Thomas Jordier

Thomas Jordier a remporté le 400 m des Championnats de France Elite à Angers.

 

Dans une finale du 400 m très relevée, l’espoir Thomas Jordier a réglé la meute (45’’72), moins de trois semaines après avoir eu son premier enfant. Il décroche en prime son ticket pour les Championnats d’Europe.

Placé dans le couloir 7, à la suite d’une série mal négociée – 2e après s’être « endormi au 120 m » – Thomas Jordier n’avait pas la meilleure des cotes avant le départ du 400 m. Au couloir 3, Mame-Ibra Anne, meilleur performeur français de la saison (45’’90), partait avec la pancarte de favori dans le dos. En ajoutant les internationaux Toumany Coulibaly et Teddy Atine-Venel, le titre allait être difficile à aller chercher.

Premier titre de champion de France Elite

Mais après un bon départ, dans l’aspiration de Atine-Venel, Jordier produisait son effort dans le dernier virage pour boucler son 400 m en 45’’72, devant Mame-Ibra Anne (46’’07) et Alexandre Divet (46’’13). « Ma tactique était de suivre Teddy car je savais qu’il allait partir vite, expliquait Jordier. Je pensais que Toumany allait revenir plus rapidement sur moi. Mais au 120 m, quand j’ai vu que j’étais tout seul, j’ai relancé. »

Une relance qui lui permettait de remporter son premier titre de champion de France Elite, après avoir dominé chez les jeunes. « J’avais été champion dans les catégories inférieures (cadets-juniors). L’année dernière, je n’avais pas pu participer aux France Elite car j’étais aux Europe Espoirs. Ce titre là me tient à cœur. »

Une victoire et un billet direct pour Amsterdam en un seul tour de piste, de quoi ravir le nouveau papa. « J’avais l’objectif de faire les minima aujourd’hui, rappelait-il. Les conditions étaient magnifiques. J’avais déjà fait un chrono similaire ici en 2014 au Décanation. Je suis super content. Je ne reproduisais pas jusque là les performances que je valais par rapport à l’entrainement. Je fais enfin les minima. L’année dernière, j’ai fait 45’’50 donc ça m’aurait vraiment gêné de ne pas faire les minima cette année. »

Les JO dans le viseur

En deçà depuis le début de la saison estivale (46’’32), Jordier avait une bonne raison puisque sa compagne attendait son premier enfant. « A Genève (le 11 juin) j’étais complètement cuit d’où les 48’’28. Mais je n’avais pas dormi pendant une semaine car j’ai eu un petit garçon le 8 juin. J’étais pourtant bien à l’entrainement. Ce que j’avais fait à Doha lancé (44’’75), ça valait ce que j’ai fait aujourd’hui. Je ne me suis donc pas inquiété. »

Et c’est sans inquiétude qu’il rejoindra Amsterdam avant de fouler la piste de Rio avec le relais 4×400 m et sans oublier sa carte personnelle (minima olympiques 45’’10). « 45’’10 c’est possible. L’année dernière j’aurais déjà pu les faire je pense. Je vise les minima olympiques. Et à Amsterdam, j’aimerais entrer en finale et aller chercher une médaille avec le relais. »

De quoi rendre cette année 2016 encore plus inoubliable.

Partager cet article

Journaliste professionnel. Fondateur et rédacteur en chef de Track and Life.

Facebook Comments

Website Comments

Post a comment