François Barrer

François Barrer a terminé deuxième des interrégionaux du Nord sur le cross long.

 

Co-organisateur du meeting national du DAC Reims (17 février), l’international espoirs François Barrer s’épanouit dans ce rôle sans pour autant négliger sa saison sportive.

Dauphin de Vincent Luis lors des interrégionaux du Nord de cross-country dimanche dernier (14 février), François Barrer a dû passer très vite à autre chose. Co-organisateur du meeting du DAC Reims aux côtés de Rénald Goujard, le Rémois est sur le qui-vive pour que tout se passe parfaitement ce mercredi. « Je travaille avec Rénald sur le plateau surtout sur les épreuves de demi-fond, explique Barrer. Je ne fais pas ce qui est négociation avec les athlètes ou la logistique. Je me charge de contacter les athlètes. En faisant du haut niveau, on développe un réseau un peu sans le vouloir. C’est toujours plus pratique de connaître des gens pour les contacter. »

« C’est un échange entre le club et moi »

Le 1 500 m a d’ailleurs connu des changements de dernières minutes grâce à son réseau. « On devait faire une course à douze coureurs. Mais Benjamin Pires, un athlète que je connais bien, était sur la liste d’attente. J’ai décidé de l’intégrer à la course car il le mérite et cela ne change rien que les coureurs soient douze ou treize au départ. »

Des adaptations de dernières minutes propres au milieu de l’événementiel, qu’il étudie mais dans lequel il ne se verrait pas travailler quotidiennement. « L’année dernière j’avais déjà un peu travaillé sur le meeting. Mais là c’est beaucoup plus poussé. Je suis en management du sport à Lille (STAPS). Faire que de l’événementiel, je n’aimerais pas mais là c’est un meeting, c’est de l’athlétisme et c’est chez moi. Ca me donne envie de m’investir ! J’ai une connaissance des gros meetings, les dirigeants du club me demandent souvent si j’ai des idées par rapport à ce que je vois dans d’autres courses. C’est un échange entre le club et moi. »

Les Europe d’Amsterdam en ligne de mire

Un emploi du temps chargé qui ne l’empêche pas de préparer sa saison 2016 avec appétit. Après une saison de cross qu’il clôturera aux France, il se lancera sur le tartan avec le 5 000 m en ligne de mire. « J’ai hâte d’être le 3 juin à Carquefou pour faire mon 5000 m. Je n’ai pas pu tout donner sur 5 000 m l’année dernière (il s’est blessé et a dû déclarer forfait pour les Europe espoirs). Parce que j’aurais voulu faire un gros 5 000 après les Europe espoirs pour faire un bon chrono. J’ai un bon sentiment de revanche et j’ai hâte de montrer, et de me montrer à moi-même, ce que je vaux. »

Auteur d’un chrono très prometteur à Carquefou en 2015 (13’47’’69), l’athlète entrainé par Alain Lignier à Lille rêve des Bleus pour sa première saison chez les seniors. « Les minima pour les Europe sont à 13’30 donc il faudra faire moins. L’objectif c’est ça. Pour les Jeux, j’aimerais bien essayer une course sur les minima (13’15) pour tester, pour voir si j’en ai les capacités. On ne sait jamais. Après si j’explose, et bien j’exploserai. »

Une course aux minima (voir par ailleurs) qu’il suivra cette fois au bord de la piste, un chrono à la main ce mercredi. « Je serai forcément aux départs des épreuves de demi-fond pour donner les temps de passage au lièvre. Et je serai également un peu partout si les athlètes ont besoin de moi. »

Une énergie qu’il redéployera dans ses ambitions pointes au pieds, une fois le meeting passé.

Ladji Doucouré débarque
Suite à notre précédent article sur le meeting, plusieurs changements ont eu lieu. Annoncé sur le 60 m haies, Thomas Martinot-Lagarde, blessé, est finalement forfait. Il est remplacé par le champion du monde 2005 du 110 m haies, Ladji Doucouré. Présences de dernières minutes également de Yannick Fonsat (400 m) et de Marie-José Ta Lou, deuxième performeuse mondiale de la saison sur 60 m (7’’06). Enfin, le 1 500 m sera monté pour réaliser les minima pour les Mondiaux de Portland (3’39’’50) avec l’ajout de l’Ethiopien Aman Wote, vice-champion du monde en titre du  1 500 m en salle, de l’Espagnol David Bustos (3’38’’41 indoor) et du Marocain Abdelali Razyn (3’42’’95 indoor).

 

Retrouvez un article complet sur le meeting de Reims.

Partager cet article

Journaliste professionnel. Fondateur et rédacteur en chef de Track and Life.

Facebook Comments

Website Comments

Post a comment