Mahiedine Mekhissi

Mahiedine Mekhissi a une chance de se relancer aujourd’hui sur le 1 500 m après sa quatrième place du 3 000 m steeple.

 

Le Français, meurtri par sa quatrième place sur 3 000 m steeple mardi, a décidé de confirmer sa présence dans les séries du 1 500 m ce soir. Le Français a envie de relever la tête, même si, à la vue du tirage, le triple médaillé olympique est tombé dans la série de la mort.

Depuis les minima sur 1 500 m réalisés au meeting de l’Artois (voir article), Mahiedine Mekhissi s’était laissé la porte ouverte pour courir le 3 000 m steeple et le 1 500 m aux Championnats du Monde de Londres, tout en gardant évidemment la priorité sur son épreuve. Mais dès la fin de sa finale manquée mardi soir (4e), le Français a eu envie d’en découdre avec les milers. « Rapidement, il a dit qu’il allait tout donner sur le 1 500 m », glisse son entraineur Farouk Madaci.

« Il s’en veut à mort d’avoir douté »

Une envie décuplée par cette course sans confiance que le Français a livré mardi, loin de son costume de super héros des grands championnats. Décroché rapidement dans la finale, il revenait comme un diable dans le dernier tour (3’56 sur le deuxième 1 500 m) pour échouer à 27 centièmes de l’Américain Evan Jager (8’15’’53 contre 8’15’’80). « Quand tu arrives à une compétition, tu te donnes confiance en te disant que c’est possible, livre Farouk Madaci. Mais là, ça s’est confirmé que c’était possible. Il pouvait être champion du monde. C’est ça qui est dur à digérer. Il s’en veut à mort d’avoir douté. »

Un doute qui s’est installé sur le terreau d’une saison contrariée par ses tendons et augmenté par un virus contracté à son arrivée à Londres. Mais une chance s’offre à lui dès ce soir pour réécrire un bout du livre, à l’image des Europe de Zurich en 2014, où après avoir été déchu de sa victoire sur tapis vert, le Français avait survolé le 1 500 m, même si son entraineur le voit différemment. « Ce n’est pas identique à Zurich. Mais c’est sûr qu’il a une chance de rectifier le tir avec cette course. »

Série de la mort

Mais cette série du 1 500 m s’annonce dantesque pour le Français, puisque, placé dans la série 1, il est tout simplement tombé dans celle qu’il ne fallait pas avec les champions olympiques Matthew Centrowitz (2016) et Asbel Kiprop (2008 et triple champion du monde en titre), le Marocain Abdalaati Iguider (3e aux JO 2012 et Mondiaux 2015), ou encore le Kenyan Elijah Manangoi (vice-champion du monde 2015) et le Djiboutien Ayanleh Souleyman (3e en 2013), que des cracks qui ont déjà couru moins de 3’30 (6 premiers de chaque série et les 6 meilleurs temps qualifiés pour les demi-finales).

Avec un jour de repos ce mercredi qu’il a consacré à la récupération active (massage le matin et footing de 40′ l’après-midi), Mekhissi devrait être en mesure de rivaliser. « A un moment donné de sa carrière, où il pourrait douter sur plein de choses, sa fin de course sur le steeple ne peut que lui confirmer qu’il est encore dans le game, avance Madaci. La première partie de la course résonnait comme un déclin mais la deuxième comme une résurrection. »

A confirmer ce soir à 20h25 heure locale (21h25 à Paris).

Un appel manqué
Suite à la finale du 3 000 m steeple mardi soir, un bruit a vite circulé sur le fait que le Français Mahiedine Mekhissi avait porté réclamation contre l’Américain Evan Jager pour deux passages à la rivière avec un pied hors-zone. Un appel dont le steepleur n’était même pas au courant. « On nous a expliqué qu’il y avait un appel dès qu’il y avait quelque chose qui n’allait pas, explique Farouk Madaci. Et là quelqu’un de la FFA a vu Jager mordre la ligne de la rivière à deux reprises. Mais notre aval n’avait pas été donné et s’il y avait eu une médaille, Mahiedine ne l’aurait pas prise. » Avec seulement 30′ pour déposer un protest, la FFA a préféré le déposer sans en avertir l’athlète. L’appel ayant été rejeté, l’histoire s’arrête là.

A lire également

Mondiaux de Londres : Trop tard pour Mahiedine Mekhissi

Partager cet article

Journaliste professionnel. Fondateur et rédacteur en chef de Track and Life.

Facebook Comments

Website Comments

Post a comment