Meeting de Mondeville

Christophe Lemaitre n’a pas été à la fête lors du meeting de Mondeville.

 

Le meeting de Mondeville n’a pas permis aux Français de briller avec un Christophe Lemaitre dégoûté, un Benjamin Compaoré dans la retenue et des demi-fondeurs hors des chronos fixés.

On n’avait plus vu le médaillé de bronze des Jeux olympiques de Rio depuis son excellent 60 m du meeting de Tignes au début du mois de janvier. Christophe Lemaitre, évidemment star de la soirée, était venu à Mondeville pour remettre son hiver à l’endroit après une petite blessure au psoas qui l’a freiné ces dernières semaines. Un peu emprunté en série (6’’62), le TGV de Culoz n’a pas pu accélérer en finale pour finir à une anonyme sixième place en 6’’66, loin de l’immortel Kim Collins, vainqueur à 41 ans dans le temps canon de 6’’52. « Je suis très énervé, lâchait Lemaitre qui créait une véritable marée humaine dans la zone « mixte ». Je n’étais pas venu pour faire un chrono comme ça. C’est énervant de venir à un meeting avec des envies, des ambitions et de faire une course, si on peut appeler ça comme ça. Ca n’avait rien à voir avec ce que j’ai l’habitude de donner. Je ne sais pas ce qui m’a manqué. Ma dernière séance était bonne. Après, peut-être qu’il me manquait un peu de spécifique parce qu’avec cette blessure au psoas je n’ai pas pu vraiment faire de vraies séances de sprint court. C’est inadmissible de faire un truc comme ça ! »

Benjamin Pires bousculé

Dur dans son autocritique, Lemaitre pourra relever la tête dès ce mercredi à Bercy. Un rendez-vous parisien où on devrait retrouver le sauteur Benjamin Compaoré. Blessé à sa cheville gauche lors de son stage en Afrique du Sud, le triple sauteur champion d’Europe en 2014 n’a pas vraiment fait un concours de longueur, ne pouvant faire de vraies impulsions (7e avec 7,26 m). « J’étais plutôt bien physiquement en course mais vu que j’avais une petite douleur à la cheville gauche, je n’ai pas pu m’exprimer, expliquait-il. C’était la première fois que je ressautais sur ma cheville depuis l’Afrique du Sud. Je n’osais pas impulser. C’est pour ça que la mesure n’est pas à l’image de ma forme. »

Tout comme les 8’05’’76 de Benjamin Pires sur 3 000 m. Le Picard, très en vue lors du meeting de Reims (3e en 3’41’’56) n’a pas pu réaliser l’objectif qu’il s‘était fixé, à savoir faire un chrono autour des 7’50 (minima européens à 7’55). Dans une course d’une densité folle, partie sur des bases un peu lente (3’58 au 1 500 m) malgré les efforts du lièvre Mounir Akbache, les athlètes des hauts-plateaux ont attendu le dernier 1 000 m pour s’expliquer. Et à ce moment-là, l’Amiénois n’avait plus les armes pour lutter. « Là, je me suis battu plein de fois tout au long de la course, analysait Pires, dixième en 8’05’’76 d’un 3 000 m remporté par le Marocain Brahim Kaazouzi en 7’53’’53. J’ai fait des mauvais choix. C’est ma première course avec autant de densité. Je n’arrivais pas à me situer dans la course. C’est de l’expérience qui est prise pour les prochaines courses. Mais je vais garder le positif car la forme est là. »

Meeting de Mondeville

Ophélie Claude-Boxberger est partie trop vite sur son 3 000 m pour espérer un gros chrono.

 

Claude-Boxberger est partie trop vite

Un manque d’expérience qui a également coûté cher à Ophélie Claude-Boxberger. Partie trop vite (un peu moins de 3’ au 1 000 m), la spécialiste du steeple a eu du mal à finir son 3 000 m. « Je suis partie vraiment vite, je ne me suis même pas rendue compte, avouait-elle, terminant finalement 12e en 9’33’’17, juste devant Aissë Sow (9’35’53). J’ai un peu handicapé ma course. Je paie un peu mon départ rapide. Je me suis un peu sacrifiée. »

Et comme ce n’était pas la soirée des Français, ni Alexandre Saddedine sur 1 500 m (4e en 3’45’’51) ni Mickaël meba Zeze sur 60 m (6’’73) ni Alice Decaux sur 60 m haies (8’’20), n’ont pu accrocher les minima pour Belgrade. Heureusement pour tout ce petit monde, des séances de rattrapage sont prévues toute la semaine prochaine avec les meetings de Bercy, d’Eaubonne et de Metz.

Selmouni et Rene brillent
Après avoir déjà réalisé les minima européens lors du meeting de Reims, Sofiane Selmouni a battu cette fois son record personnel (plein air et salle) lors du meeting de Karlsruhe. En 3’39’’88, le Mulhousien a sûrement déjà validé son billet pour Belgrade. Toujours en Allemagne, Pascal Martinot-Lagarde a terminé septième du 60 m en 7’’72 alors que l’espoir Marvin Rene a remporté les Championnats de France de sa catégorie à Lyon dans le temps canon de 6’’65 (minima européens). Alors qu’à Rennes, Solene Ndama a battu le record de France juniors du pentathlon avec 4 180 points (ex-record 4 104 pts).

Tous les résultats du meeting de Mondeville.

Partager cet article

Journaliste professionnel. Fondateur et rédacteur en chef de Track and Life.

Facebook Comments

Website Comments

Post a comment