Ludovic Ouceni

Spécialiste du 400 m, Ludovic Ouceni avait remporté cet hiver les Championnats de France cadets sur 800 m.

 

Lors du Bureau fédéral du 14 juin dernier, la FFA a validé la suppression des épreuves de 400 m et de 800 m lors des Championnats de France en salle cadets. Une décision motivée par le fait que la plupart des athlètes participants à ces compétitions ne franchissaient pas le cap des catégories supérieures.

Les Championnats de France jeunes en salle de Val-de-Reuil 2018 resteront donc les derniers où des cadets ont pu s’offrir un titre sur les distances du 400 et du 800 m. En effet, suite à la décision du Bureau fédéral de la FFA en date du 14 juin dernier, ces deux disciplines ne seront plus accessibles aux cadets lors des prochains Championnats de France jeunes en salle.

Seuls la catégorie des cadets est concernée

D’ailleurs, contrairement à ce qu’il avait été dans un premier temps publié, cette décision ne concerne que les U18 (cadets) et non également les U20 (juniors). « Il y a eu une petite coquille dans le rapport, avoue Jean-Yves Le Priellec, président de la CSO. Cela a été rectifié dès que l’information nous a été remontée. »

Mais pour les cadets, cela en est donc fini. Une décision prise par la Direction technique nationale pour relancer ces distances dans les catégories supérieures. « On a regardé ce qu’il se passe dans l’histoire sur 400 et 800 m et on a vu que les cadets, sur ces distances, avaient déjà du mal à faire une saison estivale dans la foulée, explique Patrice Gergès, le DTN. On veut éviter que ces jeunes athlètes fassent du spécifique un peu trop tôt dans la saison. L’idée est de leur faire faire du sprint (200 m notamment) ou des cross. »

Plus de monde sur 200 m ou en cross

Une décision qui prévaut surtout pour la masse d’athlètes qualifiés aux France et non pour les « tops » athlètes qui, à l’image de Ludovic Ouceni, Naïs Racasan ou Martin Fraysse, ont brillé cet hiver (Champions de France sur 800 m pour les deux premiers cités et sur 400 m pour le second) et cet été aux Europe cadets. « Je me suis renseigné auprès de plein d’entraineurs et ils ont avoué que le choix l’ hiver du 400 ou du 800 m pour un athlète était parfois celui de la facilité pour aller aux France par exemple, continue Gergès. Moi j’ai envie d’avoir des athlètes performants dans le futur et non des athlètes qui sont juste là pour faire le nombre aux France. »

Un choix qui devrait engendrer un reversement des athlètes concernés soit sur le sprint plus court pour les coureurs de 400 m ou vers les cross pour les autres. « Je préfère qu’on ouvre les portes sur 200 m que d’avoir des mecs qui se crament, conclue Patrice Gergès. Notre but est d’avoir plus d’athlètes performants justement sur ces distances dans le futur. Mais ceux qui veulent absolument courir ces distances pourront toujours le faire en meeting. »


Pour contribuer financièrement à Track and Life, rendez-vous sur www.patreon.com/trackandlife et cliquez sur « Become a Patron »
Patreon Track and Life

Partager cet article

Journaliste professionnel. Fondateur et rédacteur en chef de Track and Life.

Facebook Comments

Post a comment