Eaton

Ashton Eaton et sa femme Brianne Theisen-Eaton ont décidé d’arrêter l’athlétisme (crédit photo : weareeaton.com).

 

Ashton Eaton, recordman du monde et double champion olympique du décathlon et sa femme Brianne Theisen-Eaton, championne du monde en salle du pentathlon, ont décidé de stopper leur carrière.

C’était le couple le plus « stylé » du monde de l’athlétisme. Les Eaton savaient comme personne gérer leurs réseaux sociaux pour donner envie de les suivre (@weareeaton). D’ailleurs, c’est sur leur compte Instagram que les deux champions viennent d’annoncer leur retraite des pistes d’athlétisme, à 28 ans tous les deux. « C’est l’heure de quitter l’athlétisme pour faire quelque chose de nouveau », a écrit le recordman du monde du décathlon sur leur site www.weareeaton.com. Imité sur la même page par sa femme. « En coupant la ligne d’arrivée du 800 m de Rio, j’ai senti que je ne voudrais plus jamais faire un autre heptathlon« , a livré Brianne Theisen-Eaton, également vice-championne du monde en 2013 et 2015 de l’heptahlon. Je ne suis plus aussi passionnée par l’heptathlon  et l’athlétisme car je sais que je ne peux plus progresser d’avantage. »

La place est libre pour Mayer

Champion olympique à Rio, pour la deuxième fois après Londres, alors que sa femme a terminé troisième au Brésil, Ashton Eaton n’améliora donc pas son record du monde d’extraterrestre du décathlon (9 045 points, il est également détenteur de celui de l’heptathlon avec 6 645 pts) réalisé lors des Championnats du monde de Pékin, qu’il avait également remportés. « Il n’y a plus grand chose que je souhaite atteindre dans le sport, explique-t-il. J’ai donné les années les plus robustes de ma vie à la découverte et à la poursuite de mes limites dans ce domaine. « 

En voyage autour du monde depuis les Jeux olympiques de Rio, et surtout épuisé par toutes ces années de sacrifices, le couple a donc décidé de passer à autre chose. Ashton Eaton a d’ailleurs terminé son communiqué par « What now? » (et maintenant). Pour lui, on ne sait pas, mais pour ceux qui restent en piste comme Kévin Mayer, dauphin d’Eaton à Rio, la voie du succès semble enfin libérée.

 

Partager cet article

Journaliste professionnel. Fondateur et rédacteur en chef de Track and Life.

Facebook Comments

Website Comments

Post a comment