Morhad Amdouni

Morhad Amdouni a attendu les deux derniers tours avant d’accélérer et de s’imposer en solitaire sur le 5 000 m, sans oublier de prendre le chrono de son dernier 800 m.

 

Facile vainqueur du 5 000 m des Championnats de France Elite, Morhad Amdouni envisage de doubler cette distance et le 1 500 m aux prochains Championnats d’Europe.

Sans faire offense à ses adversaires, Morhad Amdouni se savait au-dessus de la mêlée ce vendredi sur le 5 000 m des Championnats de France Elite. Auteur d’un chrono de 13’22’’64 le 15 juin dernier à Stockholm, le miler avait de toute façon toutes les cartes en main dans cette finale, que ce soit en cas de course rapide ou tactique. La deuxième option était finalement choisie par ses adversaires. Et c’est donc à l’arrière du peloton que l’athlète du Val d’Europe Athlétisme passait la première moitié de la course.

Une démonstration de force

Sous un soleil de plomb, les outsiders Guillorel, Pépiot et Pires passaient chacun leur tour en tête de la course avant que le dernier cité ne lance vraiment la course. A ce moment-là, il restait quatre tours à parcourir et Amdouni s’était replacé sur le devant de la scène. L’artiste attendait finalement les deux derniers tours pour faire son entrée. « Le coach m’avait dit d’attaquer à 800 m de la ligne, expliquait Amdouni. Le plus important était de faire une démonstration de force. »

Après un premier 400 m rapide, seul Valentin Pépiot (finalement battu pour la deuxième place par Benjamin Pires) était encore sur le porte-bagages. La deuxième accélération était la bonne et Amdouni pouvait se permettre de saluer le public dans la dernière ligne droite tout en arrêtant sa montre lui signifiant qu’il venait de courir le dernier 800 m en 1’57. « Je me suis fait plaisir. Tout le monde me disait que j’allais gagner facilement mais rien n’est jamais gagné avant une course. J’ai aimé courir sur 5 000 m même si je resterai un athlète de 1 500 m-5 000 m. Le plus important, c’était la victoire. »

Le 5 000 m, une coïncidence

1 500 m ? 5 000 m ? Morhad Amdouni a décidé de remettre le deuxième au goût du jour cette saison. Très prometteur sur cette distance lorsqu’il était plus jeune (13’14’’19 en 2009 à 21 ans), il s’était focalisé dernièrement sur le 1 500 m après plusieurs années de blessure (3’34’’05 en 2015). Mais en cette saison olympique, la plus longue des deux distances est redevenue à la mode dans son esprit. « Cette saison le 5 000 m c’est une coïncidence, avoue-t-il. Je ne l’ai pas préparé totalement. Je me suis vraiment concentré sur le 1 500 m mais comme il n’y a pas beaucoup de courses, j’ai dû m’adapter. A Rabat  je n’étais pas au meilleur de ma forme (3’39’’32 le 22 mai). Ensuite, il y a eu Rome (3’35’’58 le 2 juin) et après à Montreuil, j’ai abandonné car je n’avais pas assez récupéré. Du coup j’ai voulu changer et tenter le 5 000 m. Changer d’orientation, ce n’est pas plus mal. »

Tout près des minima olympiques sur 5 000 m lors du meeting de Stockholm (13’22’’64 contre 13’15), Amdouni a ajouté une nouvelle corde à son arc en plus du 1 500 m (où il est déjà qualifié pour les Europe et en ballotage favorable pour les JO au jeu des places à trois athlètes par nation). « A Stockholm, c’était une course sans prise de tête. Je loupe les minima dans les deux derniers tours. Ca faisait très longtemps que je n’avais pas fait un gros 5 000 m. Je me suis bien régalé. Pourquoi ne pas doubler aux Europe sur 1 500 et 5 000 m ? »

Programme favorable à Amsterdam

A Amsterdam, le programme lui offre la solution la plus « facile » avec le 1 500 m situé avant le 5 000 m. « Je me concentre sur les Europe. Le but est de pouvoir garder toute l’énergie. Je sais que je suis capable de courir autour des 3’30 sur 1 500 m. Mais pour pouvoir aller vite sur 5 000 m, il faut aller vite sur 1500 m. Et après tu peux t’amuser. »

Pour pouvoir ensuite se distraire comme il l’a fait cet après-midi à Angers. Mais heureusement pour ses adversaires, il n’a pas décidé de doubler aux Championnats de France.

 

Retrouvez tous les résultats de la première journée des Championnats de France Elite.

Partager cet article

Journaliste professionnel. Fondateur et rédacteur en chef de Track and Life.

Facebook Comments

Website Comments

Post a comment