piste

16 heures de travail sont nécessaires pour nettoyer l’ensemble d’une piste d’athlétisme.

 

Alors que la saison estivale va vraiment se lancer ce week-end avec le premier tour des Interclubs, les pistes d’athlétisme sont choyées en vue de montrer leur meilleur visage. Visite au stade Georges Hébert de Reims qui a connu un petit nettoyage de printemps.

Pour les athlètes, la période entre mars et avril est destinée au stage et à l‘entrainement intensif en vue de la saison estivale. Comme ces derniers, les pistes d’athlétisme ont besoin d’une préparation pour donner le meilleur d’elles-mêmes durant la saison. Pour cela, la plupart des mairies font appel à des sociétés de nettoyage pour rendre une seconde jeunesse à leur tartan. « Mars et avril est notre période la plus chargée, explique Christophe Couturier, commercial pour la société Aqua Clean, l’un des spécialistes français du nettoyage de piste d’athlétisme. On sait très bien que l’avant-saison est la période cruciale car située juste avant les compétitions. On demande à nos techniciens d’être performants. »

Un ou deux nettoyages tous les deux ans

Souvent maltraitées par l’hiver, les pistes ont besoin d’un petit coup de neuf, au moins une fois tous les deux ans. « Si le stade est proche d’une rocade ou s’il y a de la végétation, la piste se noircit plus vite et il peut y avoir l’apparition de mousse en bordure, continue Christophe Couturier. Si l’enceinte est entourée de béton et que la piste n’est pas beaucoup fréquentée, on peut faire un nettoyage tous les deux ans. Généralement, on propose un nettoyage tous les ans. »

piste

A l’aide d’une technologie adaptée aux caractéristiques des pistes, la machine nettoie le tartan sans le détériorer.

 

Equipé d’une machine spécialement conçue pour ce type de travaux (coût d’une machine : 160 000 euros), le technicien passe environ 16 heures de travail pour nettoyer une piste classique. « L’idée c’est de venir épouser la piste sans l’agresser et de faire du nettoyage et non du décapage. Donc on utilise beaucoup d’eau (150 litres d’eau/ minute), à moyenne pression, avec un double sens de nettoyage de manière à nettoyer la superficie totale du granulat en surface. Sur la machine, on est sur un système de 28 injecteurs inclinés qui viennent projeter de l’eau avant de l’aspirer avec un système de cuve propre et cuve sale.»

120 à 140 pistes nettoyées par an

Comme à Reims cette fois-ci, le technicien respecte un protocole, à savoir : nettoyer les aires de sauts avant de passer aux demi-lunes de chaque côté de la piste, aux dégagements des lignes droites pour finir par le tour de l’anneau. Un travail long et fastidieux (il faut vider les cuves toutes les 15 minutes) mais qui permet au tartan de retrouver toutes ses propriétés. « Il y a une certaine satisfaction de la part de nos techniciens parce que, des fois, on arrive sur des stades qui sont très sales avec un revêtement plus noir que rouge et on arrive à récupérer une piste impeccable avec du grip et de la souplesse. »

piste

Avant et après le passage de la machine.

De quoi permettre aux futurs pratiquants de réaliser des records. D’ailleurs, en s’occupant, entre autres des pistes du Stade de France, du Stade Louis II de Monaco ou de l’INSEP (120 à 140 pistes nettoyées par an), cette société contribue aux bons déroulements des compétitions. « On est sur de la performance, avance Christophe Couturier. Le système de nettoyage est amélioré tous les ans par les techniciens, avec la remontée des informations car les pistes évoluent. On a donc un lien aussi avec les poseurs et les fabricants. »

Interrompu par Teddy Riner

Finalement, seuls les sportifs désireux de s’entrainer un jour de nettoyage de la piste peuvent être mécontents. « Une fois, l’un de nos agents avait dû descendre de sa machine pour demander à un athlète de partir. Et il était tombé sur Teddy Riner (champion olympique de judo). Il a très bien compris que nous avions besoin de la piste et ça s’est terminé par des photos (rires). »

Des photos qui seront bonnes à prendre ce dimanche lors du premier tour des Interclubs à Reims où les meilleurs athlètes des clubs élite du Nord fouleront une piste presque comme neuve.

piste

L’habitacle du véhicule est aménagé pour permettre au technicien de contrôler tous les paramètres que ce soit la pression de l’eau, l’état de remplissage des cuves ou la manipulation des bras articulés.

Partager cet article

Journaliste professionnel. Fondateur et rédacteur en chef de Track and Life.

Facebook Comments

Post a comment