Relais

Le relais medley « court » pourrait faire son apparition lors de la prochaine Coupe de France des spécialités et relais.

 

La réussite de l’incorporation cette année des relais medley et de haies a donné des idées à la Fédération française d’athlétisme qui réfléchit à l’ajout d’une nouvelle épreuve.

Sans contestation, les relais medley (1200-400-800-1600) et de haies (4×100 m et 4×110 m) ont été les moments forts de la dernière Coupe de France des spécialités et relais disputée à Niort les 8 et 9 octobre dernier. La prime du spectacle revenant aux relais de haies. « Au niveau spectacle, il n’y a pas de comparaisons possibles, lâche Fabien Lambolez, cadre technique régional (CTR) auprès de la Ligue Poitou-Charentes. Les 4×100 et 4×110 m haies ont été une vraie réussite. C’est le relais rêvé pour avoir du spectacle dans une compétition. »

Les relais 4×100 et 4×110 m haies plébiscités

Les Français avaient d’ailleurs déjà presque failli s’y essayer. « C’est une épreuve à laquelle l’équipe de France avait voulu participer il y a quelques années aux Penn Relays (compétition universitaire américaine), explique Lamboley. On voulait envoyer une grosse équipe avec Pascal Martinot-Lagarde et compagnie. Mais les Américains n’étaient pas trop chauds pour qu’on vienne les battre chez eux car c’est leur marque de fabrique. »

Une marque qui pourrait être plus compliquée à installer en France, contrairement aux medley, plus facile à composer. « Il faut avoir quatre hurdleurs dans ton club pour faire le relais, concède Lambolez. Ce n’est donc pas dit que cette épreuve se développe et entre dans les Coupes de France. Alors que le medley aura plus tendance à se développer car c’est plus facile de trouver des coureurs de demi-fond pour compléter l’équipe. Et ça donne la force de frappe d’un club. »

Le medley plus accessible

Avec 28 équipes engagées lors de la Coupe de France 2016, les medley ont séduit. « Nous avons instauré ces relais pour relancer le demi-fond, explique Patrice Gerges, directeur technique adjoint à la Fédération française d’athlétisme. Ca permet également aux clubs qui n’ont pas forcément beaucoup de sprinteurs de pouvoir quand même s’aligner à la Coupe de France. »

Et les clubs plus spécialisés dans le sprint devraient être ravis car un relais medley « court » destiné aux cadets est à l’étude sous la plus probable forme 100-200-300-400 m. « C’est un relais qui existe chez les cadets au niveau international, continue Gerges. Cela n’a pas encore été validé par la FFA mais ça permettrait de donner à cette Coupe de France une atmosphère plus festive et moins championnat. » « Faire un relais de ce type en septembre-octobre peut également permettre à un coureur de 200 m de faire un 300 m pour qu’il découvre un autre effort, prolonge Lamboley. Ca permet aux athlètes de voir autre chose. »

Un 100-200-300-400 m pour les cadets

Les Français connaissent d’ailleurs bien cette épreuve puisqu’ils y avaient glané le bronze lors des Championnats du monde cadets de Lille en 2011 grâce à Wilhem Belocian, Mickaël meba Zeze, Jordan Geenen et Thomas Jordier et l’or cet été aux Championnats d’Europe à Tbilissi, grâce aux cadettes Cyrena Samba-Mayela, Marine Mignon, Iman Jean et Eloyse De La Taille. De quoi faire perdurer l’école de relais française même si cette dernière est un peu en perdition. « Le relais n’est pas en voie de disparition mais ce n’est plus un truc qu’on fait comme avant dans les clubs, regrette Fabien Lamboley. Les gros clubs n’étaient pas présents par exemple à Niort. Avec l’ajout de ces nouvelles épreuves, le but est d’amener les jeunes à faire du relais dans leur club. »

Un travail quotidien qui a été récompensé cet été avec la médaille d’argent des juniors filles aux Championnats du Monde sur le relais 4×100 m (voir article). « Si on n’avait pas bossé le relais toute la saison, on ne l’aurait pas gagné cette médaille, prévient Lamboley, présent à Bydgoszcz dans l’encadrement français. Intrinsèquement, l’équipe était moins forte que d’autres. Plus les athlètes travailleront les relais dans leur club, mieux ça ira. »

L’ajout d’un nouveau relais devrait agir dans ce sens.

 

Revivez la Coupe de France 2016 en vidéo.

 

Partager cet article

Journaliste professionnel. Fondateur et rédacteur en chef de Track and Life.

Facebook Comments

Post a comment