Renaud Lavillenie

Renaud Lavillenie a réussi son concours de qualification et sera au rendez-vous de la finale de la perche.

 

Emmenés par leurs leaders Mahiedine Mekhissi, Garfield Darien et Renaud Lavillenie, les Bleus ont réussi une belle matinée avec de nombreuses qualifications pour les prochains tours.

Rien ne peut perturber un Mahiedine Mekhissi dans un grand championnat. Annoncé hier en série 3, le triple médaillé olympique a découvert dans la soirée que finalement il courrait dans la première. Bye-bye les Kipruto, place à El Bakkali et Birech. Mais comme il disait hier en conférence de presse, le Français s’occupe de lui et pas des autres. Et même un problème à l’entrée de la chambre d’appel l’a laissé de marbre. « Je ne sais pas pourquoi on m’a changé de série, apparemment c’est parce que la série 3 était trop relevée, suggérait Mekhissi. Après moi, on me donne la 1, la 2, la 3, je n’ai pas le choix, j’y vais. Mais il y a eu un autre problème. Je me suis échauffé comme si j’étais dans la première série, mais quand je suis arrivé en chambre d’appel on m’a refusé l’accès. Ca m’a un peu perturbé, j’ai appelé mon coach et les dirigeants de l’équipe de France. Mais je suis resté concentré sur ma course, j’ai essayé de ne pas gaspiller d’énergie puis tout est rentré dans l’ordre. »

Yoann Kowal ambitieux

Parti fort pour se placer dans les 200 m premiers mètres, Mekhissi se laissait ensuite emmener par le peloton avant de se replacer à 1 000 m de la ligne. A partir de là, rien ne pouvait lui arriver et c’est avec facilité qu’il se faufilait en finale (2e en 8’22’’83 derrière El Bakkali 8’22’’60), donnant rendez-vous à mardi. « Ce n’est jamais évident de rentrer dans un championnat, surtout en série 1, continuait-il. L’objectif pour moi c’était de faire dans les 3 pour éviter le passage au temps. J’ai rempli mon contrat. »

Mahiedine Mekhissi

Mahiedine Mekhissi a terminé deuxième de sa série pour rejoindre la finale du 3 000 m steeple.

 

Un contrat que Yoann Kowal a également rempli mais en s’ajoutant une petite frayeur. Tactiquement parfait tout au long de sa série, le champion d’Europe 2014 se faisait surprendre dans les derniers mètres par le retour de Tafese Seboka. Et il devait attendre la photo-finish pour voir son nom apparaître en troisième position (8’20’’60 derrière Jager et Seboka). « Je me suis fait peur sur la ligne parce que je me suis fait avoir par l’effet d’optique sur l’écran, j’ai juste eu le temps de faire le cassé. Dans deux jours, ce sera autre chose, il faudra être prêt, je n’ai pas peur de dire que je vise une médaille, j’ai envie d’avoir des ambitions et d’y croire. »

Ménaldo à la trappe

La médaille évidemment que Renaud Lavillenie y pense. Qualifié pour la 17e fois depuis 2009 en finale d’un grand championnat, le Français a fait le concours parfait. Sûr de son fait, le Clermontois a débuté à 5,60 m, enchainant cette barre et celle à 5,70 m au premier essai. Deux sauts, et le plein de confiance. « Vous étiez inquiets je suis sûr (rires) ?! Les concours de qualifications c’est toujours compliqué, on a plus à perdre qu’à gagner. C’est bien pour ma confiance car ma saison n’a pas été facile. »

En finale, Lavillenie retrouvera Axel Chapelle, le sauteur qui monte. Déjà sixième cet hiver aux Championnats d’Europe en salle, le Français a franchi 5,70 m au troisième essai pour rejoindre la cour des très grands. « Je n’ai pas eu de frayeur à 5,70 m car je savais que ç’allait passer avec mon 5,60m réussi au premier essai, expliquait Chapelle. C’est la cinquième fois que je fais cette barre, ça commence à être acquis. »

Kévin Ménaldo

Kévin Ménaldo ne s’est pas qualifié pour la finale de la perche.

 

Une barre qu’on pensait également acquise pour Kévin Ménaldo. Mais le Français s’est arrêté à 5,45 m, loin de ses prétentions. « Je me suis pas mal embrouillé avec le jury, lâchait-il. A mon deuxième essai à 5,60 m, j’avais demandé les poteaux à 70 cm sauf que, quand je retombe, je vois qu’il y a écrit 80 sur le panneau électronique… Je me suis senti volé. C’est dommage car j’avais des supers sensations. »

De bonnes sensations qu’avait également Valentin Lavillenie. Mais à cause d’un premier essai manqué à 5,60 m (il a réussi 5,60 m au 2e), le Français regardera son frère des tribunes mardi.

100 % au 400 m haies

Un 2/4 réussi à la perche mais un 3/3 réussi au 400 m haies. Composée d’un taulier et de deux espoirs, la team des haies hautes a brillé. Solide, Mamadou Kassé Hann s’est qualifié aisément pour les demi-finales (1er en 49’’34), tout comme Ludvy Vaillant. Le médaillé de bronze des derniers Europe espoirs a réussi une course pleine pour prendre un ticket direct pour le tour suivant (3e en 49’’49). « Pour une première course en individuel à ce niveau je suis vraiment satisfait, glissait Vaillant. J’ai essayé de faire abstraction du contexte, de l’ambiance incroyable du stade. Avec mon coach on a réussi à maintenir mon pic de forme des Europe espoirs » Finalement, seul Victor Coroller a dû attendre les repêchages au temps (cinquième de sa série en 50’’00).

Mamadou Kassé Hann

Mamadou Kassé Hann a remporté sa série du 400 m haies.

Une chance que n’a pas eu Elea Mariama Diarra sur 400 m. Septième de sa série en 52’’06, la Française a été la première athlète non repêchée pour les demi-finales à cinq centièmes près. « J’ai eu l’impression de respecter mon schéma, avouait Diarra. Je n’ai pas été assez agressive. » De son côté, Déborah Sananes (7e en 52’’50) est restée en retrait.

Aurel Manga s’arrête là

Enfin, le clan français a pu constater que Garfield Darien tenait la forme. En pleine gestion sur le dernier intervalle, le Français a rejoint les demi-finales du 110 m haies en terminant deuxième de sa série en 13’’36 (+1,3), se permettant de sortir de la piste en courant. « J’étais super bien à l’échauffement. Je me suis concentré sur ma technique. Maintenant, on va récupérer pour ce soir. »

Une soirée qu’Aurel Manga ne vivra pas sur la piste. Seulement cinquième en 13’’58 (+0,1), le Français n’a pas été repêché pour deux centièmes. « J’étais très bien physiquement mais j’étais trop bas sur les haies, tentait d’expliquer Manga. Après, c’est ma première expérience à ce niveau. J’avais peut-être trop envie de bien faire et j’ai dû manquer de lucidité. »

Avec huit qualifiés, les Bleus concluent une belle matinée. Place maintenant à la soirée, avec Pierre-Ambroise Bosse (800 m) et Garfield Darien, qui viseront la finale.

Partager cet article

Journaliste professionnel. Fondateur et rédacteur en chef de Track and Life.

Facebook Comments

Post a comment