Kévin Menaldo

Kévin Menaldo a égalé la meilleure performance française de l’année au saut à la perche.

 

Sous un soleil de plomb, les athlètes Kévin Menaldo, Teddy Atine-Venel et Quentin Bigot ont brillé au meeting de Forbach en réalisant les meilleures performances françaises dans leur discipline respective.

Ce lundi matin, le nom de Renaud Lavillenie ne sera pas seul en tête des bilans français du saut à la perche. En effet, suite à un troisième essai réussi à 5,83 m (record personnel, voir vidéo ci-dessous) du côté de Forbach, Kévin Menaldo a rejoint le recordman du monde en haut de la perche nationale. Et après trois essais manqués à 5,91 m, dont le deuxième où il ne manqua pas grand-chose, le Bordelais a montré qu’il faudra compter avec lui cette année au niveau mondial. « Il faisait chaud, j’étais un peu fatigué, mais ce sont de très bons repères, lâchait celui qui venait de devancer Mathieu Collet (5,45 m) et Axel Chapelle (5,45 m). C’est le début de la saison, je ne suis pas encore sur élan complet. L’objectif du jour c’était de refaire les minima (5,70 m), et dans un petit coin de ma tête, j’avais l’envie de battre le record du stade (Renaud Lavillenie). A 5,91 m, j’arrive à être encore assez haut, il me manquait de la fraicheur, mais attaquer la saison et tenter ces barres c’est de très bon augure. »

Record personnel pour Atine-Venel

Tout comme les minima européens réussis par Mathieu Collet (5,45 m) chez les espoirs et Pierre Cottin (5,20 m) chez les juniors. Des minima qui ont d’ailleurs failli tomber pour Teddy Atine-Venel. Après un départ très rapide en aveugle au couloir extérieur, le spécialiste du 400 m s’est accroché dans la dernière ligne droite pour boucler son tour de piste en 45’’39, meilleure performance française de l’année à 9 centièmes des minima pour les Mondiaux de Londres. « Mon but était de partir et de ne laisser personne passer, expliquait celui qui a finalement terminé troisième de la course. Je me suis accroché dans la dernière ligne droite et je réalise mon record personnel. »

Teddy Atine-Venel

Teddy Atine-Venel a battu son record personnel sur 400 m.

 

Habitué des relais, Atine-Venel glissait d’ailleurs un mot pour son partenaire de l’équipe de France, Thomas Jordier, quatrième dans l’excellent chrono de 45’’82. Et alors que sur le 400 m femmes, Elea Mariama Diarra termine première française (2e en 52’’76), il fallait se tourner vers la cage de lancers pour voir un Français s’imposer. Très en forme depuis le début de saison, Quentin Bigot a amélioré sa meilleure performance nationale de la saison avec un sixième jet à 77,30 m. « Je reste un peu sur ma faim, glissait le Messin. Je fais un début de concours très intéressant sur le relâchement mais je n’arrivais pas à finir mes lancers. Alors qu’à la fin, j’étais plus crispé mais j’avais vraiment l’envie. Ca monte en échelon, c’est une belle performance. Je pense que je peux aller chercher les 80 m en étant mieux réglé techniquement. »

Trop chaud pour Tavernier

Chez les femmes, avec la présence de la double championne olympique et recordwoman du monde Anita Wlodarczyk, Alexandra Tavernier savait que la première place était quasiment jouée d’avance. Mais avec un jet à 68,93 m la Française a assuré le minimum malgré des conditions climatiques qu’elle déteste. « J’ai fait le premier tour des interclubs sous une pluie battante et cette fois, c’était une très forte chaleur, regrettait Tavernier. Et ce type de cercle ne me réussit pas. Je suis très rapide donc quand le cercle est rugueux, je ne peux pas m’exprimer. Mais il ne faut pas se trouver d’excuse, la performance est moyenne. »

Rouguy Diallo

Rouguy Diallo a réalisé les minima pour les Championnats d’Europe espoirs.

 

Une excuse, Benjamin Compaoré en avait une bonne pour ne pas être à 100 % sur le concours de triple saut. Papa d’une petite Olympe il y a deux jours, le champion d’Europe 2014 n’était pas dans un état de forme optimum (7e avec 15,92 m). Adil Gandou en a profité pour s’imposer avec un nouveau record personnel à la clé (16,63, +1,8) devant l’Algérien Issam Nima (16,31) et Harold Correa (16,23 m). « Je suis content, c’est mon record personnel, expliquait celui qui s’entraine avec Patricia Girard. J’ai beaucoup travaillé sur élan réduit depuis le mois de janvier et maintenant on commence à lâcher les chevaux. Mon objectif c’est les Monde ! »

Chez les femmes, la Polonaise Jagaciak (13,99 m +2,3) a volé la vedette à la Française Eloyse Lesueur, deuxième avec 13,78 m (+0,8). On retiendra cependant les minima européens espoirs (minima 13,45 m) réalisés par Rouguy Diallo avec un saut à 13,54 m (+1,0, 13,71 m avec +2,6).

Benjamin Sédécias très chaud

Enfin, alors que la bagarre sur la piste a été très belle dans la dernière ligne droite sur le 800 m avec la deuxième place du junior Benjamin Robert (1’47’’98 derrière le Marocain Elguesse qui termine en 1’47’’79), auteur des minima européens (1’48’’00), elle a presque dégénéré à l’arrivée du 110 m haies entre le Français Benjamin Sédécias et l’athlète nigérian Alex Al Ameen. Côte à côte tout au long de la course les deux athlètes (victoire de Sédécias en 13’’52 dans le même temps que Brathwaite) en ont presque fini au main après l’arrivée. « On est un peu comme les sprinteurs, c’est un monde d’intimidation, expliquait Sédécias. C’est au premier qui va céder ses appuis à l’autre et c’était très chaud pendant la course. Mais je suis resté dedans. J’arrive à bien lancer mes courses. Ca promet une belle régularité pour la suite et j’espère faire descendre le chrono. »

Pour cela, le Français s’alignera la semaine prochaine en Pologne. Pour les autres, Montreuil (1er juin) et Marseille (3 juin) feront office d’étapes importantes.

Partager cet article

Collaboratrice chez Track and Life.

Facebook Comments

Website Comments

Post a comment