Melvin Raffin

Melvin Raffin sera en lice ce soir en qualifications des Mondiaux de Londres.

Ce soir à partir de 18h35 (19h35 en France), Melvin Raffin se lancera dans les premières qualifications mondiales da sa jeune carrière au triple saut. Aux côtés des Français Jean-Marc Pontvianne et Benjamin Compaoré, le recordman du monde juniors en salle aura comme objectif la finale.

A tout juste 18 ans – il les aura ce mercredi 9 août – Melvin Raffin a quelques coups d’avance sur les jeunes de son âge. Recordman du monde en salle juniors cet hiver (17,20 m), le Français débutera ce soir sa « vraie » carrière internationale avec les qualifications des Championnats du monde de Londres, après avoir goûté au haut niveau lors des Europe en salle cet hiver. Mais tout semble glisser sur lui, à l’image de la conférence de presse où les caméras ne semblent pas l’intimider. Il faut dire que le garçon a de qui tenir en la personne de son coach Teddy Tamgho. Dans les pas du champion du monde 2013 depuis plusieurs saisons, Raffin a pu s’accommoder des caméras et des micros tendus à longueur de temps devant son mentor.

Dans le sillage de Tamgho

De l’expérience et du temps de gagnés, dont le gamin peut également profiter sur la piste, puisque le troisième homme de l’histoire à plus de 18 m au triple saut sait de quoi il parle. « Teddy m’apporte un peu de tout et notamment de la sérénité, explique Raffin. Il me dit que ça ne sert à rien de stresser, que ça va me brider. Il faut que je reste moi-même et faire ce que j’ai appris cette saison. Il m’apprend à comment aborder un grand championnat chez les grands, que ce n’est pas pareil que chez les jeunes et que le comportement compte. »

Seulement troisième des derniers Championnats d’Europe juniors dont il était le grandissime favori – battu notamment par son collègue d’entrainement Martin Lamou – Raffin semble avoir encore grandi avec cette épisode. « Aux Europe juniors, mon concours n’a pas été bon. Ma performance n’était pas celle que j’espérais. Il ne faudra pas faire la même erreur ici. On en a discuté avec le coach, on sait ce qui a bloqué aux Europe juniors. Le but est de ne pas faire les mêmes erreurs. J’ai beaucoup trop réfléchi à Grosseto, je me posais trop de questions alors qu’il fallait juste lâcher ce que je savais faire. »

Objectif une finale

Une petite claque qui pourrait être salvatrice avant de rentrer ce soir dans un stade bondé où les émotions devront être canalisées. « Maintenant que j’ai vécu Belgrade (Europe seniors en salle), je sais ce que c’est même s’il y a plus de monde ici. Je vais prendre ce championnat comme tous ceux que j’ai eu dans ma saison et faire ce que je sais faire. Il y a des points positifs à retenir de Belgrade et des points négatifs à oublier comme la finale par exemple. »

La finale sera son objectif initial, comme pour Jean-Marc Pontvianne et Benjamin Compaoré, même si pour Raffin, cette marche sera déjà un grand bond. « Je veux d’abord prendre de l’expérience et si c’est possible, être finaliste des Championnats du monde, ce serait déjà une très bonne chose. »

En chambre avec le taulier Benjamin Compaoré, Raffin peut également profiter des conseils du champion d’Europe 2014, de quoi accélérer encore plus son apprentissage avant son premier grand examen, ce soir à partir de 18h35 (19h35 heure française).

Compaoré ne se fixe pas de limite
Après une saison difficile où il a notamment été opéré de la cheville, Benjamin Compaoré fera partie des trois Français en lice pour une qualification en finale mondiale du triple saut ce soir. Un rendez-vous qu’il aborde avec l’expérience de ses trente ans (il vient de les fêter) et sans objectif particulier à part celui de ne rien regretter. « Je veux donner le meilleur de moi-même et pouvoir m’exprimer, explique-t-il.  Même si ma saison en terme de résultats est très mauvaise, tout est en train de monter. J’ai été finaliste dans tous les championnats auxquels j’ai participé. J’ai toujours passé les qualifications. C’est le minimum. Je ne me limite à rien. »

Partager cet article

Journaliste professionnel. Fondateur et rédacteur en chef de Track and Life.

Facebook Comments

Post a comment