Morhad Amdouni

Morhad Amdouni devrait finalement être classé quatrième du meeting de Birmingham.

 

Alors que le Français pensait depuis samedi avoir battu le record de France du 5 000 m en salle en terminant troisième du meeting de Birmingham, les résultats vont être modifiés et Morhad Amdouni va être classé quatrième, échouant par la même occasion à cinq centièmes de la meilleure marque nationale. Retour sur un imbroglio.

Depuis samedi et le 5 000 m ultrasonique de Birmingham, les réseaux sociaux sont en ébullition. Côté anglais, on se délecte du nouveau record d’Europe de Sir Mo Farah (13’09’’16 contre 13’11’’13 pour Bob Tahri en 2010) pour la dernière course indoor de sa carrière. Côté français, l’annonce d’un nouveau record de France de Morhad Amdouni (13’10’’60) a cependant vite tourné à la polémique avec la publication de plusieurs vidéos retraçant le finish de la course.

Amdouni avait déjà un doute

En effet, sur ces images, prises sous différents angles, on peut suivre le train fou des quatre coureurs (Farah, Amdouni, Rop et El Bakkali) filant vers l’arrivée. Alors que Farah et Rop se détachent pour se jouer la victoire, le Marocain Soufiane El Bakkali semble prendre le meilleur sur le Français Morhad Amdouni. Pourtant, une fois la ligne d’arrivée franchie, Amdouni se voit attribuer la troisième place avec un chrono de 13’10’’60, synonyme de record de France. Une annonce qui l’a lui même surpris. « Quand j’ai franchi la ligne, dans ma tête, j’étais quatrième, glisse le Français, qui nous avait déjà confirmé cette version des faits samedi soir. Mais ensuite, j’ai vu le panneau et j’ai été pris dans le truc même si je trouvais ça bizarre. J’ai donc demandé au Marocain El Bakkali s’il avait fini devant moi ou non. Et il m’a répondu qu’il avait coupé son effort et que j’étais devant lui. C’a m’a mis le doute surtout que Birmingham est un très gros meeting et que si c’était annoncé que j’étais troisième, c’est que je devais l’être. »

Dans l’euphorie et après un 5 000 m sur des allures folles, on se doute que le Français n’avait pas la tête à se demander quelle était sa place, ce n’est d’ailleurs pas de son ressort, mais plutôt celui des juges qui ont dû se perdre dans la foulée de Sir Mo. De son côté, le Français a procédé à un contrôle antidopage (urinaire) à Birmingham avant de prendre l’avion pour Bordeaux dans la nuit pour rejoindre les Championnats de France où il a de lui-même demandé un contrôle sanguin afin d’être dans les clous pour valider le record. « J’ai fait le travail qu’il fallait faire », ajoute-il.

La photo-finish comme juge de paix

D’ailleurs, que ce soit sur le site de l’organisation ou sur celui de l’IAAF, le classement indiquait dès samedi que Morhad Amdouni était bel et bien troisième. Mais à la suite des nombreuses publications de vidéos sur les réseaux sociaux, le clan français a demandé des comptes à l’organisateur en souhaitant se procurer la photo-finish, de toute manière indispensable à la validation d’un record de France. « C’était vraiment particulier, avoue Amdouni, qui n’en a pas dormi de la nuit. Tu es super content car tu fais un très bon chrono mais en même temps tu es en pleine hésitation car tu ne sais plus réellement quelle position tu as fait. Mais évidemment le classement ça se respecte. S’il a fini devant moi, c’est comme ça. »

Ladite photo est dans les mains aujourd’hui de l’IAAF et l’impression d’un raté entrevu sur les vidéos devrait être confirmée dans la journée, modifiant de surcroît le classement. Une alternance des positions qui donne un chrono de 13’11’’18 à Amdouni, le faisant échouer à cinq centièmes du record de France. « Ca me donne une sorte de motivation, lance-t-il. Tôt ou tard, ce record sera à moi. »

« Je suis touché »

Néanmoins, après la cabale subie sur Facebook où certains s’emportaient à dire qu’il avait fait exprès de laisser planer le doute, le Français a avoué avoir accusé le coup. « Les gens parlent souvent sans savoir. Avec la fatigue, tu ne peux pas faire attention à tout. Moralement et physiquement cette course m’a fait du mal. Tu prends des claques alors que tu devrais être félicité. Je suis touché. »

Exempté du 1 500 m des Championnats de France Elite qu’on lui avait demandé de courir dans un premier temps, Morhad Amdouni ne devrait pas non plus être à Saint-Galmier la semaine prochaine pour le France de cross comme il le souhaitait initialement. En effet, le comité de sélection ne souhaite pas que les athlètes participent à une compétition avant le rendez-vous continental de Belgrade (3 au 5 mars).

Un rendez-vous où Amdouni visera assurément le titre sur 3 000 m à la vue de sa forme, puisque son niveau physique actuel, à 58 centièmes près, est excellent. En espérant que son niveau psychologique le soit aussi, après un tel week-end.

Les images amateurs de l’arrivée de la course.

Partager cet article

Journaliste professionnel. Fondateur et rédacteur en chef de Track and Life.

Facebook Comments

Website Comments

Post a comment