Ladji Doucouré

Lors de sa dernière compétition, Ladji Doucouré était entouré de la plupart de ses successeurs.

 

Alors que Ladji Doucouré a couru sa dernière course ce week-end lors des Championnats de France Elite à Bordeaux, une question se pose : qui sera le prochain champion du monde français du 110 m haies ? Cinq athlètes se détachent comme les chercheurs d’or les plus à même de réaliser l’exploit. 

« Il y en a plein des Ladji. Je n’étais pas le plus rapide de ma génération. » Champion du monde 2005 du 110 m haies, double champion d’Europe en salle du 60 m haies (2005-2009), ex-recordman de France (12’’97 en 2005), Ladji Doucouré n’était peut-être pas le meilleur de sa génération mais c’est lui qui restera comme une légende de l’athlétisme français. Et à l’heure où celui qui a possédé tous les records de France de minimes à seniors, a décidé de raccrocher les pointes (voir article), il est temps de lui trouver un successeur, même si « Ladj », comme l’appellent ses amis, n’était déjà plus dans le « game » lors des dernières saisons.

Un « game » où le Doucouré aux jambes de feu de 2005 aurait d’ailleurs aimé prendre part. « J’aurais kiffé être chaud à cette période. J’aurais bombardé encore plus. Avant, il y avait toujours un Français pour trois Américains ou Jamaïcains. Là, ils sont toujours trois. Maintenant ce maillot fait peur ! » Trois, ils le seront d’ailleurs à Belgrade pour les prochains Championnats d’Europe en salle : sans surprise, Pascal Martinot-Lagarde (4e européen au bilan), qui défendra son titre acquis en 2015, devrait être accompagné de Garfield Darien (5e) et Aurel Manga (6e). De quoi avoir un premier aperçu de la succession de Doucouré même si deux absents majeurs manqueront à l’appel en les personnes de Dimitri Bascou (en reprise) et Wilhem Belocian (non qualifié).

Wilhem Belocian, le surdoué

Wilhem Belocian

Wilhem Belocian est le recordman du monde juniors du 110 m haies.

 

Tous les observateurs sont d’accord sur ce point : Wilhem Belocian est le plus talentueux hurdleur que la France ait connu. Un talent qui n’est pas passé inaperçu aux yeux de Vénuste Niyongabo, chargé de recruter les futurs cracks chez Nike, qui dit à propos de l’athlète du Lamentin : « le prochain champion du monde c’est lui ». Il est vrai que Belocian marche totalement dans les pas de Doucouré. Champion du monde et recordman du monde juniors en 2014 (12’’99, haies à 0,99 cm), l’athlète de 21 ans a déjà raflé deux médailles de bronze chez les seniors (Championnats d’Europe en salle 2015, en plein air 2016) tout en effaçant des tablettes les records de France cadets (13’’12, haies à 0,91 cm) et juniors (12’’99) de Doucouré. Seul un faux-départ lors des séries des derniers JO est venu ternir un début de carrière parfait (record en 13’’25). Un peu juste cet hiver à cause, notamment, d’une perte de puissance liée à un récent affûtage, Belocian est sans contestation un futur champion du monde. Mais le sacre ne devrait pas être pour cet été où d’autres paraissent plus mûrs que lui.

Dimitri Bascou, la suite logique

Dimitri Bascou

Dimitri Bascou a remporté les Championnats d’Europe 2016.

 

En voilà un qui semble arriver à sa pleine mesure. Troisième des Championnats du monde en salle, champion d’Europe et surtout médaillé de bronze olympique à Rio, Dimitri Bascou a réalisé une saison 2016 quasiment parfaite. En pleine progression chaque saison, le protégé de Giscard Samba semble, à 29 ans, arriver à son apogée, que ce soit sur le plan physique ou mental. Auteur de son record personnel en 2016 (13’’12), il semblait d’ailleurs dès cet hiver capable de s’emparer de la couronne continentale mais une petite blessure à la cuisse l’a freiné, alors qu’en deux sorties il avait réalisé la quatrième meilleure performance mondiale de la saison. De quoi laisser le champ libre à Pascal Martinot-Lagarde son plus grand rival actuellement sur le continent.

Pascal Martinot-Lagarde, encore une marche à franchir

Pascal Martinot-Lagarde

Pascal Martinot-Lagarde est le recordman de France du 110 m haies.

 

Champion du monde juniors en 2010, Pascal Martinot-Lagarde a tout de suite été comparé à Ladji Doucouré. Surtout que le 18 juillet 2014 à Monaco, PML s’était emparé du record de France de son aîné en 12’’95, de quoi voyager sereinement au niveau international. Cependant, malgré sa domination cette année là en Diamond League, Martinot-Lagarde s’était liquéfié aux Championnats d’Europe de Zurich pour finalement terminer troisième. Depuis, l’athlète de 25 ans n’a toujours pas validé les attentes placées en lui dans les finales qui comptent sur 110 m haies (4e aux Mondiaux de Pékin et aux JO de Rio) malgré un titre à l’Euro en salle en 2015. Une saison indoor qui pourrait néanmoins lancer parfaitement son année 2017, s’il venait à marquer de son empreinte le rendez-vous continental de Belgrade.

Garfield Darien, talent au physique d’argile

Ladji Doucouré

Souvent blessé, Garfield Darien est double vice-champion d’Europe.

 

Auteur des minima sur 60 m haies pour les Championnats d’Europe en salle après une année blanche à cause de blessures, Garfield Darien, 29 ans, a toujours répondu présent quand… il n’était pas blessé. Car c’est là le gros problème du Lyonnais, déjà double vice-champion d’Europe du 110 m haies (2010 et 2012) mais trop souvent absent pour espérer glaner un métal plus précieux. Auteur de 13’’15 en 2012, le hurdleur de 29 ans a depuis enchainé beaucoup de galères physiques, qui ressemblent fortement à celles vécues par Doucouré lui-même. D’ailleurs, aux Championnats de France, il n’a pas participé à la finale pour se préserver pour Belgrade.

Aurel Manga, la grosse cote

Aurel Manga

Aurel Manga va intégrer l’équipe de France pour son deuxième grand championnat chez les Bleus.

 

Un rendez-vous serbe où Aurel Manga devrait fêter sa deuxième sélection chez les A après l’Euro d’Amsterdam l’année dernière. Véritable révélation de 2016, Manga, également coaché par Giscard Samba, a été la surprise des derniers Championnats de France Elite en prenant la deuxième place en 7’’53 après un hiver quasiment blanc faute d’un emploi du temps chargé avec ses études. Véritable phénomène physique et notamment une carrure pleine de puissance, l’athlète de 24 ans, auteur de 13’’33 la saison passée, est celui, avec Belocian, qui semble posséder la plus grande marge de progression puisqu’il a longtemps privilégié le sprint avant de se consacrer pleinement aux haies hautes.

Cers cinq noms semblent sortir du chapeau à l’heure de venir s’asseoir sur le toit du monde même si d’autres comme le champion d’Europe espoirs 2013 Simon Krauss, Benjamin Sédécias, cinquième mondial chez les juniors en 2014 ou encore Nicolas Borome, finaliste européen chez les espoirs en 2015, pourraient un jour venir troubler l’ordre des haies.

Partager cet article

Journaliste professionnel. Fondateur et rédacteur en chef de Track and Life.

Facebook Comments

Post a comment