Mahiedine Mekhissi

Mahiedine Mekhissi va effectuer sa rentrée lors du meeting de Marseille.

 

De retour d’un stage d’un mois à Font-Romeu, l’athlète triple médaillé olympique sur 3 000 m steeple Mahiedine Mekhissi fera sa rentrée au meeting de Marseille le 3 juin prochain.

Plus de huit mois après sa dernière sortie en plein air (le Décanation sur 2 000 m), le triple médaillé olympique sur 3 000 m steeple Mahiedine Mekhissi va faire son retour sur le tartan. Et comme lors de sa dernière course, le Français s’alignera sur le stade Delort de Marseille. En effet, après un stage d’un mois à Font-Romeu, Mekhissi avait envie de remettre les pointes en compétition. Il sera donc au départ du meeting marseillais le 3 juin prochain sur le 3 000 m steeple. « On voulait trouver une course de rentrée après son stage à Font-Romeu, explique Farouk Madaci, son entraineur. Histoire d’avoir un repère pour savoir où il en est. »

Reprendre le rythme sur les barrières

Auteur d’une seule sortie en salle au meeting de Val-de-Reuil cet hiver (voir article), Mekhissi a, depuis, subi une nouvelle intervention sur ses tendons d’Achille douloureux (voir article). Et ce n’est finalement que depuis le mois d’avril qu’il a pu reprendre une vraie préparation. « Les entrainements sont très bons, on est content, lâche Madaci. Il a refait une bonne base foncière. Mais il y a un mois et demi, il était à l’INSEP en train de faire de la rééducation et il ne courait pas. Donc on ne va pas mettre la charrue avant les bœufs. C’est vraiment pour retrouver les sensations des obstacles. On aurait d’ailleurs préféré qu’il fasse cette rentrée au deuxième tour des Interclubs pour son club de Sotteville-lès-Rouen, mais avec les délais, on a été obligés de décaler de quinze jours. »

C’est donc un Mahiedine Mekhissi loin de son meilleur niveau qui se présentera dans un meeting marseillais très relevé. Mais l’essentiel est ailleurs. « On n’a fait que des entrainements en nature, avoue Madaci. Mais la compétition sera le meilleur indicateur pour évaluer sa forme. Mais on ne s’attend à rien. Même s’il court aux alentours des 8’30, ça nous ira très bien. Le but est de passer des barrières en compétition et se remettre dans la logique du steeple. »

Une logique qui devrait lui permettre de monter en puissance d’ici les Mondiaux de Londres (4-13 août).

Partager cet article

Journaliste professionnel. Fondateur et rédacteur en chef de Track and Life.

Facebook Comments

Website Comments

Post a comment