Yves Levasseur

Yves Levasseur a remporté le 800 m M60 en 2’26’’06.

 

Du 19 au 21 février, la salle Marie Curie de Nogent-sur-Oise (60) a accueilli plus de 1 200 athlètes pour les Championnats de France Masters. Une population de 35 à plus de 80 ans qui a toujours envie de concourir.

Quand on parle de Masters – anciennement prénommés vétérans – on pense à ceux dont les résultats continuent de faire rêver la plupart des amateurs comme Thierry Guibault (champion de France de cross en titre). D’ailleurs, lors des Championnats de France Masters en salle de Nogent-sur-Oise, de belles performances ont été réalisées à l’image de Patricia Lemaire sur le 800 m (2’15’’77 en F35 ans) ou encore de Camille Cayet au poids (13m07 en F45) et Michel Viallet au 60 m (7’’05 en M35 ans).

Médailles internationales et records du monde

Patrice Brochot

Patrice Brochot a déjà remporté 36 médailles internationales en marche athlétique.

Encore compétitifs chez les seniors, ces athlètes préparent leurs retraites sportives en engrangeant des médailles nationales. Pour les autres, la retraite professionnelle est déjà d’actualité. Mais l’envie de concourir est toujours intacte. « J’ai des objectifs, déclare Patrice Brochot champion de France du 5 000 marche (catégorie M60) en 26’09’’94. J’ai des challenges et ça me motive. Je suis venu à l’athlétisme par la course à pied et ça fait 12 ans que je fais de la marche athlétique. » A 64 ans, le marcheur est une référence dans le milieu avec pas moins de 36 médailles internationales (6 records du monde) dont un triplé à Lyon l’année dernière lors des Championnats du monde (5 000 m, 10 et 20 km marche). « J’ai appris assez vite. Depuis, je me perfectionne d’année en année. Aujourd’hui (19 février) j’ai pris un carton alors que ça faisait sept ans que cela ne m’était pas arrivé. Je suis déçu ! »

Une envie de gagner qu’on retrouve chez Yves Levasseur, local de l’étape (club de Saint-Leu-d’Esserent) et vainqueur du 800 m des M60 (2’26’’06). « Le but était de gagner. J’ai suivi le train et j’ai attaqué dans le dernier 200 m. On vient toujours pour la victoire. »

Marie-Astrid Monmessin

Marie-Astrid Monmessin (à droite) a battu à Nogent le record du monde du 3 000 m marche F60.

Recordwoman du monde des F60 sur le 3 000 m marche grâce à ses 15’39’’97 de Nogent, Marie-Astrid Monmessin n’était pas venue dans l’Oise pour faire de la figuration. « J’étais venu pour le record. J’ai un esprit de compétition très développé. J’ai toujours un chrono avec moi et j’essaie de pousser toujours plus loin. »

87 ans pour le vétéran de la compétition

Pourtant, à un certain âge, courir un 800 m, faire de la hauteur ou lancer le poids pourrait s’avérer très contraignant physiquement quand on voit que les deux vétérans de l’épreuve, Denise Leclerc (8’38’’92 sur le 1 500 m) et Georges Frustier (6m71 au poids) ont respectivement 82 et 87 ans. « Je continue parce que physiquement je m’entretiens, explique Patrice Brochot. « Je ne trouve pas que ce soit dur, continue Yves Levasseur. Je cours dans la limite de mes moyens. Je ne cherche pas à faire des trucs surhumains. Je le fais à mon niveau, sans faire d’efforts trop intenses. »

Robert Moumetou

A 82 ans, Robert Moumetou a remporté trois titres nationaux au lancer de poids, à la longueur et à la hauteur.

S’occuper à la retraite

Champion de France de la hauteur (1m04), de la longueur (3m03) et du poids (7m34) à 82 ans, Robert Moumetou livre ses secrets de longévité. « J’avais fait de l’athlétisme quand j’étais plus jeune et j’ai repris à l’âge de 65 ans. A notre âge, on a toujours mal quelque part. Il faut savoir ne pas trop s’entrainer pour ne pas se faire mal et assez pour garder de la musculation et de la souplesse. »

Des débuts tardifs dans le premier sport olympique pourrait expliquer cette envie de continuer à se rendre encore sur les stades. « J’ai commencé assez tard la course à pied (à 25 ans), explique Levasseur. J’y vais à l’envie. » Marie-Astrid Monmessin a même découvert le sport à 40 ans. « J’ai commencé à courir puis j’ai débuté la marche il y a sept ans car il manquait des gens pour les interclubs. Je n’ai pas appris à marcher et je ne fais pas de techniques. » « De toute façon, je ne connais pas d’autres sports, ajoute Robert Moumetou. Et il faut bien s’occuper à la retraite : la belote, ça va cinq minutes… »

Une occupation qui peut prendre beaucoup de place quand on commence à parcourir le monde pour participer aux compétitions. « Je vais aller au Portugal pour les Championnats d’Europe en mai, annonce Patrice Brochot. Et je compte également me rendre en Australie pour les prochains championnats du monde. Et c’est toujours sympa car on se retrouve avec les athlètes sur les compétitions. J’ai des amis allemands, anglais, espagnols. »

Du lien social, du plaisir et quelques médailles, voilà ce que viennent chercher ces Masters.

AV6A5358

Un concours de saut en hauteur ou l’occasion de retrouver des amis.

AV6A5295

La marche est l’une des disciplines regroupant le plus de participants.

Georges Frustier

A 87 ans, Georges Frustier, vétéran de ces championnats, remporte le poids chez les M85 avec 6m71.

Partager cet article

Journaliste professionnel. Fondateur et rédacteur en chef de Track and Life.

Facebook Comments

Post a comment