Ninon Guillon-Romarin

Ninon Guillon-Romarin s’est classée cinquième du saut à la perche.

 

Alors que Mahiedine Mekhissi a tenu son rang comme à son habitude, la soirée n’a pas tourné à l’extase, comme on aurait pu l’imaginer, avec les quatrièmes places de Ludvy Vaillant (400 m haies) et Yoann Kowal (3 000 m steeple), la cinquième de Ninon Guillon-Romarin et la disqualification de Solène Ndama en finale du 100 m haies.

Tout avait pourtant débuté comme dans un rêve pour la délégation bleue ce soir. La combinarde-hurdleuse Solène Ndama avait une nouvelle fois impressionné son monde en demi-finale du 100 m haies (2e en 12’’77, +0,2) en retranchant un nouveau dixième à son record personnel pour se présenter en candidate au podium un peu plus tard dans la soirée.

Vaillant pas loin de la boite

Entre temps, Ninon Guillon-Romain avait parfaitement lancé son concours de perche, alors que les fauves du 400 m haies se présentaient sur la piste. Dans un cri rauque, le Wiking Warholm annonçait à ses congénères qu’il allait leur faire mal aux jambes. Mais il en fallait plus pour déstabiliser Ludvy Vaillant.

Le Français, qui partait avec le Norvégien dans son dos, prenait un gros départ, et tentait de colmater la puissance scandinave. Et malgré une belle dernière ligne droite, le Martiniquais échouait au pied du podium pour 11 centièmes malgré un nouveau record personnel (48’’42). « C’est la déception qui domine, lâchait-il. Je venais vraiment pour une médaille. Cette 4ème place est très frustrante. Même s’il y a un record personnel, on va dire qu’il a un goût amer. J’ai réussi à respecter mon schéma de course, mais je pense qu’il me manque encore un peu d’expérience. »

Ninon Guillon-Romarin prend de l’expérience

Un petit manque qui a également joué contre Ninon Guillon-Romarin. Bien dans son concours, la Française n’a malheureusement pas pu faire mieux que 4,65 m (5e), laissant les reines de la discipline à l’étage supérieur (victoire pour Stefanidi avec 4,85 m), pour l’heure. « Ce n’est pas comme si je faisais ça tous les jours, souriait la recordwoman de France. Je fais une entrée parfaite dans le concours. Après on essaie de faire des petits réglages mais on n’a pas eu le temps pour tout régler. C’est le jeu. Par rapport à mon niveau actuel, je suis à ma place mais je pense que j’ai le niveau pour rester dans ce groupe de tête. »

Un groupe de tête que connait pourtant déjà Yoann Kowal sur le 3 000 m steeple (titré en 2014). Mais comme son compère Dijali Bedrani (10e en 8’41’’83), le Périgourdin a manqué le coche ce soir (4e en 8’36’’77), laissant Mekhissi jouait tout seul. « Je pars de trop loin, j’ai fait la course qu’il ne fallait pas faire, regrettait Yoann Kowal. Avant la course, j’avais des doutes, j’ai eu peur et ça s’est reflété sur la course. »

La promesse Solène Ndama

Et alors que trois breloques venaient de s’envoler, les regards se tournaient vers la jeune Ndama, tellement brillante en demi-finale. D’ailleurs, ses premières foulées laissaient imaginer l’exploit, tant la Française faisait jeu égal avec les favorites. Mais à la huitième haie Patatra. La Bordelaise accrochait l’obstacle et perdait le fil, finissant à l’arrêt (finalement disqualifiée). « Je suis contente quand même car j’ai participé à une finale d’un championnat d’Europe, expliquait la pétillante tricolore. Je ne saurais pas expliquer mon erreur. Je n’ai pas réussi à tenir la cadence. Mais j’ai 19 ans et la vie continue. »

La vie continue et ces Championnats d’Europe de Berlin aussi. Mais après ce soir, l’équipe de France ne compte que deux médailles (l’or pour Morhad Amdouni et Mahiedine Mekhissi), alors qu’elle s’imaginait sûrement avec un plus gros pecul après quatre jours de compétition. La magie se fait attendre.

A lire également

Mahiedine Mekhissi, the Steeple Man


Pour contribuer financièrement à Track and Life, rendez-vous sur www.patreon.com/trackandlife et cliquez sur « Become a Patron »
Patreon Track and Life

Facebook Comments

Post a comment