Pierre-Ambroise Bosse

Champion du monde du 800 m, Pierre-Ambroise Bosse a créé la sensation en 2017.

 

Cette année a encore été l’occasion pour Track and Life d’aller sur le terrain à la rencontre des athlètes, des espoirs de l’athlétisme aux vedettes, pour vous proposer des sujets au plus près de l’actualité. Toujours plus nombreux à nous suivre, retrouvez le top 10 des reportages que vous avez préférés en 2017. 

10 – L’apprentissage supersonique de Laura Valette

Championne de France espoirs et meilleure performeuse française de l’hiver, Laura Valette a réussi une saison hivernale 2017 quasiment parfaite sur 60 m haies. Finalement, seule la médaille d’or des France Elite lui a échappé. De quoi parfaire son apprentissage du haut niveau tout en boostant sa rage de vaincre, alors qu’elle est annoncée comme l’avenir des haies hautes féminines en France.

Lire l’article

9 – Fabien Corbillon, entraineur aux Etats-Unis

À 41 ans, Fabien Corbillon n’est pas un entraîneur comme les autres. Seize années après avoir traversé l’Atlantique pour poursuivre des études en psychologie du sport, l’ancien décathlonien d’Orléans est aujourd’hui un coach expérimenté à l’université de Texas State, en première division de la NCAA (National Collegiate Athletic Association). Détenteur des plus hauts niveaux de diplômes des fédérations américaine et internationale, il livre son point de vue d’entraîneur sur un système parfois critiqué en France.

Lire l’article

8- Thomas Martinot-Lagarde, le 400 m haies comme une évidence

En cette saison post-olympique, l’athlète international Thomas Martinot-Lagarde a décidé de monter sur 400 m haies, après plusieurs saisons à haut niveau sur 110 m haies. Un choix autant dicté par son cœur que par son physique. Rencontre à l’INSEP.

Lire l’article

7- Haies d’honneur pour Ladji Doucouré

Le champion du monde 2005 du 110 m haies est au crépuscule de sa carrière puisqu’il a décidé de raccrocher les pointes après les Championnats de France en salle (18-19 février à Bordeaux). Ce mercredi au meeting de Paris, c’était donc en quelque sorte sa fête. Et on peut dire que ni les spectateurs, ni les athlètes, ne se sont gênés pour saluer celui qui restera comme l’une des grandes figures de l’athlétisme français.

Lire l’article

6- Pierre-Ambroise Bosse, la liberté de gagner

Dans une saison où il a tout changé, le Français est devenu le premier champion du monde tricolore sur 800 m. Un exploit retentissant qui confirme que ses choix, pourtant très controversés, ont été les bons.

Lire l’article

5- Les déçus du 800 m

Alors que le 800 m français n’a jamais été aussi haut avec le titre de champion du monde de Pierre-Ambroise Bosse cet été à Londres, la discipline a perdu de nombreux éléments depuis quelques mois. Brice Leroy, Florent Maillard, ou d’autres, ont lâché en route, déçus par un milieu où ils ne s’épanouissaient plus. Nous avons essayé de comprendre cette perte de talents.

Lire l’article

4- Mehdi Baala : « J’ai connu la vie le jour où ma carrière s’est arrêtée »

Le médaillé olympique sur 1 500 m en 2008 a été nommé directeur de la performance des équipes de France de la Fédération française d’athlétisme par le nouveau DTN Patrice Gergès. Une suite logique pour Mehdi Baala, qui jouait déjà un rôle dans l’encadrement de l’équipe de France lors de la dernière olympiade aux côtés de l’ex-DTN Ghani Yalouz. Interview exclusive.

Lire l’article

3- Patrick Montel, la voix décriée de l’athlétisme

Alors qu’il a fêté ses trente ans de micro lors des Championnats du Monde d’athlétisme de Londres, Patrick Montel n’a jamais autant fait débat autour de sa personne. Adoré par certains, détesté par d’autres, le commentateur du service public est l’une des cibles préférées des réseaux sociaux, où le moindre de ses écarts est reporté. « Démago », « mauvais », les insultes fusent quand on parle de « Montel ». Mais lui reste droit dans ses bottes, défendant les causes qui lui sont chères. Nous l’avons rencontré à une heure du direct de la soirée magique qui consacra Pierre-Ambroise Bosse (voir article). Histoire de comprendre un peu mieux ce personnage de l’athlétisme français.

Lire l’article

2- Leslie Djhone : « Je n’avais pas pensé à une fin comme celle-là »

C’est dans un hôtel du XVIe arrondissement de Paris, dans lequel il loge quand il monte de Toulouse à Paris, que Leslie Djhone nous a accueilli. Tenue décontractée siglée Adidas, son nouveau partenaire, le champion d’Europe en salle 2011 était prêt à aborder sa carrière, qu’il a stoppée net le 16 juillet 2014, après un anonyme 400 m en 48’’12 à Liège, très loin de son meilleur niveau. Evidemment, une seule question nous brûlait les lèvres : pourquoi être sorti par la petite porte, lui, l’un des étendards de l’athlétisme français, découvert par le grand public un soir d’août 2003, à seulement 22 ans, lors des Mondiaux de Paris, terminés à la cinquième place ?

Lire l’article

1- Vincent Luis : « Je n’ai pas mesuré l’impact qu’ont eu les JO sur mon corps »

Le septième des derniers Jeux olympiques de triathlon a remporté le 16 septembre dernier, à l’occasion de la Finale mondiale WTS de Rotterdam, la plus belle victoire de sa carrière. Un comble pour celui qui a connu une saison 2017 très compliquée, polluée par de multiples pépins de santé. Et alors qu’il nous avait annoncé un désir de se présenter sur plusieurs courses en athlétisme, sa santé en a décidé autrement après une campagne de cross où il a le plus souvent jonglé entre s’entrainer et se soigner. Mais pour l’athlète de 28 ans, les galères semblent derrière et le sourire est revenu. L’occasion de faire le point chez lui, dans la maison dans laquelle il vient d’emménager à 800 m du CREPS de Reims, pour savoir quel bilan il tirait de sa saison athlétique et surtout, savoir quand on aura l’occasion de le revoir venir se confronter au gratin athlétique. Rencontre à Reims

Lire l’article

Partager cet article

Journaliste professionnel. Fondateur et rédacteur en chef de Track and Life.

Facebook Comments

Post a comment