Meeting de Metz

Floria Gueï a remporté le 400 m du meeting de Metz.

 

Le meeting de Metz a permis aux demi-fondeurs de briller, à l’image de Morhad Amdouni, Samir Dahmani et Paul Renaudie, qui ont réussi les minima pour les Championnats d’Europe alors que Floria Guei s’est imposée sur 400 m dans un temps de niveau mondial.

Habituée à boucler les relais en beauté, Floria Gueï s’est cette fois chargée de clôturer parfaitement ce meeting de Metz. Victorieusedu 400 m au finish face à l’Ukrainienne Olha Zemlyak, la Lyonnaise a réalisé la cinquième performance mondiale de l’hiver avec 51’’99. « Pour l’instant tout se passe comme prévu, lâchait-elle. Il fallait que je reste concentrée jusqu’au bout. J’ai respecté mon schéma, ç’a marché, je suis contente. Je commence vraiment à progresser en salle. Je vais continuer de travailler à Lyon pour les Championnats d’Europe. »

Amdouni en patron

Une délégation française qui vient de grossir d’un coup pour Belgrade. Attendu depuis sa démonstration au LIFA de cross, Morhad Amdouni n’a pas déçu sur le 3 000 m. Bien calé derrière les lièvres, le Francilien a pris ses responsabilités dès le champ libre. Pourtant attaqué par Hayle Ibrahimov à la cloche, il revenait dans les derniers 50 m pour s’imposer en 7’44’’55. De quoi marquer son territoire avant le rendez-vous serbe. « J’ai fait une course d’attente en étant bien. A un moment je voulais pousser le lièvre pour qu’il aille plus vite. Le seul regret que j’ai, c’est que j’aurais dû mettre une grosse accélération au 200 m et ne pas réfléchir. Aujourd’hui, je pense que je valais moins de 7’40. Aux Europe, je veux montrer de quoi je suis capable. Je me donne les moyens et là, je n’ai peur de personne. »

Dans la même course, Samir Dahmani a profité de l’allure pour s’adjuger les minima de justesse (5e en 7’54’’47 contre 7’55) alors qu’Emmanuel Roudolf-Levisse (7e en 8’11’’90), Benjamin Pires (8e en 8’12’’02) et Felix Bour (9e en 8’22’’54) ont terminé plus loin. « J’étais venu pour voir où j’en étais au niveau du foncier, expliquait Dahmani de retour après un long stage au Kenya. Je ne pense pas aller aux Europe car je pense que c’est un peu tôt pour enchainer deux 3000 m. Je ferai peut-être les France de cross, un petit meeting, ou les France sur piste sur 1 500 m. Je me laisse quand même une petite porte de sortie pour les Europe. Dans les trois jours je vais le décider. »

Renaudie retrouve le sourire

Pour Paul Renaudie, tout est déjà décidé. A la recherche des minima depuis le début de l’hiver, le Bordelais a enfin passé le cap en s’imposant sur le 800 m en 1’48’’12 (minima 1’48’’20). Bien lancé par Thomas Larchaud, puis relayé par Sofiane Selmouni, qui a finalement abandonné au 600 m, Renaudie a bien fini, contrairement à ses précédentes sorties. « Je suis plus soulagé que content car ça remettait beaucoup de choses en cause si je n’allais pas aux Europe, avouait-il. Il y aurait eu un gros point d’interrogation sur la suite de ma carrière athlétique. Dès les premiers 200 m, j’ai su que j’avais des jambes. Contrairement aux autres courses de la saison, ça tient dans le dernier tour. J’avais d’autres aspirations au début de l’hiver. Là, j’ai revu à la baisse les chronos. Maintenant on verra à Belgrade. »

Meeting de Metz

Paul Renaudie a réussi les minima pour les Championnats d’Europe sur 800 m.

 

Pour Clarisse Moh, le spectre des minima était de l’histoire ancienne depuis sa course de Sabadell. Sans pression, l’athlète de Bruno Gajer a couru intelligemment, ne suivant pas l’allure folle de la tête de course avant de réussir une belle remontée sur la fin pour terminer 4e en 2’02’’58 (victoire pour Malika Akkaoui en 2’00’’91), signant son record personnel. « C’est une bonne nouvelle ça veut dire que je suis en forme. Ca passe ou ça ne passe pas. C’était comme une séance d’entrainement. »

Lemaitre et Akakpo déçus

Le sourire sur le demi-fond – mise à part l’échec d’Alexandre Saddedine dans sa course au minima sur 1 500 m (1er en 3’44’’01) – contrastait avec les grimaces des sprinteurs. Encore perfectible, Christophe Lemaitre restait sur sa lancée des courses précédentes en laissant derrière lui la possibilité d’aller plus vite (3e en 6’’64, 6’’63 en série). « Il y a mieux à faire. J’ai un peu de frustration dans cette saison pour l’instant. »

Une frustration qui aurait pu être énorme pour Stella Akakpo. Surprise en série alors que la course partait sans elle, l’Amiénoise avait le droit de courir une série seule avant de remporter sa finale B en 7’’29, pas de quoi l’enchanter. « Je suis déçue. En série, je suis en faute, je vois l’athlète bouger à côté de moi et je pensais que ç’allait être rappelé. Je n’étais pas venue pour ne pas courir. Il va falloir se reposer et travailler pour les Championnats de France.»

Belocian et Compaoré montent en puissance

Des Championnats de France qui s’annoncent chauds puisque sur les haies, le meeting de Metz a permis à Wihlem Belocian et Simon Krauss d’avancer leurs pions. En 7’’68 (pour tous les deux), Belocian s’est rassuré après un début d’hiver compliqué alors que Krauss grignote centième par centième en vue des Europe (minima à 7’’65). « Je fais une course très sale, avouait Krauss. J’ai tapé quatre haies sur cinq. Forcément, j’y laisse du temps. Je suis content car j’ai fait un bon enchainement de compétition. Il ne manque plus qu’une performance de pointe. »

Une montée en puissance qui semble également se profiler pour Benjamin Compaoré. Deuxième en début de meeting du triple saut (16,46 m), le champion d’Europe 2014 a senti qu’il en avait sous le capot pour aller beaucoup plus loin dans une semaine. « Je sens que ça vient tout doucement, expliquait-il après son premiers concours de triple de l’hiver. A l’échauffement, j’avais de super sensations. J’ai le sentiment qu’aujourd’hui c’était à deux doigts pour qu’une grosse performance ne sorte. Je sens que je peux aller très loin. Il y a no limit. Ce sont les mêmes sensations qu’en 2014. »

En 2014, Compaoré avait été champion d’Europe en plein air. Cette fois, c’est un rendez-vous continental où il pourrait briller s’il sort une performance. Mais d’ici là, il faudra passer par Bordeaux. Et cela prévaudra pour la plupart des athlètes souhaitant briller à Belgrade.

Tous les résultats.

Partager cet article

Journaliste professionnel. Fondateur et rédacteur en chef de Track and Life.

Facebook Comments

Website Comments

Post a comment