François Barrer

François Barrer a terminé premier Français au meeting de Carquefou.

 

Dans la Mecque du 5 000 m en France, Samira Mezeghrane-Saad et François Barrer ont signé des performances de choix en s’imposant chez les tricolores respectivement en 15’43’’07 et 13’27’’69.

Comme chaque année, les amoureux du demi-fond avaient coché la date du meeting de Carquefou pour voir les spécialistes du 5 000 m se battre pendant douze tours et demi. A ce petit jeu-là, les meilleurs Français ont été Samira Mezeghrane-Saad et François Barrer. La première nommée faisait partie pourtant d’un gros contingent de Françaises pouvant viser la place honorifique de première Tricolore. D’ailleurs, d’entrée, c’est Sophie Duarte qui tentait de suivre le train fou des athlètes des hauts plateaux. Mais, peut-être un peu présomptueuse, Duarte stoppait son effort à mi-course, laissant Mezeghrane-Saad toute seule face au chrono. « En me retrouvant esseulée dès le départ, je n’étais pas sûre de pouvoir faire un bon chrono, lâchait-elle. Mais quand j’ai vu que j’étais régulière à chaque tour (9’25 au 3 000 m), je me suis accrochée. »

Mélanie Doutart continue sa progression

Reprenant une à une ses adversaires, la Française terminait en boulet de canon en 15’43’’07 pour s’emparer de la quatrième place derrière Edao Bontu, victorieuse en 15’21’’69. « Je doutais de moi avant la course. Mais le coach (Pascal Machat) m’a bien motivée pour continuer, pour croire que je pouvais faire descendre le chrono. » Derrière elle, la surprise est venue de Mélanie Doutart (8e et 2e Française en 16’14’’94), toujours en progression et qui a une nouvelle fois battu son record personnel dans les moments qui comptent. L’Amiénoise en a profité pour accrocher à son tableau de chasse des internationales comme Aurore Guérin (9e en 16’17’’99) ou Floriane Chevalier-Garenne (10e en 16’30’’12).

Une densité d’athlètes tricolores qu’on retrouvait également chez les hommes. Dans une course montée pour approcher les 13’10, ils étaient plusieurs à vouloir suivre le train fou. Et parmi eux, François Barrer paressait le mieux armé. D’ailleurs, le Français se collait tout de suite au premier groupe et passait en 8’05 au 3 000 m (tête de course en 8’00), alors que derrière lui, Nicolas Witz, Arsene Guillorel et Jimmy Gressier tentaient aussi le pari.

Barrer en patron

Mais alors que les tours s’enchainaient, on sentait Barrer de plus en plus confiant. Et alors que Birhanu Balew s’imposait dans une sprint rageur (13’15’’20) devant Soufiyan Bouqantar (13’15’’82), le Français arrivait une petite dizaine de secondes derrière en 13’27’’69 (8e), signant la 32e meilleure performance française de tous les temps sur la distance (ex-record 13’42’’17) et le meilleur temps pour un Français à Carquefou. « C’est énorme ! Je suis super content. Mon objectif était de faire moins de 13’30. J’avais forcément dans un coin de ma tête les minima (13’22’’60 pour les Mondiaux) comme tout sportif qui veut gagner. Mais c’est une énorme revanche par rapport aux dernières années. C’est une bonne soirée ! »

Une soirée qui a également été excellente pour les Français Arsene Guillorel et Nicolas Witz, respectivement 13e et 14e en 13’43’’69 et 13’44’’06. Witz, a d’ailleurs remporté le combat des espoirs en s’approchant tout près des minima (13’40), ce qui devrait néanmoins lui permettre de rejoindre Bydgoszcz. Alors que Hugo Hay (18e en 13’52’’34) et Jimmy Gressier (19e en 13’52’’87) terminent un peu plus loin. Belle surprise également en course B avec les 14’03’’87 de Guillaume Adam, habituel miler et qui s’essayait sur le 5 000 m.

Place aux jeunes

Point d’orgue du meeting de Carquefou, les 5 000 m ont finalisé une belle soirée d’athlétisme où de nombreux athlètes ont brillé. Sur le 1 500 m masculins, Benson Surei s’est imposé en 3’39’’00 alors que chez les femmes, c’est la Tunisienne Haifa Tarchoun qui l’a emporté alors qu’elle était également la lièvre de la course 4’20’’6. Derrière elle, la Française Emma Sextius (4’24’’0) termine deuxième devant la junior Alexa Lemitre (4’24’’6), toute fraiche recordwoman de France du 3 000 m steeple.

La jeunesse était d’ailleurs présente à Carquefou puisque l’espoir Laura Salin-Eyike s’est imposée à la hauteur (1,83 m), alors qu’au javelot, c’est le junior Lukas Moutarde qui a maté la concurrence (70,13 m).

Des jeunes, à l’image de François Barrer, tout juste 24 ans, qui vient, en une soirée, de rejoindre la galaxie des grands.

Partager cet article

Journaliste professionnel. Fondateur et rédacteur en chef de Track and Life.

Facebook Comments

Website Comments

Post a comment