Paul Renaudie

Au meeting de Metz (21 février), Paul Renaudie (à droite) avait conclu son 800 m en 1’48’’10.

 

Après un hiver studieux, Paul Renaudie est confiant à l’approche de la saison estivale, même si les France de cross lui laissent un petit goût amer.

Habitué à courir l’hiver au chaud dans les salles, Paul Renaudie a changé ses habitudes en cette saison olympique. Seulement trois sorties sur l’anneau de 200 m (3’50’’97 sur le 1 500 m le 9 janvier à Eaubonne, 1’47’’80 sur 800 m à Stockholm le 17 février et 1’48’’10 à Metz le 21 février) et beaucoup de boue au programme. « Je kiffe les cross ! Et j’ai besoin d’avoir un gros niveau d’aérobie pour me faire plaisir sur 800 m. »

Il visait un Top 20

Mais ce dimanche (6 mars), le spécialiste du 800 m n’a pas adoré sa prestation sur un parcours extrêmement usant (34e du cross court sa meilleure place néanmoins après 36e en 2012 et 38e en 2013). « Je suis déçu car je pense que je pouvais raisonnablement, à la vue des entrainements de l’hiver, viser un top 20. En plus j’adore l’ambiance des cross, mais ça fait deux fois que je n’exploite pas à fond mon potentiel car je pense que se mêler au groupe de tête doit être encore plus jouissif. Mais aujourd’hui (6 mars), j’ai eu du mal dans la boue, je respirais mal et j’avais mal aux jambes. »

Battu par quelques pistards, ce qu’il n’a pas forcément apprécié, Paul Renaudie sait néanmoins que l’essentiel est ailleurs. « Je voulais courir cet hiver car ça faisait un an que je n’avais pas vraiment couru en compétition (il s’est blessé l’été dernier). Le bilan est positif mais on en veut toujours plus. Foncièrement ce n’est pas grave ces France de cross, mais ça gâche un peu le plaisir. »

Paul Renaudie

Paul Renaudie (à droite) et son frère Jean-Baptiste en plein nettoyage après les France de cross.

 

Hébergé par Thierry Choffin et Rénelle Lamote

Surtout que le Bordelais a changé son mode de fonctionnement en septembre en décidant de s’entrainer avec Thierry Choffin, le coach du CREPS de Fontainebleau et d’Athlé Sud 77. « J’avais un besoin de changement dans mon approche de l’athlétisme, dans mon approche des courses, dans l’approche de l’entrainement. Avec Thierry c’est un entrainement qui me convient. J’aime tout.»

Entrainé auparavant par Bernard Mossant, Paul Renaudie effectue régulièrement le voyage entre Bordeaux (33) et Fontainebleau (77). « Ce sont des choix que l’on fait en famille (il est marié et a deux enfants). On a trouvé une organisation qui nous convient. Je viens sur Fontainebleau entre sept et dix jours par mois. Je dors chez Thierry ou Rénelle (Lamotte, membre également du groupe). On en profite pour faire des micros stages. »

Sinon, l’international français s’entraine sur Bordeaux autour d’une structure qui l’accompagne. « Je m’entraine tout seul sur Bordeaux mais j’ai du monde qui me suit. Jeff Lastennet (ex-international français sur 800 m) qui est mon kiné, me soutient également sur quelques séances. Il a un œil de spécialiste, c’est royal. J’ai tout ce qu’il me faut ! »

Faire tomber tous ses records

Et pour l’heure, cette nouvelle association semble fonctionner puisque Paul Renaudie a battu ses records indoor sur 800 et 1 500 m. « Quand je suis arrivé avec Thierry l’objectif était de battre tous mes records. J’ai commencé par ceux en salle. Maintenant le but va être de battre celui en plein air donc faire 1’45 sur 800 m (record : 1’45’’85 en 2012). Si je fais ça, je serai qualifié pour Amsterdam (1’46’’00) et je ne serai pas loin des Jeux olympiques (1’45’’10). Surtout que j’ai fait de très grosses séances cet hiver. J’ai passé des caps. Ce qu’il faut c’est être prêt pour cet été. Et je pense que je le serai. »

Mais avant d’entamer sa préparation terminale vers les Jeux olympiques, Paul Renaudie va souffler un peu. « Depuis le 1er octobre, je n’ai pas arrêté, je me suis beaucoup entrainé. Suite à mes deux courses en salle, je sens un petit coup de mou. On attendait que ça remonte mais depuis une semaine c’est compliqué. J’étais un peu en-dedans à l’entrainement. Donc on va lever un peu le pied avant de partir en stage début avril à la Réunion. »

Une île sur laquelle il lancera sa saison estivale le 23 avril lors du meeting international de Saint-Denis de la Réunion.

Partager cet article

Journaliste professionnel. Fondateur et rédacteur en chef de Track and Life.

Facebook Comments

Website Comments

Post a comment