Usain Bolt

Usain Bolt est au sol et les Bleus sont cinquièmes, l’épilogue d’un 4×100 m dingue.

Dans une finale du 4×100 m ouverte, les Bleus ont laissé passer leur chance en ne profitant pas du claquage de la légende Bolt à 50 m de la ligne. L’épilogue d’une soirée incroyable qui aura vu Kevin Mayer triompher, et Usain Bolt s’effondrer.

Alors que Kevin Mayer se préparait pour son podium (voir article), les fauves du 4×100 m faisaient leur entrée dans le stade olympique de Londres, chauffés à blanc. Tous les ingrédients étaient réunis pour un grand spectacle, avec une équipe locale sans scrupules, un Roi avant sa sortie, le haï Gatlin et les Bleus en outsiders.

Le claquage de Bolt

Composée de Stuart Dutamby, Jimmy Vicaut, Mickaël Zézé et Christophe Lemaitre (dans l’ordre de passage) l’équipe de France avait fière allure, surtout après des séries rudement menées et terminées à la deuxième place derrière la Jamaïque de Bolt (38″03). Mais dès le premier passage de témoin, les Bleus perdaient le contact avec la tête, malgré un bel effort de Vicaut. Devant, les Anglais pavanaient, bien suivis par les Jamaïcains et les Américains.

Un relais plus tard, le classement était toujours le même et l’ultime ligne droite allait désigner les rois. Sans aucun doute, c’est Usain Bolt qui allait venir cueillir les lauriers, comme il l’avait déjà fait tant de fois. Mais alors que les Anglais s’échappaient sur sa droite et que Christophe Lemaitre lui soufflait dans le dos, Bolt se redressait d’un coup, poignardé dans son ischio-jambier gauche. La fin du scénario s’écrivait sans lui (victoire de la Grande-Bretagne en 37’’47 devant les USA en 37’’52 et le Japon en 38’’04), lui qui avait toujours tenu le rôle principal depuis 2008. « Ca fait chier qu’un athlète se blesse, lâchait Jimmy Vicaut. Il voulait terminer en beauté et il termine comme ça. C’est dommage pour lui. »

Un potentiel inexploité

Dommage pour Bolt et dommage pour la France, qui comme à Pékin (2015), après avoir réussi ses séries, s’est écroulée en finale (5e en 38’’48). « Ca fait deux championnats du monde qu’on manque le coche, regrettait Christophe Lemaitre. C’est dommage de manquer des opportunités comme ça. » « C’est décevant, avouait de son côté Vicaut. Le potentiel est là à chaque fois mais ce n’est pas assez. Ca fait chier pour la France. Il faut travailler et on verra ça pour Berlin. »

Avant les Championnats d’Europe de Berlin l’année prochaine, la délégation française a des Championnats du Monde à finir demain. Dès le matin, Yohann Diniz et Kevin Campion seront en lice respectivement sur 50 et 20 km marche alors que les relais 4×400 m, qualifiés tous les deux, ont rendez-vous en finale demain soir, pour, pourquoi pas, ramener une nouvelle médaille à l’escarcelle bleue.

Partager cet article

Journaliste professionnel. Fondateur et rédacteur en chef de Track and Life.

Facebook Comments

Website Comments

Post a comment