme lui cet été), le Français se doit de s’imposer.

Enfin, alors que les lanceurs Alexandra Tavernier et Quentin Bigot auront le podium sen vue, tout comme Jeanine Assani-Issouf au triple saut, Kafétien Gomis à la longueur et Ophélie Claude-Boxberger au 3 000 m steeple, les Bleus pourront compter sur la carte Ninon Guillon-Romarin. Quatrième des bilans européens, la Française a amélioré son record de France à Monaco (voir article), la propulsant, selon les dires de la favorite Ekaterini Stefanidi, dans les candidates très crédibles au podium.

Du crédit que les sprinteuses françaises Carolle Zahi et Orlann Ombissa-Dzangue ont acquis tout au long de l’été. Mais la préparation retardée à cause d’une blessure à l’ischio-jambier pour la première et le manque d’expérience à ce niveau là pour la deuxième, pourraient faire défaut. Dans tous les cas, les relais bleus (4×100 m) auront de la gueule.

On vous l’a dit, il y a des opportunités à saisir !

 

Nos pronostics : 15 médailles
Comme on est joueurs, voici nos pronostics des futures médailles françaises.
Médaille d’or : Kevin Mayer (décathlon), Mahiedine Mekhissi (3 000 m steeple), Morhad Amdouni (10 000 m), Rénelle Lamote (800 m), Renaud Lavillenie (perche).
Médaille d’argent : Pascal Martinot-Lagarde (110 m haies), Ludvy Vaillant (400 m haies), Mahiedine Mekhissi (5 000 m), Jimmy Vicaut (100 m), relais 4×100 m masculin.
Médaille de bronze : Pierre-Ambroise Bosse (800 m), Ninon Guillon-Romarin (perche), Harold Correa (triple saut), Hassan Chahdi (marathon), Alexandra Tavernier (marteau).

Pour contribuer financièrement à Track and Life, rendez-vous sur www.patreon.com/trackandlife et cliquez sur « Become a Patron »
Patreon Track and Life

Partager cet article

Journaliste professionnel. Fondateur et rédacteur en chef de Track and Life.

Facebook Comments

Website Comments

  1. BONETTI
    Répondre

    Bravo pour le pronostic à 15 médailles; je suis plutôt à 12.
    Par contre, tu as oublié le 4x400m féminin sur le podium …

Post a comment