Les lancers

Les concours de marteau et de javelot des prochains Championnats de France Elite pourraient se dérouler sur un autre stade que celui des autres épreuves.

 

Lors des prochains Championnats de France Elite, organisés à Marseille, il est programmé que les épreuves de lancers du javelot et du marteau se déroulent sur un autre stade que celui prévu pour l’ensemble de la compétition. Une décision qui a fait monter au créneau les lanceurs qui regrettent de ne pas être mêlés à la fête de l’athlétisme. Auteurs d’une pétition pour contester cette « mise à l’écart », ces derniers pourraient voir leur revendication aboutir puisque les problèmes techniques qui ont engendré ce choix pourraient être réglés.

Tout a commencé quand l’athlète international au lancer de javelot Vitolio Tipotio a publié la semaine dernière sur sa page Facebook un mot indiquant que les concours de javelot et de marteau (filles et garçons) des prochains Championnats de France Elite de Marseille (14-16 juillet) se dérouleraient sur un autre stade que celui prévu pour l’événement national. Très vite, les lanceurs français se sont organisés en créant un groupe Facebook intitulé « Carton rouge à la FFA qui exclut les lanceurs des France Elite 2017 ». « On a découvert ça par le mot de Vitolio, explique David Dupouey, ex-international juniors au javelot et l’un des instigateurs du mouvement. Notre démarche est complètement pacifique mais c’est juste qu’on ne comprend pas qu’il n’y ait pas eu de communication en amont. On nous a expliqué que c’était à cause d’un problème technique. On a donc envoyé un courrier (parti en début de semaine) à la Fédération pour avoir des réponses à nos questions. »

Un problème technique sur le stade Delort

Alors que les Championnats de France Elite se dérouleront sur le stade Delort de Marseille, les concours de javelot et de marteau sont prévus à 7 km, sur l’enceinte de Luminy. D’où la grogne des lanceurs. « Pourquoi on ne fait pas tout pour nous associer à la fête ? clame David Dupouey. Sur un France Elite, on doit faire en sorte de pouvoir mettre toutes les épreuves ensemble sur le même stade. » « C’est incompréhensible pour nous », ajoute Walter Ciofani, ex-international au marteau et entraineur. « Ca laisse les lanceurs sur le carreau, continue Quentin Bigot, international au lancer du marteau. C’est dommage, car en général, en lancers on est très souvent sur les stades annexes et que les France Elite sont l’une des seules compétitions où on peut vraiment participer à la fête. »

Une fête que la FFA et Jean-Yves Le Priellec, le vice-président de la FFA chargé de la Commission sportive d’organisation préparent depuis de nombreuses semaines. Mais, pour l’heure, à cause d’un problème technique lié à l’installation de la cage de marteau, ce dernier ne peut avoir lieu sur le stade Delort. « Le bureau fédéral a été choqué de voir des athlètes juger des gens qui sont bénévoles, avoue Jean-Yves Le Priellec. Le courrier que nous avons reçu est presque méprisant. Car on n’a pas attendu cette lettre pour travailler sur la question. Quand on a commencé à se déplacer sur Marseille, on s’est trouvé devant un problème technique. En-dessous du stade Delort, il y a des bassins de rétention de l’usine d’épuration d’eau. Et il n’est pas sûr à 100 % que le sol pourra supporter la grue qui doit monter la cage (haute de 11 m). »

Le javelot victime collatérale

En plus de ce premier problème, la cage de marteau une fois installée, empêcherait une bonne visibilité sur l’un des écrans géants du stade, ainsi qu’une gêne potentielle pour les caméras de télévisions de suivre les concours de perche (prévus samedi et dimanche), le sautoir étant installé juste derrière la cage. Beaucoup de facteurs qui ont fait que dans un premier temps, la FFA a décidé de délocaliser le marteau. « Nous avons été obligés de sortir assez rapidement le programme de la compétition pour prévenir les clubs, les médias, les partenaires. Et à l’époque, la cage de marteau ne pouvait pas être montée sur le Stade Delort. »

Une délocalisation du marteau qui a entrainé celle du javelot. « On s’est dit qu’on ne pouvait pas mettre le marteau tout seul à Luminy, continue Jean-Yves Le Priellec. Et à la demande d’un cadre technique, on nous a proposé d’ajouter le javelot pour faire une super fête à Luminy. »

Vers une sortie favorable ?

C’est donc comme ça que les concours masculins et féminins du marteau et du javelot devraient avoir lieu le vendredi 14 juillet au stade Luminy. « Il y a beaucoup de stades où le marteau est interdit, explique Mathilde Andraud, la recordwoman de France du lancer du javelot. Mais on devrait trouver un site où toutes les disciplines puissent se faire au même endroit. Sur trois jours, il doit y avoir le moyen de compiler toutes les épreuves en toute sécurité. »

Et alors que de nouveaux budgets ont été votés pour permettre le bon déroulement de ces épreuves sur le stade de Luminy, une possibilité de voir toutes les épreuves sur le stade Delort existe encore. « André Giraud (président de la FFA) a rendez-vous ce vendredi (5 mai) avec le directeur des sports de la ville de Marseille, annonce Jean-Yves Le Priellec. Je pense que là on aura une solution. J’ai bon espoir. Ca va se décanter. Je suis optimiste. Et si c’est le cas on refera les horaires et le programme. »

De quoi redonner le sourire à tout le monde. « On n’est pas là pour dire que la Fédération fait mal les choses, conclut David Dupouey. On avait juste envie de dire attention car on entend beaucoup que l’athlétisme est une famille unie. Il ne faut donc pas faire des actes qui vont au contraire de ça. »

Le message a été entendu.

Partager cet article

Journaliste professionnel. Fondateur et rédacteur en chef de Track and Life.

Facebook Comments

Website Comments

Post a comment