Pierre-Ambroise Bosse

Pierre-Ambroise Bosse a reçu de nombreux soutiens suite à son agression.

 

Depuis mercredi et les révélations de l’agression dont  il a été victime, Pierre-Ambroise Bosse a reçu de nombreux messages d’anonymes ou de champions sur les réseaux sociaux. Un soutien non négligeable pour un athlète qu’on dit fortement touché par ce qui lui est arrivé, alors que l’enquête continue pour retrouver ses agresseurs.

Il est vrai que si Tony Yoka, champion olympique de boxe cet été, avait été présent dans la nuit de samedi à dimanche dernier au côté de Pierre-Ambroise Bosse sur ce parking du Casino de Gujan-Mestras, les choses auraient sûrement été différentes. Roué de coups lors d’une altercation avec trois individus (voir article), le Français a été sacrément amoché puisqu’il souffre de deux fractures au visage qui ont engendré une Incapacité Totale de Travail de 18 jours.

Surtout, selon son entourage, le Français est très choqué moralement, ce qui peut se comprendre. « C’est au-delà du choc, a lâché Patrice Gergès, le Directeur technique national de la Fédération française d’athlétisme lors d’une interview pour BFMTV. Il est défiguré. C’est quelqu’un qui donne pour les autres. Il y a des choses bizarres dans cette société. On se retrouve d’une personne rayonnante à quelqu’un qui a subi un passage à tabac. »

« Evidemment que j’ai peur »

Un athlète, qui, dès le lendemain de son titre de champion du monde du 800 m à Londres, lançait avoir peur de ce qui l’attendait. « Evidemment que j’ai peur. J’ai passé un cap. Je vais arriver dans un bar, quelqu’un va vouloir faire une photo. Je ne dis pas que je suis une super star mais, en tout cas, pendant quelques semaines, ça risque d’être ce genre de choses. »

Le recordman de France du 800 m n’avait certainement pas imaginé que ça irait jusque là. D’ailleurs, afin d’aider son champion, la FFA s’est portée partie civile dans l’enquête qui a débuté pour retrouver les agresseurs de Bosse, dont un a été identifié. « Au travers des Equipe de France, nous prônons des valeurs éducatives, d’exemplarité et de solidarité, a lâché André Giraud, le président de la FFA. Nous pensons qu’elles doivent se traduire dans les gestes du quotidien, aux antipodes de ces agissements. »

Un soutien que le Français a pu quantifier sur ses réseaux sociaux entre les 54 000 likes et les plus de 5 000 commentaires qu’il a reçu sur son post Facebook annonçant son agression. D’autres messages sont également venus des personnalités du sport et de la télévision.

Nouvelle rassurante pour le Français, son humour reste intacte, à la vue du message posté sur le compte Instagram de son chat Rab’s.

Pour l’heure, Pierre-Ambroise Bosse est toujours en famille en Gironde mais devrait donner une conférence de presse en début de semaine à Paris avant de se rendre au Décanation à Angers (le 9 septembre).

Partager cet article

Journaliste professionnel. Fondateur et rédacteur en chef de Track and Life.

Facebook Comments

Website Comments

Post a comment