Heather Arneton

Heather Arneton, avec son entraineur Antony Yaïch, a réalisé la meilleure performance mondiale minimes de tous les temps en salle au saut en longueur.

 

La minime de l’Entente Franconville Césame Val d’Oise Athlétisme a réussi, hier à Eaubonne, la meilleure performance mondiale de tous les temps en salle de sa catégorie avec un saut à 6,23 m à la longueur.

Déjà auteure cet été d’un saut à 6,11 m (16 juin), synonyme de record de France, alors qu’elle n’était que minime première année, Heather Arneton a encore franchi un cap en ce début d’hiver. Hier, dans la salle d’Eaubonne, qui avait la veille accueilli le meeting des Furets d’Eiffage, la protégée d’Antony Yaïch a décollé dans le bac à sable pour atterrir à 6,23 m, nouveau record de France minimes mais également meilleure performance mondiale de tous les temps en salle. « Elle l’a réussi au première essai, explique son entraineur Antony Yaïch. Mais je retiens surtout le deuxième essai où elle est allée très loin. »

Hors-norme

Aux alentours des 6,50 m, ce deuxième saut était malheureusement mordu mais la jeune athlète (14 ans) est une pépite amenée à vite exploser toutes les barrières. « On sort d’un cycle d’entrainement donc elle était fatiguée, ajoute Yaïch. Mais c’est bien car ça veut dire que le travail qu’on a entamé depuis deux mois commence à porter ses fruits. C’est dans la logique. »

Intégrée progressivement à la Mentor Academy (voir article), structure privée d’entrainement créée par Antony Yaich, avec les sauteurs Yoann Rapinier et Mickaël Hanany, l’athlète francilienne semble avoir un avenir en or tant sa palette est déjà complète puisqu’en plus du saut en longueur, elle a réalisé hier la meilleure performance française minimes de tous les temps en salle sur 50 m (6’’59). En ajoutant ses 12,05 m au triple saut – « réalisés à 20h après sept heures passées sur la piste à cause du retard » – Heather Arneton a réalisé 135 points au triathlon, le total maximal possible pour la cinquième fois de sa jeune carrière.

Le record de Fiona May dans le viseur

Du très lourd, mais cela semble n’être que le début selon son entraineur. « Je pense que cet été elle pourrait se rapprocher des 6,70 m. En tout cas, ce qu’elle a fait en salle, présage une performance dans ces eaux-là, surtout que son saut à 6,23 m était dégueulasse techniquement. Elle a une grosse marge de progression. »

A la vue des performances françaises actuelles, Heather Arneton pourrait vite se rapprocher des meilleures seniors, même si, à son âge, il est interdit de participer à un championnat adulte (il faut avoir 16 ans). Dans tous les cas, le record du monde minimes (réalisé en plein air) de Fiona May (6,30 m) devrait prochainement tomber. Puisqu’elle concourra encore trois ou quatre fois cet hiver.

Rapinier à l’arrêt, Hanany continue
Progressivement Antony Yaïch intègre Heather Arneton à son groupe élite dans lequel on peut retrouver les internationaux Yoann Rapinier (triple saut) et Mickaël Hanany (hauteur). Blessé à la cheville cet été, Rapinier a été opéré à la fin du mois de juillet et n’a toujours pas repris l’entrainement. De son côté, le recordman de France du saut en hauteur, a décidé, à 33 ans, de repartir pour une dernière saison.

Partager cet article

Journaliste professionnel. Fondateur et rédacteur en chef de Track and Life.

Facebook Comments

Post a comment