Le speaker Philippe Chaput considère le cross Ouest-France comme le meilleur cross français.

Le speaker Philippe Chaput sera à la baguette ce dimanche lors des Championnats de France de cross-country.

 

Pour la 24e année consécutive, Philippe Chaput sera ce dimanche au micro pour commenter les Championnats de France de cross-country. Une place qu’il n’échangerait pour rien au monde.

« La première fois que l’on m’a proposé de commenter les Championnats de France de cross-country, j’étais comme un fou », se souvient Philippe Chaput. C’était en 1993, sur le parcours de Marignane (13). Depuis, le Langeaisien est resté fidèle au poste. « J’en n’ai pas loupé un depuis mes débuts et je ne ressens toujours pas de lassitude. J’ai commencé l’athlétisme par le cross. C’était la discipline où on pouvait voir un lanceur affronter un sprinteur. C’est moins le cas aujourd’hui, mais ça reste le rendez-vous numéro un de l’athlétisme français. Le France de cross est une institution. »

Bénévole pour les France de cross

Un événement qu’il commente bénévolement en tant que speaker officiel de la Fédération française d’athlétisme. « Avec ma société d’animation nous travaillons en tant que prestataires sur 75 événements dans l’année. Mais nous sommes bénévoles sur les championnats organisés par la FFA comme aux Europe à Hyères ou dimanche au Mans. »

Composé de cinq personnes, son équipe est armée pour répondre au mieux aux cahiers des charges toujours plus importants des événements en terme d’animation. « J’ai vu l’évolution de l’animation depuis mes débuts au micro. Il y a vingt ans, on branchait le micro à 10h du matin et on le rendait le soir. Maintenant, tout est structuré avec de la musique, des écrans géants, des présentations. Un déroulé de la journée est même créé. »

Une organisation au millimètre qui le gêne parfois, lui le passionné. « Mes collègues le sentent quand je pars en vrille, rigole Philippe Chaput. De toute manière, ils savent très bien que lorsque les courses Elite s’élancent, ça ne sert à rien de me parler. Le naturel revient au galop. J’enlève l’oreillette et c’est parti ! »

Rapports d’amitié avec les coureurs

Du plaisir, mais également beaucoup de travail pour être prêt le jour de l’événement. « Le France de cross c’est au moins 40 heures de travail personnel en amont, explique-t-il. Je prépare des statistiques que j’envoie à la presse. Et je me fais mes fiches sur les coureurs en me renseignant auprès des entraineurs ou de connaissances. J’aime bien être au courant des dernières infos pour être le plus précis possible. »

Surtout qu’il entretient des rapports particuliers avec beaucoup de coureurs puisqu’il les voit évoluer dans la boue depuis plus de vingt ans. « Ce dimanche, dans la course vétérans il y aura des athlètes que j’ai connus dans leurs années juniors. Je les connais depuis très longtemps. » Un rapport presque filial qu’il tente d’effacer une fois les courses lancées. « C’est ce que j’apprends aux jeunes que je forme via les séminaires de formation de speaker à la FFA. Il faut éviter de commenter avec des sentiments, sinon ça se ressent. »

A 57 ans, Philippe Chaput est aujourd’hui l’une des références micro en main en France. Pourtant, il ne se destinait pas du tout au podium. « J’ai fait partie de la création de l’Athletic Trois Tours en 1987. Pour aider le club, je prenais le micro sur des compétitions. Et un jour de 1991, Marc Maury (speaker professionnel) m’a contacté pour rejoindre la Fédération. Mais je n’étais pas intéressé. Mais en 1993, quand j’ai reçu un ordre de mission de la FFA pour commenter les France de cross, je n’ai pas hésité. »

« Quand j’arrêterai, je regretterai les France de cross »

Un choix qu’il ne regrette évidemment pas 23 ans plus tard. Partie intégrante de la « famille de l’athlétisme » comme il dit, Philippe Chaput est comme chez lui sur les Championnats de France de cross. « Je prends les clés le samedi et je les rends le dimanche soir. »

Une famille qu’il représente à merveille, sa voix étant connue de tous les habitués des joutes nationales dans les labours. « Ca me donne des frissons de me dire que je participe à ma manière à cet événement. D’ailleurs, le jour où j’arrêterai, s’il y a un événement que je regretterai, ce sera le championnat de France de cross. Mais j’irai en tant que spectateur ! »

Des spectateurs à qui il conseille de se lever tôt ce dimanche (6 mars). « La course des Masters va sûrement être la plus belle de la journée avec les Benhari, Lettelier, El Himer ou Guibault, le tenant du titre. C’est le rendez-vous à ne pas manquer ! »

Rendez-vous donc ce dimanche sur l’hippodrome du Mans (72) dès 11h05 avec en fond sonore un Philippe Chaput en pleine forme.

 

Pour suivre le streaming et tous les résultats en direct, rendez-vous sur le site de la FFA.

Partager cet article

Journaliste professionnel. Fondateur et rédacteur en chef de Track and Life.

Facebook Comments

Post a comment