Alors que trois des quatre relais français s’étaient qualifiés hier pour les finales du Challenge mondial, synonyme de qualification pour les prochains Championnats du monde de Londres, le 4×100 m féminin les a imités.

La pression devait être forte sur les épaules des sprinteuses françaises. Engagées dans cette deuxième journée du Challenge mondial des relais aux Bahamas, les Françaises savaient qu’elles n’avaient pas le droit à l’erreur en série du 4×100 m si elles voulaient que leur relais se qualifie pour les Mondiaux de Londres, comme l’avaient fait la veille leurs homologues du 4×100 m et les deux relais 4×400 m.

Disqualification du relais 4×200 m

En terminant troisièmes de leur série en 44’’14, Floriane Gnafoua, Stella Akakpo, Charlotte Jeanne et Maroussia Pare assuraient l’essentiel. En finale, même avec la disqualification des Américaines, les Françaises n’ont pas pu faire mieux que cinquièmes (43’’90), malgré l’apport de Carolle Zahi (à la place de Pare). Et elles ont pu constater l’écart qu’il existait entre elles et les Allemandes vainqueurs des Jamaïcaines (42’’84 contre 42’’95), alors que la Chine, comme chez les hommes, s’emparait du bronze (43’’11).

Dans les autres courses de la soirée, le relais 4×200 m masculin (Gautier Dautremer, Jeffrey John, Ken Romain et Ludvy Vaillant) était finalement la seule équipe française à ne pas rallier la finale, après une disqualification en série. Chose qu’avaient réussi la veille les deux relais 4×400 m.

100 % de relais qualifiés pour Londres

Mais les garçons comme les filles concluaient ce Challenge mondial à la huitième place. Vainqueurs de leur série la veille, Mamadou Kasse Hann, Teddy Atine-Venel, Mamoudou Eliman Hanne et Thomas Jordier n’ont pas pu rééditer l’exploit et ont franchi la ligne d’arrivée à la dernière place en 3’06’’33. Même constat chez les filles où Deborah Sananes, Brigitte Ntiamoah, Agnes Raharolahy et Floria Gueï concluaient leur relais en 3’35’’03.

Finalement limités en finale, les relais français ont néanmoins assuré l’essentiel lors de ce Challenge mondial puisque les quatre formations sont qualifiées pour les prochains Championnats du monde. Maintenant, place au travail pour être capable d’accrocher au moins une médaille dans moins de quatre mois à Londres.

Tous les résultats.

Partager cet article

Journaliste professionnel. Fondateur et rédacteur en chef de Track and Life.

Facebook Comments

Post a comment