Perche Elite Rouen

Axel Chapelle a battu son record personnel lors du Perche Elite Tour de Rouen.

 

Dans une ambiance de feu dans la Kindarena de Rouen, les Français Kévin Menaldo et Axel Chapelle ont assuré le spectacle en terminant en tête du contingent tricolore alors que Renaud Lavillenie s’est contenté de 5,50 m pour sa rentrée.

Si la perche devait avoir un temple en France, le Kindarena de Rouen serait assurément élue. Avec 5 000 spectateurs en transe, les athlètes ont été servis comme dans les plus belles ambiances de basket ou de handball. Les champions l’ont d’ailleurs bien rendu avec un gros spectacle barre en main. Le premier à se mettre en action était tout simplement le vice-champion olympique du décathlon Kevin Mayer. Venu prendre un bain de ferveur populaire, le décathlète a été servi. Ovationné après ses 5,20 m, Mayer a glissé vouloir revenir dès l’année prochaine à la vue des applaudissements réservés pour le dernier du meeting.

Thiago Braz brille en France

D’ailleurs, Renaud Lavillenie n’aura peut-être jamais reçu une telle ovation malgré ses 5,50 m. Très attendu pour son retour à la compétition après quatre mois d’arrêt suite à sa pause post-olympique et une blessure au quadriceps, le recordman du monde Renaud Lavillenie était attendu comme la légende qu’on vient scruter. Sifflé à Rio en août dernier, le Français a, cette fois, été porté par le public français. Ses moyens du bord l’ont laissé à 5,50 m, mais c’était assez pour le champion olympique 2012 qui devrait vite retrouver de la hauteur. « Je reviens de très loin. En quatre mois je n’ai fait que deux séances de perche. Là, je n’avais pas trop mes repères. Je ne me suis jamais autant foulé pour passer 5,50 m (rires). C’était un pari assez osé en si peu de temps. J’ai essayé de me faire plaisir. »

Au fond de lui, le boss Lavillenie devait d’ailleurs bouillir en voyant son bourreau de Rio, Thiago Braz briller. Très solide, le champion olympique, qui a pu compter sur l’appui du public français, s’est imposé avec un saut à 5,86 m, après avoir échoué trois fois sur le record d’Amérique du Sud en salle (5,94 m contre 5,93 m). Surtout, Lavillenie, a pu voir que le danger vient également de son propre camp puisque Axel Chapelle et Kévin Menaldo ont passé 5,70 m, avant d’être très solides à 5,78 m. « C’était une grosse compétition avec une grosse ambiance, lâchait Axel Chapelle, qui repart de Rouen avec un nouveau record personnel (ex-record 5,65 m). J’ai beaucoup de régularités à l’entrainement. Même sur élan réduit, je passe 5,50 m tous les jours. Je suis juste en galère sur mes perches en ce moment car je change mes gammes. Mais ça va le faire bientôt. »

Chapelle et Menaldo voient plus haut

Des minima pour les Championnats d’Europe de Belgrade (5,78 m) qui sont également dans le viseur de Menaldo. « Le concours a été assez long. Ca bouffe du jus. Il n’a pas manqué grand-chose. J’arrive à être assez haut à ces barres là. Ca retombe dessus car je commençais à avoir moins d’énergie sur la fin du concours. Je suis très content. Ca me fait mon troisième concours d’affilée à plus de 5,60 avec un gros 70, donc ça me met en confiance. J’ai encore un gros panel de compétitions pour faire les minima. Je me rassure de plus en plus. »

Perche Elite Tour Rouen

Sandi Morris s’est imposée avec un saut à 4,50 m.

 

Se rassurer, l’Américaine Sandi Morris n’en avait pas besoin. En pleine bourre depuis ses 5,00 m et sa médaille d’argent olympique, elle se savait au-dessus de la meute. Mais fatiguée par le décalage horaire, elle n’a pas pu faire mieux que 4,50 m après trois échecs à 5,72 m (record du meeting). « L’ambiance est incomparable. Il n’y a pas ce genre de manifestations aux Etats-Unis. » Derrière, Lisa Gunnarsson, la plus française des Suédoises terminait avec 4,40 m, alors que Marion Lotout restait scotchée à 4,15 m. Mais comme le dit Renaud Lavillenie, le temps est encore long jusqu’aux Championnats d’Europe. « J’ai essayé de me faire plaisir à sauter. Le physique tient, c’est vraiment une bonne chose. J’ai encore le temps devant moi pour préparer la saison. »

Le temps de reprendre sa place, que d’autres ne sont pas enclin à lui laisser.

Tous les résultats.

Partager cet article

Journaliste professionnel. Fondateur et rédacteur en chef de Track and Life.

Facebook Comments

Website Comments

Post a comment