Meeting de Val-de-Reuil

Mahiedine Mekhissi a terminé deuxième du 2 000 m du meeting de Val-de-Reuil.

 

Le meeting Normand a permis à la triple sauteuse Jeanine Assani-Issouf de décrocher les minima pour les Championnats d’Europe en salle. Venu quant à lui avec l’ambition de battre le record national du 2 000 m, Mahiedine Mekhissi s’est contenté d’une deuxième place, loin de ses ambitions chronométriques.

Athlète local depuis l’année dernière et son transfert au club de Sotteville-lès-Rouen, Mahiedine Mekhissi était la tête d’affiche de ce meeting de Val-de-Reuil. D’ailleurs, le triple médaillé olympique sur 3 000 m steeple avait voulu faire de sa rentrée un petit événement, puisque il avait annoncé vouloir battre le record de France du 2 000 m. Dans un premier temps, le spécialiste du steeple pensait à celui en plein air de Mehdi Baala (4’53’’12). Mais à la vue des allures demandées aux lièvres (30’’ sur chaque 200 m pour une allure de 5’), c’est bel et bien sur le « vrai » record en salle de Bob Tahri (4’59’’84 réalisés à Liévin en 2006), que Mekhissi s’est élancé.

Un 2 000 m lancé sur des bases de 5′

Calé derrière les Kenyans Bett et Ngetich, Mekhissi prenait ses responsabilités jusqu’aux 800 m, passés en un peu plus de 2’, avant de laisser partir le train. « J’ai pris des risques, lâchait Mekhissi. C’est ce qui m’a manqué pour aller chercher la victoire. Il faut savoir que quand tu pars derrière les lièvres, tu te mets à découvert, tu prends des risques. J’aurais pu courir derrière et jouer la gagne. »

De retour dans le peloton de chasse après un kilomètre, Mekhissi attendait les 100 derniers mètres pour déborder ses adversaires et finir deuxième (5’08’’58), puisque l’Ethiopien Aman Kedi, avait tenu plus longtemps que lui dans la foulée des lièvres (5’05’’98). « Ce n’est jamais évident de faire sa rentrée. J’avais une appréhension par rapport à ça. Ca fait quatre ans que je n’ai pas fait d’hiver. Ma rentrée est correcte même si j’espérais mieux. »

Assani-Issouf fatiguée

Du côté du sautoir, Jeanine Assani-Issouf avouait ne pas être spécialement venue pour les minima européens. Mais après un échauffement « catastrophique » et des premiers sauts moyens, la championne de France en titre s’est envolée à 14,00 m, cinq centimètres plus loin que les minima (13,95 m). « J’étais venue avant tout pour gagner, avouait Assani-Issouf. Sur le coup je ne pensais pas aux minima. Je suis satisfaite même si j’ai mal démarré la compétition. J’étais fatiguée et en plus on a eu la présentation des athlètes au milieu de l’échauffement. J’ai perdu du temps. J’ai tout fait dans la précipitation. Je n’avais aucune sensation à part au niveau de la course d’élan. »

Les minima en poche, Assani-Issouf va pouvoir préparer les Championnats d’Europe de Belgrade avec le meeting d’Eaubonne ce vendredi. Pour Floria Gueï la préparation passait par un 200 m à Val-de-Reuil puisqu’elle a déjà ses minima en poche. Troisième en 23’’61, la Française était satisfaite de sa séance de vitesse. « On voulait savoir où j’en étais au niveau de la vitesse, expliquait Gueï. C’est sûr que je ne suis pas au maximum de mes capacités. Mais bon cet hiver, je suis vraiment focalisée sur le 400 m. C’est toujours plaisant de changer de discipline mais je vais vite retrouver le 400 m car je vais courir à Metz. Généralement je fais très peu de salle. Là c’est juste un petit challenge qu’on s’est lancés avec mon coach. »

Ce challenge, c’est remporter une médaille à Belgrade. Pour les autres comme Jean-Marc Pontvianne, le challenge sera déjà d’être présent en Serbie. Mais comme depuis le début de la saison, le triple sauteur tourne autour des minima, sans les franchir (16,65 m). Deuxième aujourd’hui et premier Français, il s’est arrêté à 16,53 m un peu plus loin qu’Harold Correa (16,43 m), finalement troisième.

Pour les « tripleux », le meeting de Metz restera l’avant-dernière tentative avant les France. Pour les autres, Eaubonne ou Bercy pourraient faire l’affaire. Mais dans tous les cas, la dead-line approche, ils sont encore très peu à avoir décroché le fameux sésame.

Doucouré dit stop

Le champion du monde 2005 du 110 m haies Ladji Doucouré a confirmé qu’il arrêterait sa carrière après les Championnats de France en salle de Bordeaux. Régulièrement blessé depuis de nombreuses années, Doucouré est arrivé au bout de son histoire avec l’athlétisme. « Je voulais faire quatre olympiade en terme d’entrainement, je les ai faites, a-t-il déclaré lors de l’émission le Moscato Show sur RMC. Les faire en participation cela aurait été génial. Je suis allé au bout de mes souhaits. Mon deuxième souhait, c’était de ne pas sortir sur une blessure. L’année dernière j’ai galéré. C’a n’a pas été facile. Je me suis donc dit : pourquoi pas refaire un peu de salle et terminer sans pression aux Championnats de France ? »

Tous les résultats du meeting de Val-de-Reuil.

Partager cet article

Journaliste professionnel. Fondateur et rédacteur en chef de Track and Life.

Facebook Comments

Website Comments

Post a comment