Pierre-Ambroise Bosse

Pierre-Ambroise Bosse en conférence de presse lors du Décanation.

 

Sacré champion du monde du 800 m à Londres puis violemment agressé quelques semaines après à la sortie d’une soirée, Pierre-Ambroise Bosse est revenu, en parallèle du Décanation qui se tient à Angers, sur son état d’esprit actuel et sur comment il envisage l’avenir. 

 

« Comment allez-vous aujourd’hui ?

Ca va beaucoup mieux, je ne ressemblais pas à ça il y a quelques semaines, je n’étais pas présentable. Les blessures visuelles se sont résorbées assez vite, mais les fractures ne sont pas soignées, je ne peux donc pas faire de sport. J’ai un œil particulièrement touché : j’ai eu des points de suture à la paupière mais surtout j’ai une cavité d’air qui s’est créée dans l’oeil et donc si je me mouche, si j’éternue ou si mon pouls monte un peu trop, cette cavité d’air risque de me faire voir double toute ma vie.

« Je suis quelqu’un de non-violent »

 Que ressentez-vous aujourd’hui à l’égard de vos agresseurs ?

Je n’ai pas le droit de parler de l’enquête en cours. Tout ce que je peux dire c’est qu’il y a des gens dangereux et qu’ils doivent prendre conscience qu’ils le sont. Mais il n’y a pas de haine particulière qui germe en moi, je ne vais jamais revoir ces agresseurs. J’aime toujours autant les gens. Je suis quelqu’un de non-violent, je résous toujours tout avec les mots, je l’ai toujours fait, jusqu’à il y a quelques semaines en tout cas !

Est-ce que venir aujourd’hui au Décanation peut être une thérapie pour vous ?

Je suis content d’être à Angers pour voir mes coéquipiers de l’équipe de France, mais aussi toutes les personnes qui m’ont envoyé des messages, pas seulement depuis l’agression. Je veux les regarder dans les yeux et les remercier pour tout ça. C’est frustrant de ne pas pouvoir donner autant d’énergie que ce que j’aurais voulu, je ne pourrai pas sourire sur les photos autant que je l’aurais souhaité.

« Je n’aurais jamais dû sortir seul »

Avez-vous été surpris de l’ampleur des réactions du public suite à votre agression?

Je suis agréablement surpris oui, j’ai reçu énormément de messages. Je rebondis toujours des épreuves mais celle-ci était particulièrement difficile à vivre. Les agresseurs ont touché mon visage, ça aurait pu être crucial. Je pense que ç’a touché les gens. J’ai reçu des messages très personnels de la part de supporters, qui m’ont raconté des épreuves qu’ils ont traversés, beaucoup plus difficiles que celle que je viens de vivre. J’ai pris le temps cette fois de lire tous ces messages. C’est marquant dans une vie de recevoir des mots aussi personnels.

Quelle est finalement la morale de cette histoire pour vous ?

La morale c’est qu’il faut faire attention. Ma grosse erreur dans cette soirée c’est d’être sorti tout seul. J’adore être libre donc pour moi c’était normal de sortir seul, mais je n’avais pas compris l’impact de cette médaille d’or. Je le sais maintenant, je ne peux pas sortir n’importe où. C’est la rançon de la gloire. C’est difficile toute cette ferveur, on a tous besoin de notre petit cocon. Même si c’est plutôt agréable, quand c’est trop c’est trop. C’est pour ça que je vais m’entrainer à l’étranger !

« Je souhaiterais partir deux mois en Australie »

Avez-vous déjà prévu ce départ ?

J’ai déjà été à l’étranger plusieurs fois. Ca n’a rien à voir avec la médaille ou l’agression, mais je vais retourner en Australie, c’est un endroit vraiment bien pour s’entrainer. Je n’ai pas encore organisé mon planning, mais je souhaiterais partir deux mois. J’ai envie de tester la Nouvelle-Zélande aussi. Mais j’ai quelqu’un à voir sur Melbourne (rires) !

Quel est votre programme dans les prochains jours ?

Je me fatigue très vite, j’ai une petite fiole d’énergie et je dois l’économiser au maximum. Je n’ai pas envie de faire de sport pour le moment, et je n’ai pas encore récupéré nerveusement de ma victoire. Je ne fais pas grand chose en ce moment, je prends du temps pour mon entreprise Deserve Her et pour répondre aux différentes sollicitations.

 

Partager cet article

Journaliste professionnel. Fondateur et rédacteur en chef de Track and Life.

Facebook Comments

Post a comment